Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Total prévoit de réduire son budget d'exploration

Reuters08/07/2014 à 09:25

TOTAL PRÊT À REVOIR SA POLITIQUE D'EXPLORATION

par Benjamin Mallet et Michel Rose

PARIS (Reuters) - Total réduira son budget d'exploration pétrolière en 2015 et revisitera sa politique en la matière si ses forages programmés d'ici à la fin de l'année n'aboutissent pas à de grandes découvertes, a déclaré son PDG, Christophe de Margerie.

Le premier groupe français par la capitalisation boursière, qui a mis l'accent ces dernières années sur une exploration ambitieuse et risquée pour faire progresser sa production, veut désormais réduire ses investissements et ses coûts et améliorer sa génération de trésorerie.

Son budget d'exploration devrait se situer autour de 2,9 milliards d'euros en 2014 après 2,8 milliards en 2013 et reculera en 2015, a déclaré son PDG lors d'une entretien accordé à Reuters.

"On va le réduire mais, en même temps, on ne va pas l'arrêter", a dit Christophe de Margerie.

"Pour l'instant ce n'est pas un succès en termes de résultats mais il faut quand même être naturellement engagés (...). L'exploration, ça met plus de deux ans à se faire", a-t-il ajouté.

"On fait notre politique, on la rendra claire pour tout le monde ; s'il faut la changer on la fera bouger mais il ne faudra pas non plus une révolution du style 'j'arrête tout et je recommence à zéro'."

Alors que Total n'a pas trouvé en 2013 le champ géant qu'il recherchait, le groupe a programmé cette année des forages "à forts enjeux" au Brésil, en Angola, en Côte d'Ivoire et en Afrique du Sud.

Christophe de Margerie a également déclaré que des difficultés géopolitiques pourraient contrarier l'objectif de Total d'atteindre des capacités de production de trois millions de barils par jour à fin 2017 mais que l'entreprise devait avant tout être jugée sur la bonne exécution de ses grands projets.

UNE GROSSE FUSION-ACQUISITION DIFFICILE À JUSTIFIER

"Les trois millions, je les assume, on expliquera pourquoi on ne les a pas faits si on ne les fait pas. Il est clair que si on continue à avoir des problèmes comme aujourd'hui au Nigeria, au Venezuela, en Libye et ailleurs (...), indépendamment de notre volonté, on ne va pas faire les trois millions", a-t-il dit.

"Si on ne fait pas les trois millions parce qu'il y a des problèmes liés à la géopolitique qui sont connus de tout le monde, ça ne nous posera aucun problème."

Sur l'ensemble de 2013, la production de Total est restée stable à 2,299 millions de barils.

Prié de dire si Total envisageait de grosses opérations de fusion-acquisition, Christophe de Margerie a estimé que son groupe n'avait pas de problème de taille.

"Aujourd'hui, il faudrait vraiment que je trouve des raisons pour que faire une opération de ce genre se justifie", a-t-il ajouté.

"La meilleure manière de réorganiser son portefeuille d'actifs et d'éventuellement rééquilibrer ses investissements, quand on pense pouvoir le faire, c'est par des 'joint-ventures'. On est davantage dans un métier, surtout pour la partie Amont (...), où les grandes opérations se font en fait par JV."

Interrogé sur la crise russo-ukrainienne et les risques qu'elle fait peser sur l'approvisionnement en gaz de l'Union européenne, Christophe de Margerie a estimé que l'Europe devait avant tout trouver des alternatives au transport par l'Ukraine et non chercher à "se protéger" contre Moscou.

"Peut-on se passer du gaz russe en Europe ? La réponse est non. Et est-ce qu'on a des raisons de s'en passer ? A mon avis, et je ne défends pas les intérêts de Total en Russie, c'est non", a-t-il dit.

"On a un problème cet hiver si on a une coupure et qu'il fait froid, c'est clair. Derrière, beaucoup de solutions sont en train de se monter pour éviter le problème de l'Ukraine, y compris par la Russie (...)."

Christophe de Margerie a également confirmé que son successeur serait choisi en interne, précisant qu'il proposerait lui-même un nom au conseil de Total, qui prendra sa décision.

(Avec Dmitry Zhdannikov, édité par Matthias Blamont)

Mes listes

valeur

dernier

var.

176.46 -1.29%
0.948 -3.07%
1.158 -0.37%
1.62 -2.70%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.