Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Total n'investira plus en Iran

Le Figaro01/10/2010 à 02:00
Le géant pétrolier a officialisé l'arrêt de toute activité dans ce pays où il était «fort peu présent». Shell, Statoil et Eni ont joué la même carte, celle de se mettre à l'abri des sanctions en provenance des Etats-Unis.

En début de soirée ce jeudi, le département d'Etat américain, par la voix de son secrétaire adjoint James Steinberg, annonçait que quatre majors s'étaient engagées à mettre fin à leurs investissements en Iran et à «se refuser à toute nouvelle activité dans le secteur de l'énergie en Iran» : l'anglo-néerlandais Shell, le norvégien Statoil, l'italien Eni et Total. Le français a confirmé à l'AFP cette décision.

«A la suite des questions qui nous ont été posées par le département d'Etat, Total a confirmé qu'il se conforme à l'ensemble des lois applicables tant au niveau international et européen qu'au plan national ce qui (...) ne peut que limiter a minina nos activités dans le pays dans lequel nous étions fort peu présents», selon une déclaration faite à l'AFP.

Une telle prise de position permet surtout d'éviter les sanctions qu'ils se seraient vus infligés par les Etats-Unis eux-mêmes. James Steinberg, qui a insisté sur ce point a ainsi fait écho à la nouvelle loi américaine, adoptée en juin dernier (au même moment que l'Union européenne), qui impose de nouvelles sanctions à l'Iran visant particulièrement le secteur énergétique de la République Islamique.

Des sanctions unilatérales

Le 9 juin 2010, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une nouvelle résolution, la sixième condamnant l'Iran depuis 2006, qui a été suivi par de nouvelles sanctions unilatérales décidées séparément par les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Australie, le Canada, le Japon et la Corée du Sud. Ces sanctions visent en particulier le secteur énergétique de l'Iran, deuxième producteur de l'OPEP, qui tire du pétrole 80% de ses ressources en devises.

C'est à ce moment làque Total avait décidé de suspendre ses livraisons de produits pétroliers à l'Iran en juin, mais il continue toujours actuellement d'acheter du brut iranien car cela est autorisé dans le cadre des sanctions récemment imposées par l'Union européenne.

Cette nouvelle résolution, la sixième condamnant l'Iran depuis 2006, a été suivi par de nouvelles sanctions unilatérales décidées séparément par les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Australie, le Canada, le Japon et la Corée du Sud.

L'Iran gêné

De son côté, l'Iran pourrait se voir vite gêné par ces retraits : le pays est, certes, le quatrième producteur mondial de pétrole brut, mais il se trouve en manque de raffineries sur son sol et dépend donc fortement des importations pour son approvisionnement en essence et produits raffinés.

Mi-septembre, l'ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani a appelé aujourd'hui les responsables du pays à «prendre au sérieux» les sanctions internationales contre l'Iran, qui n'a selon lui jamais fait face à une telle «agression planifiée» depuis la révolution islamique de 1979.

Le président Mahmoud Ahmadinejad, le gouvernement et la presse officielle ont, eux, minimisé systématiquement la portée de ces sanctions, affirmant qu'elles ne feraient que renforcer l'indépendance économique de l'Iran et n'affecteraient pas sa détermination à poursuivre son programme nucléaire.

LIRE AUSSI :

» Iran: des sanctions à prendre au sérieux

» Téhéran retire ses avoirs des banques européennes

» L'Union européenne muscle ses sanctions contre l'Iran

» Nucléaire : l'Iran tente d'esquiver les sanctions

Mes listes

valeur

dernier

var.

198.89 +0.38%
1.171 -0.10%
7.016 -0.40%
62.665 -2.48%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.