Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Technip Energies remporte un grand contrat en Norvège
information fournie par AOF04/07/2022 à 08:57

(AOF) - Technip Energies a remporté un grand contrat d'ingénierie, de fourniture des équipements et de construction (EPC) auprès de Hafslund Oslo Celsio, le plus grand fournisseur de chauffage urbain en Norvège, pour un projet de capture et stockage du carbone (CSC) associé à l'usine de valorisation énergétique des déchets d'Oslo, en Norvège. Pour Technip Energies, un « grand » contrat se situe entre 250 et 500 millions d’euros.

Le projet donnera naissance à la première usine à grande échelle dans le monde de valorisation énergétique des déchets avec capture du CO2. 400 000 tonnes de CO2 par an seront capturées, ce qui équivaut aux émissions d'environ 200 000 voitures et permettra de réduire les émissions d'Oslo de 17 %. Dans le cadre du projet Longship, le CO2 sera ensuite liquéfié et exporté vers Northern Lights, le premier réseau d'infrastructure, transfrontalier et open source, de transport et de stockage de CO2.

L'usine utilisera le système de capture du CO2 Shell CANSOLV, une technologie de pointe à base d'amine pour la capture du CO2 issu des gaz de combustion.

L'attribution de ce contrat EPC fait suite à plusieurs années de collaboration soutenue entre Technip Energies et Hafslund Oslo Celsio, portant sur la réalisation du concours de conception, la livraison et le test réussis d'une unité pilote en vue d'optimiser les performances économiques du projet. Le développement, l'expérimentation et la démonstration de la rentabilité de ce projet résultent d'un partenariat étroit et d'un processus de co-développement entre l'opérateur, T.EN et le fournisseur de technologie.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Leader mondial de l’ingénierie du Gaz naturel liquéfié, l’hydrogène et l’éthylène, créé en février 2021 par cession de TechnipFMC,et investi dans la transition énergétique ;

- Chiffre d’affaires de 6,7 Md€ réparti en 2 pôles : l’ingénierie pour 81 % et les offres de produits, services et technologies ;

- Modèle d’affaires fondé sur 4 piliers : GNL, décarbonation, chimie durable et solutions énergétiques sans carbone ;

- Capital ouvert mais bloqué (HAL Invest, holding de la famille Van der Vorm pour + 10 %, BPI France pour 10 % et TechnipFMC 7 %), Joseph Rinaldi présidant le conseil d’administration de 9 membres, Arnaud Pieton étant directeur général ;

- Bilan solide avec 1,5 Md€ de capitaux propres, une trésorerie nette de 3,1 Md€ face à 682€ M de dette brute à fin juin.

Enjeux

- Stratégie de croissance rentable à moyen terme avec une marge opérationnelle autour de 15 % et une hausse des investissements en R&D, dédiée à 100 % à la transition énergétique ;

- Stratégie d’innovation axée sur la transition énergétique via la décarbonation et les projets zéro carbone -BleH2 by T.EN (solutions à la production d’hydrogène), ammoniac bleu, flotteurs éoliens d’Inocean, carburants durables pour l’aviation : dotée d’un portefeuille de brevets (+ 3000) en forte croissance / fondée sur l’incubation, le développement de technologies de rupture et les partenariats de R&D-MIT, CEA, IPI… ;

- Stratégie environnementale en 3 points –décarboner, accélérer l’innovation, améliorer la circularité et la biodiversité- et visant la neutralité carbone pour 2030;

- Retombées de la société commune créée avec NIPGAS et des partenariats avec Petronas et Svante dans l’élimination et capture du carbone…- et avec TotalEnergies -solutions bas carbone ;

- Bonne visibilité avec 9,8 Md€ de prises commandes, surtout dans le GNL, pourtant le carnet de commandes à 16,4 Md€.

Défis

- Réduction de la sensibilité à la conjoncture du secteur du gaz ;

- Impact de la guerre Russie-Ukraine : 1,4 Md de commandes pour 2022, 854 M€ pour 2024 et 1,6 Md€ pour 2025, soit 23 % du carnet de commandes ;

- Objectif 2022 : revenus de 5 à 5,5 Md€, hors activités russes et marge opérationnelle de + 6,5 %.

Une demande mondiale en croissance

L'AIE (Agence Internationale de l'Energie) estime que la demande mondiale devrait s'établir à 99,4 Mb/j (millions de barils par jour) pour 2022, un niveau légèrement revu en hausse en raison d'une croissance plus forte que prévue en mars et avril. Cela reste néanmoins 1 Mb/j au-dessous des niveaux de 2019. Dès 2023 l'AIE prévoit que la demande pétrolière mondiale devrait dépasser les niveaux d'avant la pandémie de Covid, tirée par la demande chinoise. Cette dernière a été fortement affectée par les graves perturbations liées au Covid-19 cette année. L'année prochaine, le rebond de la demande chinoise fera plus que compenser un ralentissement du côté des pays de l'OCDE. A moyen-terme la forte reprise du trafic aérien soutient la demande pétrolière, avec une dynamique des voyages en avion en Europe et en Amérique du nord de plus en plus manifeste souligne l'AIE.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.15%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.