Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Taux : nette dégradation,le 'full risk on' devient frénétique
Cercle Finance01/12/2020 à 19:33

(CercleFinance.com) - L'entame du mois de décembre est caractérisée par une culmination historique de l'appétit pour le risque à des niveaux inédits puisqu'en marge d'un 'fear & greed index' gravitant au-delà de 90 (sur 100), la structure des positions n'a jamais été aussi acheteuse à Wall Street et les positions vendeuses aussi basses (moins de la moitié de la moyenne historique).

Le 'full risk on' plombe clairement le secteur obligataire cette fois-ci et nos OAT se dégradent de +4,4Pts de base à -0,2840%, les Bunds de +5Pts à -0,522%, les BTP italiens de +5,5Pts à 0,6400%.

Outre Atlantique, alors que les 3 principaux indices pulvérisent des records simultanément (le 46ème de l'année pour le Nasdaq, le 27ème pour le S&P500), le rendement des T-Bonds US s'envole de +8,2Pts à 0,9240%.

Cela n'a rien à voir avec la hausse de +3,3Pts de l'indice PMI du secteur manufacturier des Etats-Unis -calculé par IHS Markit- à 56,7 en novembre (son plus haut niveau depuis septembre 2014) car s'est en partie compensé par le repli de son 'jumeau', l'ISM manufacturier (calculé par l'Institute for Supply Management) qui se contracte de près de -2Pts à 57,5, contre 59,3 en octobre.

En Europe, l'indice PMI final pour l'industrie manufacturière s'est établi à 53,8 en novembre (révisé d'une estimation flash à 53,6) contre 54,8 en octobre, traduisant donc un ralentissement modeste.

En France, l'indice des acheteurs PMI IHS Markit signale, en novembre, la première contraction du secteur manufacturier depuis trois mois, de 51,3 en octobre vers 49,6 en novembre, reflétant l'impact négatif de l'entrée dans une nouvelle période de confinement.

Wall Street a également suivi avec attention la prestation de Steven Mnuchin et Jerome Powell qui ont répondu conjointement aux questions du Congrès américain sur les questions économiques : Jerome Powell assure que la priorité reste au soutien de l'économie, ce qui suppose une action ferme et résolue de la FED qui s'engage à utiliser 'tous ses outils'.

Steven Mnuchin réaffirme que 'les patrons de la restauration ont besoin de dons, pas de prêts'.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer