1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Taux: nervosité mais pas de preuve de risque d'inflation US

Cercle Finance14/02/2018 à 19:29

(CercleFinance.com) - Petit accès de volatilité sur les marchés obligataires ce mercredi après-midi, et c'est finalement la tendance de fond -baissière- qui s'impose.

Les bons du Trésor US et la plupart de leurs homologues européens sont retombés sur les planchers du début du mois de février (les 5 et 6), leur rendement affichant symétriquement leur zénith depuis plusieurs mois, voir plusieurs années.

Les T-Bonds US affichent par exemple +2Pts à 2,908%, le '2 ans' 2,17% (et le spread avec le '30 ans' se réduit à moins de 100Pts, à +99Pts).

En Europe, nos OAT se tendent de +2Pts à 1,0140%, les Bunds de +1,5% à 0,761%, les 'Gilts' britanniques de +3Pts à 1,6480%.

Stabilisation au Sud avec 1,52% (à + ou -0,5Pts de base) sur les 'Bonos' et 2,07% sur les BTP italiens.

En ce qui concerne 'LE' chiffre qui faisait trembler par avance les investisseurs, le 'CPI' américain est ressorti à +0,5% contre +0,4% anticipé (et +0,3% aurait rassuré).

De même, au lieu de se réduire de -0,2% à +1,9%, l'inflation sur 12 mois, reste inchangée à +2,1%.

Mais le 'core rate' (hors nourriture et énergie) semble plus 'modéré' avec +0,3% (et +1,8% par an).

Enfin, le taux de progression des salaires horaire, corrigés de l'inflation, ressort à +0,8%, et cette même inflation ajustée de la hausse des salaires se réduit de -0,2% au mois de janvier.

L'apparent dérapage des prix de janvier est principalement dû à la hausse des primes d'assurance 'auto' (de +1,3%) et du coût de la santé.

En ce qui concerne les ventes de détail, elles reculent de -0,3% en janvier, mais ressortent inchangées hors 'auto'.

Enfin, les stocks des entreprises progressent de +0,4%: rien de tout cela ne semble préfigurer une flambée de l'inflation.

Peut-être faut-il s'interroger sur le niveau de confiance dans les T-Bonds alors que les déficits US pourraient s'accroître de +1.000Mds$ par an jusqu'en 2035.

Côté Europe, la croissance de l'Allemagne ressort à +0,6% au 4ème trimestre (36ème trimestre positif) et à +2,9% en rythme annuel.

Destatis a confirmé une première estimation de 2,2% (CVSM, et +2,5% hors correctif saisonnier) pour la croissance de l'ensemble de l'année 2017, un rythme sans précédent depuis 2011.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer