Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

TAUX-La détente sur les rendements italiens s'amplifie
information fournie par Reuters05/09/2018 à 13:38

    LONDRES, 5 septembre (Reuters) - Les rendements des emprunts
d'Etat italiens sont tombés mercredi à leurs plus bas niveaux
depuis près d'un mois, profitant du regain d'espoir des
investisseurs dans la politique budgétaire du gouvernement de
coalition "antisystème" formé au printemps.
    Le vice-président du Conseil Luigi Di Maio, issu du
Mouvement 5 Etoiles (M5S) a déclaré mercredi que le projet de
budget pour 2019 en cours de préparation serait "courageux" mais
que la situation des comptes de l'Etat ne serait pas compromise.
    Mardi, l'autre vice-président du Conseil, Matteo Salvini,
chef de file de la Ligue (extrême droite), a dit que le
gouvernement s'efforcerait de respecter les règles budgétaires
fixées par l'Union européenne et d'honorer les engagements
budgétaires pris par les gouvernements précédents. 
    Rome doit présenter le mois prochain le projet de budget
2019. Le ministre de l'Economie, Giovanni Tria, un universitaire
qui n'appartient ni à la Ligue, ni au M5S, prône un déficit
inférieur à 2% du produit intérieur brut (PIB), a-t-on appris
lundi de source proche des discussions. 
    Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement des titres
italiens à dix ans  IT10YT=RR  était en baisse de près de 15
points de base vers 11h15 GMT à moins de 2,89%, son plus bas
niveau depuis le 9 août. 
    La baisse atteignait près de 18 points de base pour le
rendement à cinq ans  IT5YT=RR , revenu à moins de 2,12% et pour
les titres à deux ans  IT2YT=RR  (-15 points à 1,01%).
    Ce mouvement de détente a débuté lundi après la décision de
l'agence de notation Fitch de ne pas abaisser la note souveraine
qu'elle attribue à l'Italie, qui reste à BBB, même si sa
perspective est désormais "négative". 
    
    LA NOTE SOUVERAINE, ENJEU CLÉ POUR LES MARCHÉS
    Les craintes de dérive des finances publiques avaient fait
monter la semaine dernière le rendement italien à dix ans à près
de 3,25%, au plus haut depuis le mois de mai. 
    L'Italie affiche un ratio dette/PIB de 130%, le plus élevé
de la zone euro après celui de la Grèce, alors que les règles
européennes le plafonnent à 60%.
    "Il y a eu pendant tout l'été un mouvement baissier sur les
prix et il semble désormais que le centre de gravité soit en
train de se déplacer vers une position budgétaire retenue de la
part de l'Italie", a commenté Antoine Bouvet, stratège taux de
Mizuho à Londres.
    L'écart de rendement ("spread") entre les titres à dix ans
italiens et allemands  DE10IT10=RR  s'est resserré à 250 points
de base. Il avait brièvement dépassé 310 points en mai au moment
de la formation du gouvernement avant de refluer vers 210 points
en juillet, mais les craintes de dérive des dépenses l'avaient
fait remonter jusqu'à 290 points.
    Après une rencontre avec plusieurs ministres, Luigi Di Maio
a déclaré mercredi que le budget devrait rassurer les marchés
financiers mais "avant tout" les familles italiennes et il a
promis que les crédits alloués aux demandeurs d'emploi seraient
augmentés.
    L'une des questions clés du point de vue des marchés
financiers concerne la capacité de l'Italie à éviter de
nouvelles dégradations de ses notes souveraines, estime Martin
van Vliet, stratège d'ING. 
    "Peut-être l'objectif de déficit n'est-il pas suffisant pour
dissuader les agences d'appuyer sur la gâchette", a-t-il ajouté.
"Si la croissance ralentit l'an prochain, l'Italie pourrait être
dégradée, sans que le déficit entre en jeu. S'il y a une
dégradation, même d'un seul échelon, certains investisseurs
étrangers pourraient être tentés de jeter l'éponge."
    

 (Dhara Ranasinghe et Virginia Furness; Marc Angrand pour le
service français, édité par)
 

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 05/09/2018 à 13:38:20.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.