Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

TARKETT : la marge d'Ebitda 2021 sera inférieure à celle de 2020
information fournie par AOF20/07/2021 à 16:08

(AOF) - Après avoir passé une grande partie de la matinée en net repli, Tarkett s’est repris et s'adjuge désormais 4,33% à 19,74 euros sur la place de Paris. Ce début de séance compliqué a découlé des perspectives annuelles présentées par le spécialiste des revêtements de sol et des surfaces sportives. Ce dernier a prévenu que la marge d'Ebitda ajusté 2021 sera inférieure à son niveau de 2020.

Tarkett explique que compte tenu de l'accélération récente de l'inflation des coûts d'achat et des pénuries de matières premières, l'impact négatif de l'inflation est désormais anticipé à environ 130 millions d'euros pour 2021, contre 100 millions d'euros estimés en avril. Le groupe pointe également du doigt la reprise lente dans les segments bureaux et hôtellerie.

En parallèle, Tarkett a confirmé qu'il n'atteindra pas son objectif de moyen terme d'au moins 12% en 2022 et s'attend désormais à un décalage de son atteinte d'au moins un an.

Ces perspectives ont été dévoilées à l'occasion d'un point préliminaire sur les résultats du premier semestre 2021.

Tarkett a indiqué que son résultat net était attendu proche de l'équilibre sur cette période, contre une perte de 64,9 millions d'euros un an auparavant. De son côté, l'Ebitda ajusté a atteint 112,7 millions d'euros, soit une marge de 8,9%, contre 8,6% au premier semestre 2020. La marge a été impactée par l'inflation du coût des matières premières et du transport au deuxième trimestre.

Quant au chiffre d'affaires, il ressort à 1,26 milliard, soit une hausse de 2% en données publiées et de 6,3% en organique. Sur le seul deuxième trimestre, la croissance organique s'établit à 16%.

Les résultats semestriels complets seront publiés le 29 juillet prochain.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Une filière bois prometteuse pour le secteur de la construction

Le bois permet de réduire l'empreinte carbone du secteur de la construction de 25 %. L'énergie nécessaire à la fabrication de bois scié est de 350 kWh/m3, contre 700 kWh/m3 pour le béton ou 46.000 kWh/m3 pour l'acier. Le projet « Wood Up », situé dans le treizième arrondissement de Paris, dont la livraison est prévue en 2022, sera le premier à bénéficier entièrement d’une ossature en bois. De nouveaux acteurs se positionnent sur ce matériau. Ainsi, le promoteur REI Habitat, labellisé bois de France, accueille désormais à  49% de son capital Axa IM Real Assets, avec l’objectif de devenir le numéro un de la construction bois en France. Le potentiel est élevé car le territoire français est recouvert à 30% de forêts. Toutefois la filière est encore très morcelée, avec l’intervention de1.200 scieries.

D’autres matériaux comme le chanvre, la paille, la brique de terre ou la terre coulée sont de plus en plus utilisés dans une approche plus responsable.

Des pratiques qui évoluent face au défi climatique

Le secteur de la construction est actuellement responsable de près de la moitié de la consommation d'énergie et d'un tiers des émissions de gaz à effet de serre en France.  Face au défi climatique, les professionnels du bâtiment se réinventent, avec notamment une place grandissante accordée à la nature et aux espaces végétalisés et l’emploi de matériaux bio sourcés ou géosourcés (bois, paille, chanvre, ouate de cellulose, liège, lin, chaume, herbe de prairie, ...).

Néanmoins, dans le neuf, les normes toujours plus nombreuses, représentent une contrainte forte. D’ailleurs, la Fédération Française du Bâtiment juge irréaliste la nouvelle norme environnementale RE 2020, qui doit entrer en vigueur en juillet 2021. Cette nouvelle norme vise à réduire la consommation énergétique d'un bâtiment neuf de 30 % par rapport à l'actuelle norme thermique RT2012 mais aussi ses émissions carbone. Le secteur demande son report d'au moins six mois.

Valeurs associées

Euronext Paris +1.09%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 20/07/2021 à 16:08:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.