1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Syrie/Avion-Poutine parle d'un tragique concours de circonstances
Reuters18/09/2018 à 20:32

    * Un avion russe abattu par méprise par les Syriens
    * Le ministère russe de la Défense met en cause Israël
    * Poutine adopte un ton mesuré, parle à Netanyahu
    * Israël affirme que la DCA syrienne est seule responsable

 (Ajoute communiqué du Kremlin, citation Netanyahu)
    par Darya Korsunskaya et Stephen Farrell
    MOSCOU, 18 septembre (Reuters) - La destruction d'un avion
de reconnaissance russe lundi soir au large des côtes syriennes
a été la conséquence d'un tragique concours de circonstances, a
déclaré mardi le président russe Vladimir Poutine.
    L'appareil, un Iliouchine Il-20 qui transportait 15
militaires, a été abattu de façon accidentelle par une batterie
antiaérienne syrienne alors que des avions israéliens venaient
de mener des frappes dans la province côtière de Lattaquié.
    "Je pense que dans ce cas, très probablement, il s'agit
d'une série d'événements tragiques, car notre avion n'a pas été
abattu par un appareil israélien. Mais il ne fait aucun doute
que nous devons savoir comment cela a pu se produire", a dit le
président russe à des journalistes après avoir reçu à Moscou le
Premier ministre hongrois Viktor Orban.
    "Pour ce qui est des mesures de rétorsion, il s'agit pour
nous, avant tout, d'assurer la sécurité de nos soldats et de nos
installations en Syrie. Et nous allons prendre des mesures dans
ce sens, ce que tout le monde pourra constater."
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est
entretenu par téléphone avec Vladimir Poutine dans l'après-midi.
Il a déploré la mort des militaires russes et affirmé que seule
la Syrie était à blâmer dans cette affaire, ont précisé ses
services.
    Lors de cette conversation, Vladimir Poutine a déclaré que
l'aviation israélienne menait des opérations violant la
souveraineté de la Syrie, a précisé par la suite le Kremlin.
    "Dans ce cas précis, les accords russo-israéliens sur la
prévention des incidents dangereux n'ont pas été observés (...).
Le président russe a appelé la partie israélienne à éviter de
telles situations désormais", dit le communiqué de la présidence
russe. 
    Benjamin Netanyahu a de son côté insisté sur l'importance de
la coordination entre les deux pays qui a permis "de prévenir de
nombreuses pertes des deux côtés au cours des trois dernières
années", indiquent les services du Premier ministre israélien.
    
    AMBASSADEUR ISRAÉLIEN CONVOQUÉ
    Avant les déclarations de Poutine, le ministère russe de la
Défense s'était montré bien plus offensif, accusant Israël
d'être responsable de la destruction de l'avion et dénonçant une
"initiative hostile".
    L'ambassadeur d'Israël en Russie a été convoqué au ministère
des Affaires étrangères à Moscou.
    Pour le ministère russe de la Défense, l'aviation
israélienne a délibérément créé une situation "dangereuse" dans
la province de Lattaquié, alors que l'avion russe s'apprêtait à
atterrir sur la base de Hmeymim.
    "Nous considérons comme hostile cette initiative de l'armée
israélienne", a dit Igor Konachenkov, porte-parole du ministère,
dans un communiqué. "Du fait des actes irresponsables de l'armée
israélienne, 15 militaires russes ont trouvé la mort. Ce n'est
absolument pas conforme à l'esprit du partenariat
russo-israélien."  
    "Nous nous réservons le droit de réagir par des mesures
équivalentes", a-t-il poursuivi dans une déclaration à la
télévision russe.
    Les forces armées israéliennes ont rejeté les critiques
russes, affirmant dans un communiqué que la responsabilité de
l'incident incombait à la DCA syrienne qui "a fait feu sans
discernement" et "sans se préoccuper" de la présence d'un
appareil russe en vol.
    Tsahal ajoute que ses chasseurs ont pris pour cible un
complexe de l'armée syrienne et qu'ils "étaient déjà revenus
dans l'espace aérien israélien" lorsque l'Il-20 a été abattu.
    
    MISSILE RUSSE S-200    
    Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou s'est
entretenu au téléphone avec son homologue israélien Avigdor
Lieberman pour souligner que la Russie tenait Israël pour
entièrement responsable de cet incident.
    Le ministère russe de la Défense a affirmé que les chasseurs
F-16 de l'armée israélienne se sont servis de l'Il-20 pour se
couvrir et s'approcher de leurs cibles au sol tout en échappant
à la défense antiaérienne syrienne.
    "En se cachant derrière l'appareil russe, les pilotes
israéliens l'ont placé dans la ligne de tir du système de
défense antiaérienne syrien. L'Il-20 a été abattu par un missile
S-200", a expliqué Igor Konachenkov.
    Pour lui, les pilotes israéliens ont nécessairement vu
l'appareil russe car ce dernier était en phase d'approche à une
hauteur de 5.000 mètres. "Malgré tout, ils ont volontairement
mené cette provocation", a-t-il affirmé.
    Les relations entre Israël et Moscou sont cordiales depuis
plusieurs années, le gouvernement russe se plaçant en position
d'intermédiaire entre l'Etat hébreu et ses ennemis dans la
région, dont l'Iran. 
    La Russie ferme en général les yeux sur les raids aériens
menés par l'Etat hébreu en Syrie. Israël dit en avoir effectué
environ 200 au cours des deux dernières années. 
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait été
invité par Vladimir Poutine à un défilé militaire sur la place
Rouge à Moscou au mois de mai.

 (Avec Tom Balmforth, Andrew Osborn, Maayan Lubell, Ori Lewis,
John Irish, Christian Lowe, Phil Stewart, Nayera Abdallah,
Sophie Louet et Simon Carraud; Danielle Rouquié, Jean-Philippe
Lefief, Pierre Sérisier et Guy Kerivel,  pour le service
français, édité par Jean-Stéphane Brosse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer