Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SYNTHESE-Les pressions à la baisse des prix restent généralisées-PMI

Reuters23/01/2015 à 18:48

* Les pressions désinflationnistes continuent de monter * L'industrie chinoise se contracte pour le 2e mois consécutif * Net ralentissement de la croissance en Corée du Sud * Timide amélioration en Europe * Léger tassement de la croissance de l'industrie américaine par Jonathan Cable et Koh Gui Qing PEKIN/LONDRES/WASHINGTON, 23 janvier (Reuters) - Les entreprises européennes, asiatiques et même américaines ont enregistré une baisse des prix de leurs achats ces dernières semaines et n'ont que faiblement augmenté, sinon réduit, leurs prix de vente, montrent les premiers résultats des enquêtes PMI de Markit vendredi. Cette tendance persistante ne fait que souligner un peu plus les risques que les banques centrales cherchent à endiguer, que ce soit par la baisse des taux ou par des mesures non-conventionnelles. Les entreprises de la zone euro ont baissé leurs prix au rythme le plus soutenu en près de cinq ans en janvier selon ces enquêtes, publiées au lendemain de l'annonce par la Banque centrale européenne d'un programme d'assouplissement quantitatif censé relancer l'inflation et la croissance dans la région. Les entreprises chinoises les ont quant à elles baissé pour le sixième mois consécutif tandis que le net ralentissement de la croissance de l'activité en Corée du Sud a conforté les anticipations de nouveaux assouplissements monétaires en Asie. L'activité dans le secteur manufacturier en Chine s'est contractée pour le deuxième mois consécutif, un mouvement qui plaide pour la mise en oeuvre rapide de nouvelles mesures de soutien à l'activité par les autorités. "2015 ne s'annonce pas comme une année particulièrement fantastique pour la croissance mondiale", a déclaré Peter Dixon, économiste de Commerzbank. "Il ne fait aucun doute qu'à travers le monde, les banques centrales sont un peu plus offensives. La désinflation a certainement changé les perspectives monétaires." L'indice PMI composite flash de Markit pour la zone euro, considéré comme un bon indicateur avancé de la croissance, est toutefois ressorti à un plus haut de cinq mois à 52,2 contre 51,4 en décembre. Il ne permet toutefois pas d'envisager une croissance supérieure à 0,2% au premier trimestre selon Markit, soit moins que la médiane des prévisions de croissance des économistes interrogés la semaine dernière par Reuters, qui s'établit à 0,3%. "La petite hausse de l'indice PMI composite de la zone euro suggère que la croissance demeure très lente et confirme que les dernières mesures de soutien annoncées par la BCE étaient vraiment nécessaires", a dit Jennifer McKeown, économiste pour l'Europe de Capital Economics. La composante des prix de vente est tombée à 49,6, au plus bas depuis février 2010, traduisant une baisse des prix pratiqués. Les prix à la consommation dans la zone euro ont baissé de 0,2% en décembre, revenant en territoire négatif pour la première fois depuis le paroxysme de la crise financière de 2008-2009. Aux Etats-Unis la croissance dans l'industrie manufacturière a légèrement ralenti, l'indice PMI flash du secteur ressortant à 53,7 contre 53,9 en décembre et 54,0 attendu par les économistes interrogés par Reuters. La composante des prix d'achat a enregistré sa première baisse en deux et demi tandis que les prix de vente n'ont connu qu'une augmentation marginale reflétant la quasi-absence de pressions sur les coûts de production au cours des derniers mois. L'ASIE FREINÉE PAR LA CHINE En Chine, où l'indice PMI flash manufacturier HSBC/Markit pour le mois de janvier est ressorti à 49,8, presque inchangé par rapport au mois précédent, cette composante est aussi tombée au plus bas depuis la crise financière, sous l'effet de la chute des prix du pétrole, qui alimente les pressions désinflationnistes partout dans le monde. Les économies émergentes en Asie devraient connaître une croissance atone cette année et l'an prochain, pénalisée par le ralentissement de la Chine et la faiblesse de la demande globale, montre une enquête Reuters auprès d'économistes publiée vendredi. Les économistes de Nomura s'attendent à de nouvelles pressions baissières sur les prix à la production en Chine, "renforçant les inquiétudes sur les risques de déflation". "Cela ressemble à une tendance et affectera l'inflation sous-jacente( hors éléments volatils-ndlr) à un certain moment. Et la (Banque populaire de Chine-ndlr) réagira très vraisemblablement à de telles craintes de déflation", a déclaré Chang Chun Hua, un économiste de Nomura. La croissance de l'économie sud-coréenne, la quatrième d'Asie, a été divisée par plus de deux au quatrième trimestre à 0,4% contre 0,9% au trimestre précédent, alimentant les anticipations d'une baisse des taux directeurs au premier semestre. En Thaïlande, le ministre des Finances a appelé la banque centrale à baisser les taux et en Australie, des investisseurs estiment que la récente baisse de taux de la Banque du Canada pourrait conduire la Banque d'Australie à lui emboîter le pas. La Banque de Réserve d'Inde a elle aussi annoncé une baisse inattendue de ses taux directeurs la semaine dernière et prévenu que d'autres suivraient. Le Japon tranche toutefois dans ce sombre tableau en Asie avec un rebond des carnets de commandes aussi bien sur le marché intérieur qu'à l'international. Mais la Banque du Japon peine à atteindre son objectif d'un retour de l'inflation à 2% en rythme annuel et elle a dû abaisser cette semaine ses prévisions d'inflation, ce qui pourrait la conduire à de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire. "Avec une inflation très basse, voire une inflation négative et des capacités encore inemployées, nous nous attendons à ce que la politique monétaire dans les économies avancées continue globalement d'être assouplie", préviennent les économistes de Citi ans une note de recherche. (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

8.4001 +9.43%
143.14 +0.01%
12.504 +0.13%
EDF
14.925 +0.78%
28.23 +1.49%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.