Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Sur les marchés actions européens et l’inflation (Newton IM)
information fournie par AOF07/10/2021 à 16:33

(AOF) - A la fin du troisième trimestre, les marchés ont placé l'inflation au cœur de leur positionnement sectoriel, constate Paul Markham, gestionnaire de portefeuille actions de Newton IM (boutique de BNY Mellon Investment Management). Les pics des rendements obligataires (bien qu'ils aient été surachetés au cours de l'été) ont provoqué une forte rotation des secteurs de longue durée et orientés vers la croissance ; tandis que les perturbations de la chaîne d'approvisionnement, ont mis en évidence les pénuries de main-d'œuvre provoquées par la pandémie.

Selon Paul Markham, il est probable que même si l'inflation est susceptible de reculer, elle s'établira à un taux régulier légèrement supérieur à celui d'avant la pandémie

L'Europe, dont les marchés d'actions sont plus exposés aux entreprises industrielles et cycliques traditionnelles que les États-Unis par exemple, pourrait profiter de cette situation, surtout si les rendements obligataires s'établissent à des niveaux plus élevés.

Les investisseurs en actions ont, dans l'ensemble, été bien récompensés au cours de la dernière décennie pour s'être concentrés sur les entreprises de croissance aux modèles innovants et pour avoir bénéficié de taux d'intérêt bas, en grande partie au détriment des actions européennes.

Ce positionnement sur le marché, bien qu'il se soit quelque peu effacé au cours de l'année écoulée, peut encore faire l'objet d'une rotation, explique Paul Markham.

Tant que les pressions inflationnistes émaneront dans une large mesure d'une reprise de l'activité économique et que les rendements obligataires augmenteront, l'attrait des valorisations de certains secteurs plus cycliques des marchés actions continuera d'attirer l'attention, souligne l'expert.

Il peut s'agir de secteurs tels que l'industrie, la finance et les matériaux, même si de nombreux sous-secteurs restent confrontés à des défis structurels à plus long terme, notamment en ce qui concerne les facteurs ESG et les pressions politiques parfois contraires.

Néanmoins, l'Europe, avec sa faible exposition à la technologie en particulier, pourrait bénéficier de cet environnement au niveau de l'indice pendant une période, en particulier si elle s'accompagne d'un renforcement du dollar américain, conclut Paul Markham.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.