Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Suez propose une solution en trompe-l’œil à Veolia
information fournie par AOF22/03/2021 à 14:50

(Crédits photo : credit suez -  )

(Crédits photo : credit suez - )

(AOF) - Veolia cède 1,65% à 22,11 euros tandis que Suez gagne 0,64% à 18,225 euros alors que le dossier est devenu inextricable. Suez a proposé à Veolia "une solution négociée" qui l'a rapidement rejetée. Le numéro un mondial de l'environnement a refusé de relever son offre de 18 à 20 euros par titre et de voir la taille de sa cible à la baisse. Le groupe espère toujours obtenir gain de cause en justice sur l'annulation de la fondation néerlandaise, obtenir le feu vert de l'AMF à son OPA et surtout convaincre les actionnaires de Suez de pencher en sa faveur d'ici la prochaine assemblée générale.

Suez a donc proposé une porte de sortie à Veolia aux conditions plutôt baroques.

Le groupe a reçu une offre des fonds Ardian et Global Infrastructure Partners (GIP) portant sur la totalité des activités françaises "Eau" et "Recyclage et Valorisation" de Suez auxquelles s'ajoutent plusieurs activités "Eau et Technologie" à l'international. Les fonds proposent 11,9 milliards d'euros, soit 20 euros par action. Ce " nouveau Suez " représenterait 9,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit près de la moitié du groupe.

L'offre de Veolia porte, elle, sur l'intégralité de Suez, et se monte à 18 euros par titre. Pour convaincre Suez, Veolia avait proposé, en vain, de préserver ses activités en France au sein d'une même entité.

Comme Veolia détient 29,9% de Suez, ce dernier invite Veolia a des négociations avec lui et Ardian/CIP. Veolia devrait ainsi accepter de revendre au préalable les actifs de ce " nouveau Suez " aux deux fonds. Le groupe d'Antoine Frérot devrait également relever son offre de 18 à 20 euros pour conserver, in fine, le reste des activités non acquises par les deux fonds.

Si Veolia refuse d'obtempérer, Suez brandit deux menaces. Premièrement, si aucun accord n'est conclu d'ici le 20 avril, le groupe accélère son plan stratégique Suez 2030. En creux, cela signifie de nouvelles cessions qui réduiraient son attrait pour Veolia.

Deuxièmement, Suez rendrait définitif jusqu'en septembre 2024 le dispositif de préservation de l'activité Eau France au sein du groupe. Suez a ainsi activé la fondation néerlandaise qui rend inaliénable Suez Eau France.

Ainsi, même si l'OPA de Veolia était couronnée de succès, il ne pourrait plus vendre Suez Eau France et se trouverait ainsi en porte-à-faux avec les différentes autorités de la concurrence.

Pour éviter tout ces tracas à Veolia, Suez offre une alternative : une OPA non pas à 18 mais à 22,5 euros par titre. A ce prix, il se couche, assure-t-il.

Sans surprise, Veolia a rejeté cette solution qui s'apparente selon lui à un démantèlement de Suez. Le groupe d'Antoine Frérot reste droit dans ses bottes : il attend la décision de l'AMF sur son OPA.  Une fois cette offre validée, libre à Ardian et GIP de faire une contre-offre à 20 euros évidemment sur le même périmètre que celui de Veolia.

Pour Invest Securities, ces derniers développements montrent que "Veolia ne démord pas de son emprise sur Suez et que c'est la direction de Suez qui s'enfonce dans des contre-propositions et des manœuvres aussi vaines qu'illégales, s'agissant d'initiatives qui devraient relever du vote des actionnaires de Suez".

Valeurs associées

Euronext Paris +0.03%
Euronext Paris -3.33%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 22/03/2021 à 14:50:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.