Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Stellantis cible 20 milliards de revenus supplémentaires grâce aux Software d'ici 2030
information fournie par AOF07/12/2021 à 08:32

(AOF) - A l'occasion de la présentation de sa stratégie Software, Stellantis a indiqué viser des revenus d’environ 4 milliards d’euros d’ici 2026 et d’environ 20 milliards d’euros d’ici 2030 grâce à ses offres produits et abonnements basés sur les softwares. Le constructeur automobile prévoit d’investir plus de 30 milliards d’euros d’ici 2025 pour réaliser sa transformation en matière de software et d’électrification.

" Nos stratégies d'électrification et software accéléreront notre transformation pour devenir une ' tech company ' leader de la mobilité durable, en tirant parti de la croissance commerciale associée aux nouveaux services et à l'OTA et en offrant la meilleure expérience client ", a déclaré Carlos Tavares, CEO de Stellantis. L'OTA correspond aux mises à jour ' over-the-air '.

Dans ce cadre de la présentation de sa stratégie, le firme franco-italienne a dévoilé plusieurs partenariats stratégiques. Outre le lancement de Mobile Drive prévu pour le 31 décembre 2021, le nouvel accord non contraignant signé avec Foxconn vise à concevoir une famille de microcontrôleurs spécifiques pour soutenir Stellantis et les clients tiers. " Le partenariat vise à développer quatre familles de puces qui couvriront plus de 80 % des besoins de la société en matière de microcontrôleurs, ce qui contribuera à fluidifier considérablement la chaîne d'approvisionnement ", a expliqué le constructeur automobile. L'adoption et l'installation des produits dans les véhicules Stellantis sont prévues pour 2024.

Stellantis poursuit également ses projets dédiés avec Waymo. Alors que les Chrysler Pacifica Hybrides équipées du Waymo Driver assurent des milliers de trajets entièrement autonomes à Phoenix, en Arizona (États-Unis), Stellantis et Waymo ont désormais étendu leur partenariat aux services de livraison locaux. Les équipes d'ingénieurs recevront les prototypes de Stellantis en 2022.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Automobile – Constructeurs : Un secteur en convalescence

Le marché automobile français n'est pas encore rétabli du Covid. Seules 141.041 immatriculations de véhicules particuliers ont été enregistrées en mai, selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). C’est 27,3% de moins que le niveau de mai 2019.

Né en janvier de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler, Stellantis est devenu le premier constructeur automobile en Europe au premier trimestre, devançant ainsi le groupe Volkswagen (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Porsche, Lamborghini…).

Une reprise qui se fait attendre

Sur les cinq premiers mois de l'année, les immatriculations enregistrées en cumul s'élèvent à 723.258 pour les voitures particulières, soit 22,7% de moins que leur niveau de 2019, avant la crise sanitaire.

Stellantis a commercialisé en mai 2021 environ 44.000 véhicules neufs, soit près de 40%  en moins comparé à mai 2019. Le groupe a pâti d’un manque de composants, qui pénalise tous les constructeurs dans le monde. Stellantis n’a ainsi pu produire 190.000 véhicules au premier trimestre et mi-mars le groupe Volkswagen estimait que 100.000 véhicules n'avaient pas pu être produits.

A 36.000 unités, les ventes du groupe Renault en mai 2021 ont reculé de 27,8 % par rapport à leur niveau d'avant pandémie.

Les voitures électriques poursuivent leur développement en France et affichent un maintien de leur part de marché à 8% en mai, avec 11.562 immatriculations.

Un secteur pénalisé par la pénurie de semi-conducteurs

Cette pénurie est principalement liée aux conséquences de la pandémie de Covid-19. Le fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon évalue à environ 2,5 millions le nombre de voitures qui ne pourront être produites au premier semestre 2021 dans le monde. Il prévoit que le déséquilibre entre l'offre et la demande persistera et pourrait durer jusqu'en 2022.

Néanmoins, les industriels de l'automobile ne subissent pas de la même façon cette pénurie de composants électroniques. Ceux qui ont développé des relations étroites avec leurs fournisseurs sont moins touchés. C’est le cas de Toyota. En revanche Ford a annoncé que sa production serait réduite de 50 % au deuxième trimestre et de 1,1 million de véhicules sur l'ensemble de l'année.

Valeurs associées

Euronext Paris -3.57%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.