1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Steeve Briois privé de son immunité parlementaire européenne

Reuters06/02/2018 à 12:52
 (Actualisé avec réaction de Steeve Briois) 
    STRASBOURG, 6 février (Reuters) - Le Parlement européen a 
levé mardi l'immunité parlementaire de Steeve Briois, secrétaire 
général du Front national et maire d'Hénin-Beaumont 
(Pas-de-Calais), à la demande du parquet de Douai qui veut 
l'entendre dans une affaire d'injures publiques envers un 
particulier. 
    L'élu d'extrême droite est visé par une plainte avec 
constitution de partie civile déposée par un conseiller 
municipal d'opposition qui s'estime injurié par des commentaires 
postés et non supprimés sur la page Facebook du maire en 
décembre 2015. 
    L'affaire a, en toile de fond, le recours pour atteinte au 
principe de laïcité introduit devant le tribunal administratif 
par David Noël, conseiller municipal communiste, contre la 
crèche de Noël que Steeve Briois avait fait installer dans le 
hall de l'hôtel de ville. 
    Les élus strasbourgeois ont estimé que la demande de levée 
de l'immunité de l'eurodéputé n'était pas liée "à un avis ou à 
un vote émis par lui dans l'exercice de ses fonctions comme 
député au Parlement européen". 
    "Le Parlement européen se ridiculise", a réagi Steeve Briois 
sur Twitter. "On vote la levée de mon immunité parlementaire 
pour des commentaires sur un Facebook dont je ne suis ni le 
rédacteur ni le directeur de la publication."  
    Le Front national fait l'objet d'une enquête sur les 
conditions dans lesquelles les assistants parlementaires des 
députés FN à Strasbourg effectuent leur mission, la justice 
soupçonnant qu'ils aient en réalité travaillé pour la formation 
d'extrême droite au niveau national. 
 
 (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer