Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Stabilité confirmée des parts de marché de la France à l'export

Reuters24/10/2013 à 18:06

LA STABILISATION DES PARTS DE MARCHÉ DE LA FRANCE À L'EXPORTATION SE CONFIRME

PARIS (Reuters) - La stabilisation des parts de marché de la France à l'exportation amorcée fin 2011 après une décennie de chute se confirme cette année, selon l'étude sur la compétitivité française de l'institut COE-Rexecode publiée jeudi.

La part des exportations françaises de biens et services dans les exportations de la zone euro a été en moyenne de 12,8% sur les huit premiers mois de 2013, soit le même niveau qu'en 2011 et 2012, alors qu'elle était de 17% en 1999.

La part des exportations françaises dans le commerce mondial s'est de même stabilisée cette année à 3,1%, un niveau moitié moindre qu'en 1999 (6,3%), la France étant, derrière le Japon, le pays développé qui a connu le plus fort recul sur une longue période.

COE-Rexecode souligne que, si elle avait maintenu sa part de marché au sein de la zone euro, la France aurait des exportations de biens et services supérieures de 180 milliards d'euros à leur niveau actuel, le cumul des pertes enregistrées depuis 1999 dépassant 1.400 milliards.

L'institut, qui est proche du patronat, attribue le recul brutal de la compétitivité française du début des années 2000 pour une large part au "choc de coût" lié à l'instauration des 35 heures et à la dérive du coût salarial du travail qui en est résulté.

De 2000 au deuxième trimestre 2003, l'heure de travail a ainsi augmenté de 45% en France contre 24% en Allemagne et 40% en moyenne dans la zone euro et cette évolution n'a pas été compensée par une progression de la productivité.

L'EBE INDUSTRIEL RESTE PROCHE DES PLUS BAS

L'éloignement de ce choc dans le temps mais aussi les premiers effets des politiques industrielles mises en oeuvre sous les précédents gouvernements -pôles de compétitivité, réforme du crédit impôt recherche, création d'Oseo, investissements d'avenir- comme par l'actuel -Banque publique d'investissement, crédit d'impôt compétitivité emploi- expliquent sans doute la stabilisation en cours.

Mais ces dispositifs ne pourront produire tous leurs effets que si la base industrielle se développe à nouveau, souligne COE-Rexecode, ce qui n'est pas encore le cas.

La mesure en est l'excédent brut d'exploitation de l'industrie manufacturière française, qui s'élevait, sur une base annualisée, à 44 milliards d'euros au premier semestre 2013, soit l'équivalent de 2,2% du produit intérieur brut, contre 180 milliards en Allemagne, soit 6,5% du PIB.

L'écart entre la France et l'Allemagne, stabilisé lui aussi dans une période récente, est aujourd'hui de un à quatre, alors qu'il était de 56,2% en 2000.

Et la part de l'EBE industriel réalisé par les entreprises opérant en France par rapport au total de la zone euro est passé de 17,7% en 2000 à 10,8% en 2011, même s'il s'est légèrement repris depuis à 11,4%.

Pour Michel Didier, président de COE-Rexecode, l'EBE de l'industrie manufacturière, "c'est-à-dire le montant des ressources nécessaires à l'investissement et à la recherche, est toujours actuellement proche d'un point bas historique", ce qui rend avant tout nécessaire une reconstitution des marges financières des entreprises.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.