1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Spectacle vivant : polémique sur le projet de statut des bénévoles
Le Parisien06/02/2014 à 14:56

Spectacle vivant : polémique sur le projet de statut des bénévoles

Payer les bénévoles. «L'avant-projet de loi sur la création artistique», concocté par les ministres du Travail et de la Culture, provoquerait une petite révolution dans le monde du spectacle, selon une information Europe 1. Le texte, qui sera présenté dans les prochains jours en Conseil des ministres, entend rendre justice aux bénévoles qui sont soumis aux lois du travail. Pour l'heure, aux yeux des ministres du Travail et de la Culture, ces volontaires sont effectivement considérés comme des «travailleurs dissimulés» et devraient donc avoir droit à une rémunération.

En face, les détracteurs du projet de loi mettent en avant un risque : le paiement des volontaires pourrait entraîner la fin de nombreuses fanfares, Bagad (formation musicale bretonne) ou autres spectacles de sons et lumières. Le texte cible essentiellement les grands spectacles lucratifs, puisque ne sont concernées que les prestations n'ayant pas de vocation pédagogique et dont le nombre de représentations dépasse la trentaine par an. En résumé : ce sont donc les grands spectacles qui sont dans le viseur d'Aurélie Filippetti et Michel Sapin.

Le Puy-du-Fou «en danger de mort»

Parmi les prestations les plus en danger : celles du Puy-du-Fou. Le parc de loisirs à thème médiéval situé en Vendée emploie quelque 3400 bénévoles pour mettre en scène son spectacle. Selon son président, Nicolas de Villiers, si les volontaires devaient être payés, cela sonnerait tout simplement l'arrêt du spectacle.

«Si vous demandez à un bénévole au Puy-du-Fou s'il souhaite être salarié, il vous répondra : "Si demain je suis salarié, j'arrête", a expliqué le président du parc d'attractions sur Europe 1. Et donc si demain cette loi passe, nous ferons sans doute le choix d'arrêter l'aventure. Cela veut dire à peu près 5 000 emplois en moins, induits par le Puy-du-Fou, qui s'arrêteront demain matin. Par conséquent, oui le Puy-du-Fou est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

16 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4630217
    06 février15:57

    Ces socialos, ils sont fort ! ils viennent de découvrir qu'ils pouvaient encore casser quelque chose ...

    Signaler un abus

  • jf2007
    06 février15:43

    Nebraska, est malheureusement encore à côté pour une fois que l'on avait quelque chose quifaisait traverser la france aux français, avec toutce qui en découle mais bon apres la reforme des rythmes scolaires on continu dans la mediocrite, si devilliers etait au ps peut on n'entendrait pas des aneries pareilles!!

    Signaler un abus

  • couronee
    06 février15:34

    @Nebraska: sans vous en rendre compte (?) vous mettez le doigt sur le fond. Il s'agit de rendre toutes ces activités dépendantes des financements publics et des subventions, afin de réduire encore un peu le champ d'expression du privé et d'augmenter d'autant l'emprise du politique. Le reste est habillage.

    Signaler un abus

  • M1679630
    06 février15:30

    Nous avons les moyens de vous obliger! Tout bénévolat doit être rémunéré, cotisé, taxé, avec des horaires légaux (ni nuit ni dimanche, mais bien contingenté). Ainsi moins de spectacles, associations, colonies.... Et après on pleurera sur ceux qui n'ont pas les moyens d'envoyer leurs enfants en colonie! Et dire que je connais une colonie suisse de genève (en associant des français) qui n'opère qu'avec des bénévoles et permet des séjours bon marché! Ah ces Suisses, toujours dans les bons plans.

    Signaler un abus

  • luke4
    06 février15:25

    il faudrait taxer les clodos dans la rue aussi, après tout la mendicité c'est une activité et un redressement pour ceux qui ont un chien signe ostentatoire de richesse qui prouve que l'activité est plus que rentable!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer