1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Sondage : 88% des Français aiment leurs médecins, jugés aussi trop conservateurs

Le Parisien15/03/2015 à 16:58

Sondage : 88% des Français aiment leurs médecins, jugés aussi trop conservateurs

Compétents, professionnels tout en étant jugés corporatistes et rétifs à de profondes réformes de notre système de santé. C'est tout le paradoxe des médecins, qui vont manifester en masse, dimanche après-midi à Paris, contre la loi «Santé» de leur ministre, Marisol Touraine. Ces derniers jouissent d'une forte popularité auprès des Français (88 % d'opinions favorables) selon le sondage Odoxa réalisé pour «Le Parisien - Aujourd'hui en France».

QUESTION DU JOUR. Les médecins doivent-ils accepter la généralisation du tiers payant ?

Qualifiés de courageux(80%), à l'écoute de leurs patients (78%) et passionnés (71%), généralistes et spécialistes bénéficient d'un gros capital confiance. 64 % des personnes interrogées (contre 34 % qui pensent le contraire) estiment même que leurs médecins défendent mieux les intérêts des usagers du système de santé. Tout juste leur reproche-t-on - un peu - leur manque de disponibilité et le fait qu'ils soient avant tout motivés par l'argent.

Nos bons vieux «toubibs» passeraient-ils pour les gardiens du temple de la Sécu ? Que nenni. Certes, les Français soutiennent plutôt la manifestation d'aujourd'hui. Mais ça ne les empêche pas d'être majoritairement favorables, selon toutes les enquêtes d'opinion, à la généralisation du tiers payant, l'une des mesures qui, précisément, fait tousser les médecins.

C'est d'ailleurs ce que les sondés leur reprochent. Majoritairement perçues comme une population conservatrice (66%) et privilégiée (63%), les blouses blanches ne brillent guère par leur propension au changement. 67 % des personnes interrogées estiment qu'elles ont tendance à s'opposer systématiquement à toute évolution de la médecine.

«C'est toute l'ambiguïté du rapport qu'entretiennent les Français à leurs médecins, conclut Gaël Sliman, président d'Odoxa. Ils les aiment (NDLR : 70 % des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

27 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • lorant21
    16 mars09:44

    J'ai vu en 50 ans les différences entre la médecine de ville. Avant, le notable en cravate, un quasi dieu, qui allait chez les patients et recevait dans sa grande maison. Maintenant, un type banal qui a son cabinet dans son pseudo-HLM avec qui on discute de son ordonnance et ne se déplace plus. Il y a quand même une évolution négative... qui va s'aggraver avec cette loi.

    Signaler un abus

  • prott1
    15 mars19:59

    Ah, tiens la généralisation du tiers payant va obliger le praticien à indiquer à son patient le dépassement d'honoraire ;) mince .. de plus la nuée constituée de petites mutuelles va disparaître ce qui va faciliter le boulot des CPAM .Si ces médecins ne sont pas content qu'ils se déconventionne et oublie leur serment !

    Signaler un abus

  • jt451
    15 mars18:48

    Ça fonctionne en Alsace depuis plusieurs années .....Sans problèmes apparemment , . Pour une fois que les alsaciens sont dans le coup !!!

    Signaler un abus

  • enoriane
    15 mars13:13

    On paye son coiffeur, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas payer le médecin, au moins jusqu'au même montant annuel. Soyons digne enfin.

    Signaler un abus

  • M4537737
    15 mars13:01

    Si 22 000 lits disparaissent (chiffre å vérifier) c'est une bonne chose car de trop nombreux services sont tenus par des personnels n'ayant pas assez de malades pour rester opérationnel.Un chirurgien, un obstétricien doivent opérer beaucoup de patients, en deçà d'un certain volume ils sont dangereux car ils perdent leur technicité, ces fermetures sont une avancée pour la santé publique de notre pays et ne sont pas dictées par une politique économique contrairement å ce que pensent beaucoup.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

10.888 -0.18%
LNC
36 -5.26%
13.15 +1.94%
1.064 -17.20%
49.735 -0.52%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.