Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Sodexo renonce à faire rentrer un investisseur au sein de "Services Avantages & Récompenses"
information fournie par AOF25/05/2022 à 08:40

(AOF) - Dans le cadre de la revue stratégique engagée ces derniers mois, Sodexo a défini une nouvelle feuille de route pour accélérer le développement de l'activité Services Avantages & Récompenses. L'option consistant à faire entrer un investisseur dans le capital de l'activité Services Avantages & Récompenses n'a pas été retenue, le Conseil d'Administration estimant qu'elle n'était pas suffisamment créatrice de valeur.

La nouvelle feuille de route de l'activité Services Avantages & Récompenses permettra à Sodexo de profiter pleinement du fort potentiel de développement de cet actif stratégique dans les années à venir, assure la société dans un communiqué.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts

- Groupe de services aux entreprises, essentiellement sur sites -restauration collective, tickets-repas-, créé en 1966 ;

- Chiffre d'affaires de 17,5 Mds€, généré auprès de 4 types de clientèle -entreprises et administrations pour 52 %, santé et seniors pour 27 %, éducation pour 16 % et services sur sites ;

- 2 grandes zones géographiques –l’Amérique latine pour 38 %, l’Europe, les Etats-Unis et l’Asie pour 62 % ;

- Modèle de création de valeur par amélioration de la vie des clients, avec la technologie et l'innovation comme accélérateurs ;

- Société détenue à 42,8 % par la famille fondatrice Bellon (57,1 % des droits de vote), Sophie Bellon, étant présidente-directrice générale du conseil d'administration de 12 membres ;

- Solidité financière solide notée A avec un taux d’endettement de 56 % et un effet de levier de 3,8.

Enjeux

- Stratégie « STEP » : rationalisation du portefeuille (présence dans 55 pays contre 80 en 2018), abandon ou renégociation des contrats les moins rentables et standardisation digitale de la gestion des sites ;

- Stratégie d'innovation renforcée par 60 M€ d’investissements en 2021 : digitalisation de l'entreprise : formation intensive des salariés « Digital Passport », Sodexo Data Lab... / offre aux clients : déploiement de Zeta, architecture de plateformes technologiques offrant des solutions digitales de paiement et, sur sites, déploiement d’applications spécifiques (MyWayApp pour les résidents, I PROMISE, BlueFox, The Good Eating Cy...) / écosystème de start-up avec Sodexo Ventures, intervenant notamment en Chine pour l’expérience consommateur (Meican) ;

- Stratégie environnementale « Better tomorrow » visant la neutralité carbone en 2025: recul d’ici 2025 de 34 % des émissions carbone (vs 2017) et, d’ici 2050, de 50% des déchets / intégration des PME fournisseurs dans la chaîne de valeur / mise en place « rise with Sodexo » : programme de réduction des déchets alimentaires Wastewatch, réduction des articles à usage unique et des déchets plastiques, alimentation durable et repas « à faible émission de carbone », approvisionnement durable ;

- Avancée de la stratégie de diversification « any food, anytime, anywhere » aux Etats-Unis avec les rachats de Foodie, nourish et de Frontline, distributeur de produits à emporter ;

- Après le transfert au niveau local de la gestion des activités écoles et services, poursuite de la simplification de l’organisation.

Défis

- Action du Comité pour la période de transition, les 4 priorités étant l’optimisation de la croissance aux Etats-Unis, la transformation des modèles de restauration, la gestion du portefeuille et l’efficacité de l’organisation ;

- Réaction à l’inflation des produits alimentaires et de l’énergie : indexation, négociations, arbitrages entre produits et productivité ;

- Impact de la guerre Russie-Ukraine : examen des options sur les activités sur site en Russie, inférieures à 1 % du chiffre d’affaires ;

- Objectif 2021-22 d’une croissance interne dans le bas de la fourchette 15-18 % du chiffre d’affaires et d’une marge d’exploitation de 5,2 %.

Services aux entreprises : le transport routier face à un déficit de main d’oeuvre

Un rapport publié par la Dares (Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques) en octobre 2020 soulignait que les conducteurs routiers faisaient partie des trente métiers les plus en tension en France en 2019. Cette tension n’est pas retombée et pourrait même s’amplifier dans les prochaines années. D’après l'OTRE (Organisation des transporteurs routiers européens), les besoins pourraient atteindre 100.000 postes dans les cinq ans à venir. Le phénomène, qui a été amoindri pendant les confinements successifs, a resurgi avec la reprise de l'activité. Il est en partie lié à un déficit d'image et à des rémunérations peu attractives. Malheureusement les récentes négociations entre les partenaires sociaux pour revaloriser les minima de branche n’ont pas abouti.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.96%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.