Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Société Générale est plus optimiste sur ses perspectives 2021
information fournie par AOF03/08/2021 à 08:22

(AOF) - A l’occasion de la publication de ses comptes du deuxième trimestre, Société Générale a relevé ses objectifs 2021. Elle anticipe désormais des revenus en hausse sur l’ensemble des métiers. La banque a par ailleurs révisé à la baisse entre 20 et 25 points de base sa prévision annuelle de coût net du risque rapporté aux encours de crédits. La nette baisse du coût du risque, le dynamisme de son activité et une bonne gestion des frais de gestion lui ont permis renouer avec les bénéfices entre avril et juin.

Société Générale affiche un résultat net, part du groupe, de 1,439 milliard d'euros contre une perte de 1,26 milliard d'euros, un an auparavant. Le coût du risque a été réduit de 88,9% à -142 millions d'euros. Le produit net bancaire a augmenté de 18,2% (+20,5% en données comparables) à 6,26 milliards d'euros.

S'agissant de ses activités de marché, ses métiers sur les actions ont vu leurs revenus être multipliés par 5 à 758 millions d'euros tandis qu'ils ont reculé de 33% dans le courtage Taux, Crédit et Change (FICC) à 470 millions d'euros.

La banque a confirmé le lancement, au quatrième trimestre, d'un programme de rachat d'actions, d'un montant d'environ 470 millions d'euros. Société Générale a aussi enregistré une provision pour dividende par action de 1,2 euro au titre du premier semestre cohérent avec un taux de distribution de 50% du résultat net part du groupe sous-jacent.

Elle bénéficie d'une situation financière solide avec un ratio de fonds propres durs de 13,4%, en repli de 0,1 point sur le trimestre.

AOF - EN SAVOIR PLUS

De nombreux défis pour les banques européennes

Le modèle européen de la banque de détail est particulièrement mis à mal face à l'essor du digital. Certaines se retirent de cette activité, comme c'est le cas d'HSBC. A cela s'ajoute une progression des risques. Ainsi, d'après la BCE, la forte activité des grandes banques sur le marché des opérations à effet de levier et les marchés des produits dérivés liés aux actions les exposent à une prise de risque excessive.

Quant aux banques françaises, depuis la crise sanitaire, elles sont exposées de façon croissante au risque cyber suite à la nécessité de basculer massivement et rapidement des activités financières vers le télétravail et la prestation de services à distance.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.76%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.