1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Six familles françaises sont détenues en Irak, dit Le Drian
Reuters07/02/2018 à 10:10

    PARIS, 7 février (Reuters) - Une centaine de djihadistes 
français sont détenus en Syrie et six familles françaises sont 
emprisonnées en Irak, a déclaré mercredi Jean-Yves Le Drian, qui 
a souligné que seuls les enfants pourraient être concernés par 
un rapatriement. 
    Invité de BFM TV, le ministre des Affaires étrangères a 
déclaré que la France ferait "savoir sa position" contre la 
peine capitale si des djihadistes français venaient à être 
condamnés à mort en Irak. 
    La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, avait affirmé 
le 28 janvier dernier que Paris "interviendrait pour négocier" 
en pareil cas.   
    A la question de savoir combien de Français issus des rangs 
de l'Etat islamique (EI) étaient détenus par les forces kurdes 
dans le nord-est de la Syrie, Jean-Yves Le Drian a répondu :  
"On nous dit une petite centaine". 
    "On ne les a pas encore vraiment localisés. On a des 
signalements, (...) l'identification sérieuse est en cours", 
a-t-il précisé.  
    "Ils vont être jugés par les autorités judiciaires locales", 
a-t-il dit, ajoutant que ces autorités "ne sont pas 
automatiquement les Kurdes, ce sont les forces démocratiques 
syriennes aussi." 
    Prié de dire s'ils pourraient être rapatriés en France, 
Jean-Yves Le Drian a été catégorique : "Ils ne seront pas 
rapatriés en France dans la mesure où ce sont des combattants - 
donc ce sont des ennemis, c'est vrai pour l'Irak, c'est vrai 
pour la Syrie - qui ont combattu des citoyens de Syrie, qui ont 
combattu des Turcs, qui ont violé, qui ont fait des actes de 
barbarie." 
    "Les enfants, c'est une autre situation. Sur les enfants, 
nous voulons faire en sorte que par le biais de la Croix-Rouge 
nous puissions les rapatrier en France", a expliqué le ministre. 
    En Irak, a précisé Jean-Yves Le Drian, "six familles" ont 
été arrêtées en Irak et seront jugées, "sauf les enfants". 
    "Ce sont des prisonniers irakiens, ils ne sont pas allés en 
Irak pour faire du tourisme, ils sont allés en Irak pour 
combattre dans les rangs de Daech. Ils sont donc emprisonnés 
logiquement, ils seront donc jugés", a déclaré le ministre. 
    "Ils ont le droit à la protection consulaire, notre consul 
vérifie s'ils sont bien traités, si les droits fondamentaux sont 
respectés. Ensuite, il y aura procès par les autorités 
irakiennes. La peine de mort existe en Irak, elle existe dans 
d'autres pays du monde. Il y a aujourd'hui sept ou huit Français 
qui sont condamnés à mort, y compris aux Etats-Unis", a-t-il 
rappelé. 
    "Dans ces cas-là, la France fait savoir sa position. Je vais 
me rendre bientôt en Irak et je le ferai savoir moi-même", 
a-t-il dit sans plus de précisions. 
 
 (Sophie Louet) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer