1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Shinzo Abe annonce le report de la hausse de la TVA au Japon

Reuters01/06/2016 à 09:53

REPORT DE LA HAUSSE DE LA TVA AU JAPON

TOKYO (Reuters) - Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a annoncé mercredi devant des parlementaires qu'il avait décidé de reporter de deux ans et demi, à octobre 2019, l'augmentation prévue de la TVA, une décision sans surprise adoptée face à la morosité de la conjoncture économique.

Ce report sera vraisemblablement bien accueilli par les électeurs, appelés aux urnes pour le renouvellement de la chambre haute de la Diète en juillet.

Mais il risque d'alimenter les interrogations sur la volonté de Shinzo Abe de réduire l'énorme endettement public du Japon. Le report de la TVA prive en outre l'Etat d'une source de financement des prestations sociales, sur une pente ascendante en raison du vieillissement rapide de la population.

Le Premier ministre doit tenir une conférence de presse à 09h00 GMT pour expliquer sa décision.

"Je veux assumer mes responsabilités en accélérant encore et toujours les 'Abenomics', a-t-il déclaré lors d'une réunion du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir. "J'ai décidé de reporter de deux ans et demi le relèvement de la TVA à 10%".

Il s'agit du deuxième report du passage à 10% de la TVA. La hausse de cette taxe de 5% à 8%, décidée en avril 2014, avait fait plonger en récession la troisième économie mondiale.

Dès son arrivée au pouvoir, en décembre 2012, Shinzo Abe s'était engagé à sortir le Japon de la déflation et de relancer une économie atone.

Les mesures adoptées depuis, qui conjuguent relance budgétaire, soutien massif de la politique monétaire et réformes structurelles visant à améliorer la productivité, ont rapidement été résumées par l'expression "Abenomics".

Ces recettes tardent pourtant à produire les résultats escomptés, la reprise économique restant fragile et l'inflation très loin de l'objectif de 2% fixé par la Banque du Japon.

UN REPORT À DOUBLE TRANCHANT

Shinzo Abe, dont le mandat en tant que président du PLD et donc, de fait, en tant que Premier ministre, court jusqu'en septembre 2018, a longtemps laissé entendre qu'il mettrait en oeuvre comme prévu la hausse de la TVA en avril 2017.

Mais, lors de réunion du Groupe des Sept (G7) la semaine dernière au Japon, il a préparé le terrain à un report en disant que ses partenaires du G7 partageaient "un sentiment aigu de crise" au sujet des perspectives économiques mondiales.

Shinzo Abe avait alors ajouté que le Japon mettrait en oeuvre "tous les outils politiques", et notamment la possibilité de reporter la hausse de la TVA, pour éviter une crise économique de l'ampleur de celle de 2008.

Des responsables gouvernementaux ont dit que Shinzo Abe n'avait pas renoncé à sa promesse de parvenir à une situation d'excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) d'ici la fin de l'exercice 2019-2020, ce qui permettrait de contenir un endettement qui représente déjà plus de 200% du produit intérieur brut (PIB), le plus élevé des grands pays développés.

Mais cet objectif semble déjà difficile à atteindre, quand bien même la prévision du gouvernement, jugée optimiste, d'une croissance annuelle de 2% en moyenne dans les années à venir se vérifiait.

Certains économistes craignent que le report du relèvement de la TVA n'entraîne des abaissements de la note souveraine du Japon, ce qui augmenterait les coûts de financement des entreprises du pays.

(Linda Sieg et Tetsushi Kajimoto, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M488902
    01 juin11:22

    On attend patiemment que le pays explose en vol. Creer des dollars, monnaie mondiale, on y croit, mais des yens ?Quand la population sera bien paupérisée et en chute libre en terme de démographie, la chute arrivera hélas pour ce beau et doux pays.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.