Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Shell veut réduire ses dépenses et augmenter ses cessions

Reuters30/01/2014 à 13:57

SHELL VEUT RÉDUIRE SES DÉPENSES

par Sarah Young

LONDRES (Reuters) - Royal Dutch Shell a annoncé jeudi vouloir céder des actifs, réduire ses dépenses et geler un projet controversé d'exploration dans l'Arctique afin de privilégier la rentabilité après le choc provoqué il y a deux semaines par un avertissement sur ses résultats.

Arrivé il y a un mois tout juste à la tête de la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise, numéro trois mondial coté du secteur, le directeur général, Ben van Beurden a ainsi affiché son intention de faire maigrir le groupe.

"Notre stratégie globale reste solide mais 2014 sera une année durant laquelle nous allons modifier nos priorités, pour améliorer notre rendement et nos performances en terme de cash-flow", a-t-il souligné dans un communiqué.

Shell avait choqué ses actionnaires le 17 janvier en annonçant que ses résultats trimestriels seraient "nettement" inférieurs à ses prévisions initiales en raison de multiples imprévus.

Pour redresser la barre, le groupe va donc ramener ses investissements à 37 milliards de dollars cette année contre 46 milliards l'an dernier, tout en augmentant la cadence de ses cessions d'actifs, visant en ce domaine un montant total de 15 milliards de dollars pour 2014-2015.

Conséquence la plus emblématique de ces décisions: présentée en décembre, la campagne controversée et coûteuse d'exploration pétrolière dans les eaux de l'Arctique prévues cette année est annulée.

Shell a consacré environ 4,5 milliards de dollars depuis 2005 à la recherche de pétrole au large des côtes de l'Alaska mais il avait dû annuler l'an dernier une campagne de forages dans la région, une tempête ayant endommagé l'un de ses navires en 2012. Le projet était en outre vivement contesté par les organisations de défense de l'environnement.

"DES CHOIX DIFFICILES"

"Nous faisons des choix difficiles au sein de notre portefeuille à l'échelle mondiale, pour améliorer l'efficacité du capital de Shell", a dit Ben van Beurden.

Les 15 milliards de dollars de cessions prévues sur 2014-2015 représentent environ 6,5% de la capitalisation boursière actuelle du groupe (228 milliards). En 2013, le groupe n'a cédé que pour 1,7 milliard d'actifs.

La compagnie a évoqué la possibilité de vendre une partie de ses activités dans l'amont sur le continent américain, où la baisse des prix du gaz de schiste pourrait le contraindre à des dépréciations.

Pour faire patienter ses actionnaires, Shell augmentera de 4% au premier trimestre son acompte sur dividende, à 0,47 dollar par action, une décision qu'il présente comme le reflet de sa confiance dans sa capacité à augmenter sa génération de cash-flow.

Au quatrième trimestre, Shell a réalisé un bénéfice hors exceptionnels et à coûts courants d'approvisionnement de 2,9 milliards de dollars (2,12 milliards d'euros), en ligne avec la prévision révisée présentée le 17 janvier. Il s'agit du plus faible résultat publié par le groupe depuis cinq ans.

Le groupe a expliqué cette déception par la baisse des marges de raffinage, la hausse des coûts de production, des perturbations dans la production au Nigeria ou encore des opérations de maintenance dans ses activités de gaz naturel liquéfié.

Ben van Beurden doit présenter les détails de sa stratégie le 13 mars.

A la Bourse de Londres, l'action Shell gagnait 2,8% à 2.186 pence vers 10h55 GMT, l'une des plus fortes hausses de l'indice FTSE 100, qui perdait alors 0,31%.

Pour Peter Hutton, analyste de Royal Bank of Canada, "c'est un bond début: ils disent ce qu'il faut dire, plus fort et de manière plus chiffrée que ce que nous attendions".

Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.