Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Shell : performance décevante au troisième trimestre
information fournie par AOF06/10/2022 à 11:07

(AOF) - Le point d’activité de Shell pour le troisième trimestre n’a pas été à la hauteur des attentes. S’agissant de ses activités liées au gaz, leur résultat devrait être sensiblement inférieur à ceux du deuxième trimestre 2022 en raison de la saisonnalité et des « différences substantielles entre la réalisation sur papier et la réalisation physique dans un marché volatil et disloqué ».

La production de gaz devrait se situer entre 890 et 940 000 barils équivalent pétrole par jour. Dans le GNL, les volumes de liquéfaction devraient, eux, se situer entre 6,9 et 7,5 millions de tonnes.

La marge de raffinage indicative est de 15 dollars par baril, contre 28 dollars par baril au deuxième trimestre 2022. La diminution de la marge devrait avoir un impact négatif compris entre 1 et 1,4 milliard de dollars sur l'Ebitda ajusté de ce segment au troisième trimestre par rapport au deuxième trimestre 2022.

La marge indicative des produits chimiques devrait être négative à hauteur de 27 dollars la tonne, contre une marge positive de 86 dollar la tonne au deuxième trimestre 2022 ; la diminution de la marge devrait avoir un impact négatif compris entre 300 et 600 millions de dollars sur l'Ebitda ajusté du troisième trimestre des produits chimiques par rapport au deuxième trimestre 2022.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Une demande mondiale en croissance

L'AIE (Agence Internationale de l'Energie) estime que la demande mondiale devrait s'établir à 99,4 Mb/j (millions de barils par jour) pour 2022, un niveau légèrement revu en hausse en raison d'une croissance plus forte que prévue en mars et avril. Cela reste néanmoins 1 Mb/j au-dessous des niveaux de 2019. Dès 2023 l'AIE prévoit que la demande pétrolière mondiale devrait dépasser les niveaux d'avant la pandémie de Covid, tirée par la demande chinoise. Cette dernière a été fortement affectée par les graves perturbations liées au Covid-19 cette année. L'année prochaine, le rebond de la demande chinoise fera plus que compenser un ralentissement du côté des pays de l'OCDE. A moyen-terme la forte reprise du trafic aérien soutient la demande pétrolière, avec une dynamique des voyages en avion en Europe et en Amérique du nord de plus en plus manifeste souligne l'AIE.

Valeurs associées

LSE +1.33%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.