1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Sexe et politique en Australie, où une majorité tient à un fil

Reuters16/02/2018 à 08:22
    SYDNEY, 16 février (Reuters) - Sexe et politique ne font pas 
bon ménage en Australie où la coalition au pouvoir risque de 
perdre sa très faible majorité parlementaire à cause d'une 
relation extra-conjugale impliquant le vice-Premier ministre, 
Barnaby Joyce. 
    Le Premier ministre, Malcolm Turnbull, a décrété jeudi que 
les relations sexuelles entre les ministres et leurs 
collaborateurs/trices étaient désormais interdites.   
    Il a jugé que son adjoint avait fait preuve en la matière 
"d'une erreur de jugement choquante", laissant entendre qu'il 
devrait démissionner.  
    Barnaby Joyce, 50 ans, chef du Parti national, formation 
conservatrice bien implantée dans les zones rurales, a fait 
campagne pendant les élections sur les valeurs familiales.  
    Marié pendant vingt-quatre ans et aujourd'hui séparé, père 
de quatre filles, il a entretenu une liaison avec une ancienne 
assistante, qui attend aujourd'hui un enfant de lui. 
    Vendredi, il a refusé de démissionner et contre-attaqué en 
qualifiant les propos de Malcolm Turnbull d'"ineptes".  
    Dans les milieux politiques, cette affaire inquiète car si 
Barnaby Joyce était contraint à la démission il pourrait aussi 
choisir d'abandonner son mandat de député, ce qui ôterait au 
gouvernement sa minuscule majorité d'un siège. 
    Le chef de l'opposition travailliste, Bill Shorten, a estimé 
que le gouvernement était "en crise" avec "un Premier ministre 
et son adjoint qui se font la guerre", jugeant que pareille 
situation ne pouvait pas durer. 
 
 (Colin Packham, Gilles Trequesser pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer