Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Septième année de baisse attendue pour l'habillement en 2014

Reuters05/12/2013 à 20:01

LES VENTES DE PRÊT-À-PORTER DEVRAIENT RECULER EN 2013 ET 2014

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le marché français de l'habillement devrait encore reculer en 2014 et accuser le triste record d'une septième année de baisse consécutive, plombé par une conjoncture économique déprimée et le poids accru des dépenses contraintes, notamment fiscales.

Les ventes de prêt-à-porter homme, femme et enfant sont ainsi attendues en recul de 1,4% en 2013 et devraient encore baisser l'an prochain, à un rythme qui pourrait être cependant plus ralenti (-1%), selon les estimations de l'Institut français de la mode (IFM).

"Dans un environnement qui reste difficile, les consommateurs achètent moins, mais mieux", explique Evelyne Chaballier, professeur associée à l'IFM, commentant l'étude annuelle de l'institut sur les perspectives de la mode et du textile pour 2014, publiée jeudi.

En 2013, la baisse des volumes vendus a en effet atteint 4%, mais a été en partie compensée par une légère hausse des prix (+2,8%).

Très corrélé à l'évolution du PIB, le marché de la mode en France ne parvient pas à enrayer un mouvement de baisse continu depuis la crise financière de 2008. Il a perdu 11% de sa valeur depuis et totalisait 28,7 milliards d'euros à la fin 2012.

Gildas Minvielle, responsable de l'observatoire économique de l'IFM, souligne que "les efforts demandés aux ménages, notamment en matière fiscale ont été extrêmement importants en 2013".

Dans un contexte de faible consommation des ménages, la mode n'est pas totalement sacrifiée, selon lui, car elle reste un élément important de l'image de soi. Mais, ajoute-t-il, "il ne faut pas s'attendre à de forts taux de croissance".

NOUVEAUX MODES DE CONSOMMATION

"La crise a modifié les modes de consommation et la nouveauté, aujourd'hui, c'est que ça touche toutes les catégories de population", note Evelyne Chaballier, faisant référence au succès des ventes de meubles de designers sur certains sites de ventes entre particuliers, comme Le Bon Coin, ou le succès des boutiques de vêtements "vintage".

Comme en témoigne le succès du britannique Asos, le e-commerce, avec ses prix réduits, sa facilité d'usage et sa capacité d'innovation, apparaît comme le grand bénéficiaire du marasme qui touche de plein fouet les réseaux de magasins multimarques et qui n'épargne pas les grandes chaînes comme l'espagnol Zara (groupe Inditex) ou le suédois H&M.

Les ventes en ligne pèsent aujourd'hui pour 13% du marché français de l'habillement.

"C'est un chiffre considérable, qui va conduire les distributeurs à se réinventer", note Gildas Minvielle.

En retard sur d'autres secteurs de la distribution comme l'équipement de la maison, l'habillement va lui aussi devoir apporter du service et permettre la complémentarité entre les magasins et leurs sites de vente en ligne.

Sans parler d'embellie pour 2014, l'IFM estime qu'avec des perspectives de croissance plus favorables, le marché de l'habillement devrait voir sa baisse ralentir.

Le gouvernement table sur une progression du PIB de 0,9% l'an prochain, un chiffre proche de celui attendu par l'OCDE (+1%).

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.