Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Selon DPAM, les banques centrales ont intérêt à viser un équilibre de Nash
AOF17/05/2021 à 17:10

(AOF) - Dans sa dernière analyse, Peter de Coensel, CIO Fixed Income chez DPAM, explore l'intérêt pour les banques centrales de viser un équilibre de Nash. Dans le monde post-Covid, les autorités fiscales et monétaires ont adopté un régime de collaboration, observe le professionnel. Ce régime est présent aussi bien dans les économies développées que dans celles des marchés émergents. Si, dans ce contexte, les stratégies monétaires correspondent à celles mises en œuvre dans un équilibre de Nash, alors leurs résultats pourraient être optimaux et durables, indique Peter de Coensel.

Les banques centrales ont tenté de faire cavalier seul durant la période comprise entre la crise financière de 2008-2009 et le début de la pandémie. Cette attitude les a amenées à repousser les frontières de l'endettement et des dettes de marge du système financier, souligne le spécialiste des taux.

Pour lui, le temps est venu d'admettre que les marchés ne pourront pas revenir aux conditions de taux qui prévalaient lorsque les banquiers centraux n'étaient encore que des spectateurs passifs. Ils jouent aujourd'hui un rôle pivot sur les marchés financiers. L'action des banques centrales est d'autant plus efficiente que les stratégies qu'elles mettent en œuvre conduisent à des situations similaires à celles existant dans un équilibre de Nash, conclut Peter de Coensel.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • djludo
    17 mai17:37

    La culture c'est comme le beurre, moins on en a plus on l'étale

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer