Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Scor, plus forte baisse du SBF 120 à la mi-séance du mardi 2 août 2022
information fournie par AOF02/08/2022 à 12:16

(AOF) - Scor (- 4,18% à 16,61 euros)

Le titre de la société de réassurance ferme la marche du SBF 120 , les investisseurs restant à distance des valeurs qui ont récemment déçu.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Quatrième réassureur mondial né en 1970, leader du marché américain de la réassurance-vie avec le tiers des parts de marché ;

- Profil de risque très sûr : réassureur le plus diversifié géographiquement et répartition équitable entre réassurance-vie sous la marque Scor Global Life (plus de la moitié des primes) et réassurance non-vie sous la marque Scor PC ;

- Primes brutes d’un montant de 17,6 Mds€ et diversification réussie dans la gestion d’actifs avec un portefeuille de 20,3 Mds€, investi aux 8/10èmes en obligataire ;

- Modèle d’affaires organisé en 3 « hubs » autonomes de gestion (les Amérique, l’Asie-Pacifique et l’EMEA), la souscription et la gestion des sinistres dépendant des divisions vie et non-vie;

- Capital ouvert, les premiers actionnaires étant Covea (8,44 %) devant les salariés (4,60 %), Denis Kessler étant président non-exécutif, jusqu’en 2022, du conseil d’administration de 16 membres et Laurent Rousseau directeur général ;

- Situation financière exceptionnellement solide, avec une dette notée AA, un ratio d’endettement financier de 28 %, un ratio de solvabilité de 226 % et un actif net par action de 35,26 €.

Défis

- Avant le lancement d’un nouveau plan stratégique, stratégie de remaniement du portefeuille d’assurance au dépens du secteur de catastrophes naturelles, montée à 10 % des actifs de valeur, tels les emprunts privés et réduction des liquidités dans le portefeuille d’investissements ;

- Stratégie d’innovation visant à prévenir l’arrivée d’une nouvelle concurrence, les technologies liées à l’intelligence artificielle rendant le travail de prédiction et de probabilité des assureurs accessible à d’autres acteurs, d’où le recours à l’acquisition, le traitement et la sécurité des data et l’intégration de l’intelligence artificielle dans les opérations de réassurance / le lancement de la plateforme hELIOS et le partenariat avec start-up et Insurtech / l’utilisation de clouds publics / 250 ME d’investissements dans les technologies ;

- Stratégie environnementale au cœur de la stratégie, les réassureurs étant très exposés aux risques climatiques : portefeuille d'investissement neutre en CO2 en 2050 / soutien à la recherche sur les risques climatiques / création d’offres spécifiques -FEEL, BAM ou VITAE- en réassurance-vie / recours aux crédits carbone et lancement d’une facilité de crédit « verte » ;

- Maîtrise de la souscription et des coûts, avec, pour 2022, une hausse de 19 % des primes d’assurance dommages.

Défis

- Sensibilité aux catastrophes naturelles, et aux grands sinistres industriels, financiers et de cybersécurité dans les pays développés et à la parité euro contre dollar et livre sterling, monnaies de libellé de l’essentiel des revenus ;

- Guerre Russie-Ukraine : impact direct limité mais conséquences macro-économiques difficilement mesurables, d’où le report à fin juillet 2022 de la journée investisseurs ;

- Après les rachats d’actions, dividende 2021 de 1,8 €.

Une belle dynamique de développement pour l'assurance-vie française

La progression de l'assurance-vie se poursuit au fil des mois. Sur les quatre premiers mois de l'année, les cotisations ont atteint 53,7 milliards d'euros, un niveau inégalé depuis plus de dix ans. A 10,5 milliards d'euros, la collecte nette retrouve elle aussi son niveau le plus élevé depuis 2011 sur une période similaire. Au final, à fin avril 2022, les encours des contrats d'assurance vie ont atteint 1.847 milliards d'euros, en croissance de 1,1% sur un an. Ces bonnes performances sont en partie liées au succès croissant du PER (Plan d'Epargne Retraite). Depuis le début de l'année 2022, les PER commercialisés par un assureur ont affiché 592.000 assurés supplémentaires et 9,3 milliards d'euros de versements. Fin avril 2022, 3,2 millions d'assurés détenaient un PER, ce qui représentait un encours de 39 milliards d'euros. Sans tenir compte des transferts, 87 % des nouveaux titulaires d'un PER (à fin décembre 2021) l'avaient souscrit auprès d'un assureur.

Valeurs associées

Euronext Paris -3.07%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 02/08/2022 à 12:16:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.