Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Schneider vise jusqu'à 17% de marge en 2014, prudence pour 2012

Reuters22/02/2012 à 10:55

SCHNEIDER VISE JUSQU'À 17% DE MARGE EN 2014, PRUDENCE POUR 2012

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Schneider Electric s'est fixé mercredi l'objectif d'une marge opérationnelle pouvant aller jusqu'à 17% dans le cadre de son nouveau plan stratégique à l'horizon 2014 tout en prévoyant une relative stagnation de l'activité en 2012 à cause de l'Europe.

Le numéro un mondial des équipements électriques basse et moyenne tension, qui présentait "Connect", plan axé sur les services et les pays émergents, n'a pas exclu non plus une possible baisse de sa marge d'Ebita ajusté d'ici trois ans puisque son objectif triennal va de 13% à 17%, une fourchette similaire aux ambitions du précédent plan.

"Si on est dans le bas de la fourchette, c'est qu'on est dans un moment très difficile du cycle économique, 13% c'est ce qu'on a fait en 2009", a commenté le directeur financier de Schneider Electric, Emmanuel Babeau, au cours d'un point de presse. "Si on est plutôt vers 17%, c'est qu'on aura eu certainement plusieurs années de forte croissance."

En 2011, le groupe a affiché une marge d'Ebita avant coûts d'acquisition et d'intégration de 14,2%, en baisse par rapport à 15,1% -et 14,7% retraité de l'acquisition du pôle distribution d'Areva- en 2010.

Schneider visait initialement pour l'année écoulée une marge de 15%, mais il avait abaissé cet objectif à 14% fin octobre en raison notamment de tensions inflationnistes plus fortes que prévu.

Emmanuel Babeau a dit prévoir cette année une pression moins forte sur les prix des matières premières, dont l'effet devrait être "légèrement négatif" à cause de la hausse du dollar face à l'euro et qui devrait être compensé par la réaction tarifaire du groupe.

"On rentre sur 2012 avec un effet des hausses de prix (engagées par Schneider en 2011) que j'estime à 100-150 millions d'euros", a-t-il ajouté.

PAS DE FORTE ACTIVITÉ M&A AU 1ER SEMESTRE

Schneider Electric a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 22,4 milliards d'euros, supérieur au consensus de 22 milliards calculé par la rédaction de Reuters à partir des réponses de 22 analystes. En données publiées, il ressort en hausse de 14%, soit une croissance organique de 8,3%, dans le haut de la fourchette de 6% à 9% que visait le groupe.

Le bénéfice net a augmenté lui de 6% à 1,82 milliard d'euros, légèrement inférieur dans ce cas au consensus qui donnait 1,9 milliard.

"Les incertitudes relatives à l'économie mondiale pour 2012 limitent la visibilité", a indiqué Schneider Electric dans un communiqué. "(Le groupe) s'attend à une tendance à nouveau solide dans les nouvelles économies et à une dynamique de reprise en Amérique du Nord, tandis que l'Europe de l'Ouest devrait peser sur la croissance."

Il prévoit ainsi cette année une croissance organique de ses ventes nulle ou légèrement positive, et une marge d'Ebita ajusté comprise entre 14% et 15%. Cette prudence se retrouve aussi dans les ambitions en matière de croissance externe.

"La visibilité (...) aujourd'hui n'est pas très bonne sur l'environnement économique", a dit Emmanuel Babeau. "Donc, au moins pour la première partie de l'année, on ne s'attend pas à une forte activité dans le domaine M&A."

Après avoir racheté Areva D en 2010, Schneider a encore réalisé l'an dernier pour 2,9 milliards d'euros d'acquisitions, entraînant au passage un doublement de la dette à 5,3 milliards.

Le groupe avait exclu en revanche au printemps une grosse opération en 2011, lorsqu'il avait pris la parole en réaction aux rumeurs le donnant en discussions avec le géant américain Tyco.

L'action a clôturé mardi à 47,84 euros, donnant une capitalisation boursière de l'ordre de 27 milliards d'euros. Depuis début janvier, le titre a gagné quelque 20% après avoir perdu plus de 27% en 2011.

Avec Michel Bires Brito, édité par Dominique Rodriguez


Mes listes

valeur

dernier

var.

33.15 -0.57%
0.48 0.00%
0.939 -0.27%
3510.88 +0.48%
1.224 +0.27%
30 -2.60%
24.3 -1.46%
12.9 +3.37%
106.28 -1.87%
1.14 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.