Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

SARTORIUS STEDIM BIOTECH, plus forte baisse du SBF 120 à la mi-séance du jeudi 17 juin 2021
information fournie par AOF17/06/2021 à 12:03

(AOF) - SARTORIUS STEDIM BIOTECH (-5,23% à 367,70 euros)

Le fournisseur de biotechs, filiale de l'allemand Sartorius, pourrait être pénalisé par les déboires de Curevac. La biotech allemande a annoncé que son candidat vaccin n'était efficace qu'à 47%, soit un seuil insuffisant, selon une analyse provisoire d'une vaste étude.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Société créée en 1978, fournisseur de solutions intégrées pour l'industrie biopharmaceutique ;

- Chiffre d'affaires de 1,44 Md€ réalisé à 35 % dans les Amérique, 25 % en Asie-Pacifique et 40 % en Europe-Moyen-Orient-Afrique ;

- Modèle d'affaires d'offre de services et équipements bioprocédés aux groupes pharmaceutiques pour l'amélioration de leurs process industriels et de R&D et pour la fabrication de leurs médicaments, les 3/4 des revenus étant tirés de produits à usage unique auprès d'une base de clientèle large et fidèle ;

- Capital contrôlé à 74 % (85 % des droits de vote) par le groupe allemand Sartorius, Joachim Kreuzburg étant président directeur général du conseil d'administration de 8 membres ;

- Capacité à financer acquisitions et croissance rapide, grâce à un faible endettement (ratio de capitaux propres maintenu à 58 %).

Enjeux

- Stratégie 2025 fondée sur l'élargissement de l'offre par acquisitions, notamment en Amérique du nord et Asie, sur l'optimisation des process industriels et la hausse des capacités de production, avec pour ambition confirméun chiffre d'affaires d'environ 2,8 Mds€ et une marge opérationnelle à 30 % ;

- Stratégie d'innovation sur 3 piliers :

            - développement en propre de produits spécialisés grâce à une R&D de 5,5 % et un portefeuille de 2500 brevets, concentré sur les membranes, les plateformes et les technologies de contrôle,

            - acquisitions d'entreprises innovantes (Biological Ind...),

             - alliances telles l'accord avec Novasep sur la chromatologie ;

- Stratégie environnementale intégrée à celle de la maison-mère ;

- Historique de ventes et résultats supérieur aux prévisions ;

- Impact rapidement positif des acquisitions Danaher et Biological Industries ;

- Finalisation de l'acquisition de BIA Separations ;

- Positionnement porteur dans l'équipement pour les vaccins.

Défis

- Intégration des activités de sciences de la vie (plateforme et biotests) de l'américain Danaher, achetées en cash pour 825 M$ ;

- Impact de la pandémie : hausse de 29,2 % des revenus ;

- Réaction à la pandémie : renforcement des investissements et des effectifs ;

-Révision en hausse de l'objectif 2020 de revenus en hausse de 26 à 30 % au moins et d'une marge opérationnelle de 32 % ;

- Réduction du dividende pour financer des acquisitions de technologies innovantes. 

Vaste réorganisation pour les géants de la chimie

Face à la dégradation de leurs performances, les groupes n'ont pas d'autre choix que de se restructurer. Solvay a vu son bénéfice net chuter de 42% sur un an au troisième trimestre, à 176 millions d'euros. A 473 millions d'euros, l'Ebitda a reculé de 21,4% sur la même période. L'entreprise a toutefois réduit ses coûts de 260 millions d'euros depuis le début de l'année. La transformation de son portefeuille a pour objectif de recentrer le groupe sur la chimie de spécialités, la plus rentable. Le groupe va supprimer 500 postes d'ici à 2021. 

Quant à Arkema, il affirme être en bonne voie pour atteindre son objectif de réduction des coûts de 50 millions d'euros en 2020 par rapport à 2019. Il a également réduit ses  investissements de 100 millions par rapport au plan initial de 700 millions. Le chimiste français est également engagé dans un plan de recentrage, avec la cession récente de son activité de plexiglas à l'américain Trinseo, pour 1,1 milliard d'euros.

D'excellentes perspectives pour le secteur

Selon Moody's le chiffre d'affaires du secteur devrait progresser de 4 à 6 % en 2021, contre 2 à 4 % prévus initialement.

Les cinq premiers fabricants de vaccins (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca, Novavax et Johnson & Johnson) devraient fortement bénéficier de cette croissance, même si des incertitudes existent sur les capacités de production. Les fabricants de traitements (Gilead, Eli Lilly et Regeneron notamment) ne devraient pas être en reste.

A côté des opportunités existent également des menaces au rang desquelles figurent les baisses de prix potentielles, en particulier aux États-Unis, premier marché mondial. La montée en puissance des biosimilaires (génériques des médicaments biologiques) devrait également contribuer à tirer les prix vers le bas.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.73%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 17/06/2021 à 12:03:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.