Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sapin s'attend à une amélioration de l'offre de GE sur Alstom

Reuters16/06/2014 à 10:17

MICHEL SAPIN S'ATTEND À UNE OFFRE AMÉLIORÉE DE GE SUR ALSTOM

PARIS (Reuters) - Michel Sapin a estimé dimanche que General Electric allait probablement améliorer son offre sur Alstom pour contrer celle que Mitsubishi et Siemens envisagent de soumettre pour la branche énergie du groupe français.

Le ministre français des Finances a jugé lors du Grand Rendez-Vous Europe 1-i>TELE-Le Monde que les deux offres allaient progresser en raison d'une concurrence accrue.

"Que Mitsubishi rentre dans l'offre de Siemens, ça améliore l'offre de Siemens. Je pense que GE va aussi améliorer son offre", a-t-il déclaré.

Alstom s'est pour l'instant prononcé en faveur d'un rachat de sa branche énergie par General Electric dans le cadre d'une offre ferme de 16,9 milliards de dollars (12,48 milliards d'euros au taux de change actuel), valable jusqu'au 23 juin.

Le gouvernement français, qui s'est octroyé le mois dernier par décret un droit de regard sur les transactions concernant les secteurs vitaux pour le pays, n'a pas encore accepté cette offre.

"Nous avons fait des progrès dans nos discussions avec le gouvernement français", a réagi GE dans un communiqué. Le groupe américain y évoque des "alliances accrues dans le secteur de l'énergie avec des investisseurs français comme dans un partenariat mondial avec Alstom sur le transport."

L'allemand Siemens envisage désormais de présenter une offre en partenariat avec le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI), sans doute lundi après-midi.

Selon des sources au fait du dossier, elle se monterait à 13 milliards d'euros environ, dont neuf en cash et le reste par l'apport d'actifs ferroviaires de Siemens à la branche transports d'Alstom.

Un conseil de surveillance du groupe allemand avait lieu dimanche en fin de journée. Joe Kaeser, le président du directoire de Siemens, doit être entendu mardi après-midi par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

Selon une autre source au fait du dossier, Mitsubishi Heavy Industries (MHI) pourrait entrer au capital d'Alstom aux côtés de l'Etat français en reprenant une partie de la participation de Bouygues, qui détient 29,3% du groupe français.

"AUCUNE PRÉFÉRENCE"

Le Wall Street Journal rapporte dimanche que la Banque publique d'investissement entrerait dans l'opération aux côtés de Mitsubishi. Mais la BPI, qui a dit il y a quelques mois vouloir réaliser cette année une opération dont le montant pourrait aller jusqu'à un milliard, n'exclurait aucun cas de figure.

"La BPI est prête à intervenir quel que soit le scénario", a dit à Reuters une source proche du dossier.

Pour l'heure, la question des participations de l'Etat et de la BPI, mais aussi celle du scénario d'une entrée de MHI dans Alstom, restent soumises à la volonté de Bouygues. Or ce dernier a réaffirmé dimanche son engagement dans Alstom, assurant ne pas avoir été contacté en vue d'une cession.

"Bouygues n'a pas été approché par qui que ce soit pour une éventuelle revente de sa participation dans Alstom", a déclaré un porte-parole du groupe. "Bouygues souhaite rester actionnaire de long terme dans le capital d'Alstom à hauteur de 29,3%."

"Bouygues votera en faveur du projet qui sera recommandé par le conseil d'administration d'Alstom", a-t-il ajouté, en référence au comité ad hoc chargé d'examiner les offres.

L'Etat français cherche à éviter un simple rachat par un groupe étranger, préférant l'idée d'un "Airbus de l'énergie". Une nouvelle réunion sur le dossier est prévue mardi matin à l'Elysée.

Michel Sapin a toutefois assuré dimanche n'avoir "aucune préférence" entre l'offre de GE et celle que pourraient présenter Siemens et Mitsubishi. "Je ne les connais pas", a-t-il ajouté, réaffirmant que la France cherchait "des alliances".

Des sources proches du dossier s'inquiètent en revanche de la forme que prendrait cette offre et la jugent peu pertinente.

"On a un peu de mal à comprendre une offre qui privilégierait une sorte de démantèlement d'Alstom, puisqu'on parle de vendre les turbines à gaz à Siemens tandis que les turbines à vapeur iraient chez Mitsubishi", a dit l'une d'elles.

"Dissocier les deux, c'est très compliqué (...) Si c'est confirmé demain, ça paraît être un véritable démantèlement d'Alstom et on cherche désespérément l'Airbus de l'énergie à partir du moment où une grosse partie du business partirait au Japon. Tout cela paraît un peu fantaisiste."

En outre, les délais assez courts entre le dépôt d'une nouvelle offre lundi et l'échéance de celle de GE, le lundi suivant, laissent perplexes ces mêmes connaisseurs du dossier.

(Gregory Blachier, Natalie Huet et Gus Trompiz, édité par Marc Angrand)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.