Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sapin ne veut pas que le débat sur le Brexit bloque la zone euro

Reuters11/02/2016 à 16:13

LE DÉBAT SUR LE BREXIT NE DOIT PAS BLOQUER LA ZONE EURO, DIT MICHEL SAPIN

par Myriam Rivet et Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Le débat sur les moyens d'éviter un "Brexit" ne doit pas occulter la nécessité d'agir pour consolider l'union politique et monétaire européenne, a déclaré Michel Sapin.

Dans une interview accordée jeudi à Reuters, le ministre français des Finances a estimé que si la priorité était à "un dialogue confiant" avec Londres qui permette à une majorité de Britanniques de faire le choix de l'Europe, il était aussi de l'intérêt de la zone euro de continuer à s'approfondir.

"Il ne faut rien faire qui complique la tâche aux Britanniques (...) mais rien ne doit freiner, encore moins empêcher, les approfondissements de l'union économique et monétaire, qui sont nécessaires", a-t-il dit.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a présenté au début du mois des propositions pour tenter d'éviter une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, qui prévoit la possibilité pour les pays qui sont hostiles de freiner une plus grande intégration sans pour autant leur donner un droit de veto.

Elles seront discutées lors du Conseil européen des 18 et 19 février.

"C'est parfaitement légitime qu'on tienne compte des intérêts des uns et des autres, mais rien ne doit pouvoir faire obstacle à ce que l'union économique et monétaire s'approfondisse dans les années qui viennent", a indiqué Michel Sapin.

Pour le ministre français, "c'est le moment de bouger, c’est le moment, là, dans les mois qui viennent, de prendre des initiatives fortes". Il a rappelé que la France et l'Allemagne présenteraient d'ici la fin de l'année des propositions pour approfondir la zone euro.

Michel Sapin n'a pas repris à son compte la proposition de création d'un Trésor commun à la zone euro défendue par les gouverneurs des banques centrales allemande et française dans une tribune en début de semaine.

COORDINATION DES RÉFORMES STRUCTURELLES

Il a indiqué que la France était favorable à des réformes qui ne nécessitent pas de changement de traités même si on ne doit pas s'interdire d'y réfléchir pour le plus long terme.

Dans l'immédiat, il a évoqué plus particulièrement la nécessité d'une coordination plus forte des réformes structurelles dans les différents pays de la zone euro.

"Il y a des situations différentes de pays à pays, donc des besoins de réformes structurelles différents d'un pays à l'autre (...) c'est là où l'intégration est nécessaire", a-t-il dit.

En attendant, il a jugé que les réformes mises en oeuvre en Europe depuis la crise des dettes souveraines étaient "de nature à nourrir une croissance européenne indépendamment de ce qui peut se passer ailleurs".

"Je pense qu'il y a une spécificité européenne qui nous rend confiant quant aux effets négatifs des turbulences internationales", a-t-il estimé.

Il a jugé que les turbulences actuelles sur les marchés financiers sur fond de craintes pour les économies émergentes, la santé des banques et la croissance américaine, ne reflétaient pas la réalité économique et que le G20 devrait s'emparer du sujet.

"La volatilité d'aujourd'hui me semble peu légitime. Il y a un effet de yo-yo qui ne correspond pas à l'évolution des réalités économiques mondiales", a-t-il déclaré.

Interrogé sur la situation de la Grèce, Michel Sapin a affiché sa confiance dans la volonté du gouvernement de respecter ses engagements, notamment en matière de réforme des retraites, qui font actuellement l'objet d'une évaluation préalable aux discussions sur l'allègement de la dette.

"Plus rapidement nous en finirons avec la revue actuelle et plus rapidement nous passerons à la discussion sur la soutenabilité de la dette et mieux ce sera.

"Et puis la Grèce a tellement intérêt à ce que la question de la dette soit abordée dans de bonnes conditions, je n'ai pas d'inquiétudes au bout du compte sur le résultat de tout cela", a-t-il dit.

(avec Michel Rose et Leigh Thomas, édité par Yves Clarisse)

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.16 +15900.00%
4.42 +0.14%
73.41 +0.55%
EDF
11.86 +0.47%
26.5 -0.75%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.