Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SALON-Le marché aéronautique résiste aux vents contraires pour l'instant

Reuters16/02/2016 à 12:06
    par Rujun Shen et Fathin Ungku 
    SINGAPOUR, 16 février (Reuters) - Le marché de l'aviation 
commerciale se porte toujours bien malgré les signes de 
ralentissement de l'économie mondiale et les compagnies ont 
encore les moyens de passer des commandes et de prendre 
livraison de nouveaux appareils, ont déclaré Airbus  AIR.PA  et 
Boeing  BA.N  au salon aéronautique de Singapour.  
    L'événement, qui se déroule tous les deux ans dans la 
ville-Etat, se tient cette année sur fond d'inquiétudes pour la 
croissance chinoise et de turbulences sur les marchés 
financiers, qui font craindre à certains des annulations ou des 
reports de livraisons, notamment de la part de compagnies 
asiatiques. 
    Mais les constructeurs aéronautiques n'ont pour l'instant 
pas confirmé ce scénario, expliquant au contraire que la 
croissance du marché en cours depuis huit ans - du jamais vu - 
restait à l'ordre du jour, grâce entre autres à l'impact 
bénéfique de la chute des prix pétroliers sur les finances des 
compagnies.  
    "Notre marché est en croissance. Il est très résistant et 
nos clients gagnent beaucoup d'argent", a déclaré Randy Tinseth, 
vice-président du marketing de la division d'avions commerciaux 
de Boeing, lors d'une conférence de presse.  
    Il a précisé que le groupe américain n'avait pour l'instant 
reçu aucune demande de reports de livraisons.  
    Le directeur commercial d'Airbus, John Leahy, a dit de son 
côté qu'aucun client de l'avionneur européen n'avait sollicité 
un report de livraisons.  
    Et le discours est le même chez les équipementiers et 
motoristes: le nouveau directeur général de Pratt & Whitney, 
Robert Leduc, dans un entretien à Reuters, a relativisé les 
inquiétudes sur la demande, précisant à son tour n'avoir 
enregistré ni annulation, ni report.  
     
    PAS DE GROSSE COMMANDE À L'HORIZON 
    Le salon de Singapour n'est pas pour autant l'occasion 
d'annoncer des commandes spectaculaires, même si certains 
constructeurs engrangent des contrats.  
    Le japonais Mitsubishi Aircraft, filiale de Mitsubishi Heavy 
Industries  7011.T  a ainsi reçu une commande 20 avions 
régionaux du loueur américain Aerolease, son premier contrat 
avec un loueur.   
    Quant à ATR, coentreprise d'Airbus et de l'italien 
Finmeccanica  SIFI.MI , il a signé un accord de 130 millions de 
dollars (116 millions d'euros) pour la fourniture de cinq ATR 
72-600 au loueur Aviation PLC  AVAP.L , basé à Singapour.  
    "Je craignais d'assister à un ralentissement marqué mais ça 
n'est pas le cas", a déclaré Patrick de Castelbajac, le 
président d'ATR, lors d'un point de presse.  
    "C'est rassurant de voir que les clients se manifestent, 
qu'ils prennent des livraisons, qu'ils trouvent des 
financements", a-t-il ajouté.  
    Toutefois, aucune grosse commande n'a été annoncée mardi 
pour la première journée du salon et certains analystes jugent 
peu probable qu'il y en ait.  
    Les compagnies ont généralement tendance à commander des 
avions économes en carburant pour réduire leurs coûts 
d'exploitation lorsque le pétrole est cher.  
    Certains participants au salon tiennent en outre un discours 
de prudence, à l'instar d'Akbar al Baker, le directeur général 
de Qatar Airways, qui a évoqué une baisse du trafic haut de 
gamme.  
     
 
 (avec Tim Hepher, Anshuman Daga et Siva Govindasamy; Marc 
Angrand pour le service français) 
 

Valeurs associées

-0.13%
-2.50%
-0.10%
+7.01%
-0.26%
0.00%
0.00%
-1.23%
0.00%
+7.70%
-0.16%
-1.08%
0.00%
-0.14%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.