1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Saint Laurent se lance dans le e-commerce en Chine avec JD.Com
Reuters08/01/2018 à 18:39

SAINT LAURENT SE LANCE DANS LE E-COMMERCE EN CHINE AVEC JD.COM

PARIS (Reuters) - Saint Laurent, propriété du groupe Kering, a annoncé lundi avoir signé un partenariat avec le géant chinois du e-commerce JD.Com, à l'heure où la vente en ligne en Chine devient un enjeu majeur pour les griffes de luxe.

Saint Laurent, devenue la deuxième marque de Kering derrière Gucci et devant Bottega Veneta, va ainsi être commercialisée sur Toplife, la plate-forme de JD.Com dédiée aux produits de luxe.

"Toplife offrira aux consommateurs chinois l'ensemble de l'offre et de l'expérience de Saint Laurent", a indiqué la maison de prêt-à-porter dans un communiqué.

Toplife offre à ses clients des services haut de gamme incluant la possibilité d'être livrés dans la journée.

"Saint Laurent va pouvoir mettre en place sa stratégie omnicanale en Chine grâce au réseau logistique sophistiqué de Toplife et à sa plate-forme personnalisée", a précisé Francesca Bellettini, PDG de Saint Laurent.

Toplife, lancée en octobre 2017, vient concurrencer Luxury Pavilion, autre plate-forme dédiée au luxe ouverte un peu plus tôt par Alibaba, numéro un chinois du e-commerce.

Elle revendique, sur son site, la vente de produits Burberry ou Hugo Boss.

La montée en puissance du commerce en ligne contribue largement au rebond du secteur du luxe, qui s'est tardivement mais largement converti au e-commerce.

Le secteur profite en outre du rebond de la demande en Chine, portée par un regain de confiance des consommateurs, de moindres écarts de prix avec l'Europe et des taxes visant à lutter contre le marché parallèle des daigus, ces acheteurs qui revendent moins cher qu'en Chine d'authentiques produits achetés en Europe.

Selon les prévisions du cabinet KPMG, la moitié des achats de luxe en Chine se feront en ligne à l'horizon 2020.

Louis Vuitton, propriété de LVMH, et Gucci (Kering), les deux premières marques mondiales de luxe, ont ouvert leurs propres sites en Chine l'été dernier.

Avec une croissance de 27% en moyenne annuelle depuis six ans, Saint Laurent a vu ses ventes franchir le cap du milliard d'euros en 2016, à 1,2 milliard.

La marque dispose encore, selon sa dirigeante, d'un très fort potentiel de croissance, grâce à l'expansion prévue de son réseau de magasins, au développement de nouvelles catégories de produits et au e-commerce.

A ce jour, aucune grande marque française de luxe n'a accepté d'être commercialisée sur Amazon, estimant que l'américain ne leur apporte pas l'environnement et les services recherchés.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)

Valeurs associées

Tradegate -1.03%
Euronext Paris -0.91%
Euronext Paris -0.52%
Euronext Paris -0.24%
LSE +0.05%
XETRA -1.18%
NASDAQ -0.12%
NYSE -1.58%
NASDAQ +0.97%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer