Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

S&P et Dow Jones au plus haut après le rapport sur l’emploi américain
information fournie par TrackInsight09/08/2021 à 12:03

Des bons chiffres pour le secteur financier, Dow Jones et Nasdaq suite au dernier rapport sur l'emploi américain la semaine dernière.

Semaine du 2 au 8 Août 2021

Les indices phares américains ont atteint de nouveaux sommets après le rapport sur l’emploi du mois de juillet confirmant le rythme soutenu de l’économie outre-Atlantique. 943’000 emplois ont été créés le mois dernier, bien au-dessus des prévisions qui visaient pourtant un chiffre de 845’000 postes. Le taux de chômage baisse dans le même temps de 5.9% à 5.4%.

Le S&P 500 a ainsi gagné 41.26 points, soit une hausse hebdomadaire de 0.94%, à 4’436.52. L’indice Dow Jones Industrial Average a rebondi de 0.78%, engrangeant 273 points supplémentaires à 35’208.51. Le Nasdaq composite progresse de 1.11% à 14’835.76, bien que les valeurs technologiques aient eu un accès de faiblesse vendredi, avec la remontée des taux d’intérêt qui a pesé sur le secteur.

Sur le vieux continent, les actions ont bénéficié d’un élan encore plus marqué, grâce à l’activité manufacturière qui a accéléré à un rythme très rapide en juillet (MSCI EMU en hausse de 2.19%). En Asie, les actions chinoises ont rattrapé une partie des pertes enregistrées la semaine dernière (Shanghai composite en hausse de 1.79%), suite aux nouvelles contraintes règlementaires imposées par Pékin. Les autres marchés asiatiques se sont appréciés de la même façon (Nikkei : +1.97%, Kospi : +2.12%, FTSE TWSE Taiwan 50 : +1.62%).

Valeurs bancaires recherchées

L’excellent rapport sur l’emploi américain a servi de catalyseur pour les valeurs cycliques et fait remonter les taux d’intérêt, car il reflète bien la vigueur de la reprise. Dans ce contexte, le secteur financier a été plébiscité (+3.56%, meilleure performance sectorielle de la semaine), à l’image de Wells Fargo (+6.62%), Goldman Sachs (+6.14%) et JP Morgan (+3.76%). En dépit de la chute des prix du pétrole (pire semaine depuis octobre 2020 avec le brut WTI en baisse de 7.67%), l’énergie a néanmoins réussi à rester au-dessus de la ligne de flottaison (+0.32%). Pourtant, les stocks américains de pétrole ont augmenté de 3.6 millions de barils sur la dernière semaine de juillet. Tous les secteurs S&P ont fini en territoire positif, à l’exception des biens de consommation de base (-0.55%).

Fin du rally obligataire, dollar ferme

Les rendements des emprunts d’Etat américain ont rebondi après que Richard Clarida, vice-président et membre du conseil des gouverneurs de la Réserve Fédérale, ait annoncé que les conditions nécessaires à l’augmentation des taux (i.e. des « Fed Funds ») seraient réunies d’ici la fin de l’année 2022. Le rendement du T-Note à 10 ans a clôturé à +1.30% (+6 points de base sur la semaine), mais ce retournement de tendance n’a toutefois pas eu d’impact sur les taux européens. Le rendement du Bund à 10 ans est ainsi resté quasiment inchangé à -0.46%.

La hausse des taux américains a fait vaciller les obligations d’entreprise de notation « investissement » outre-Atlantique (-0.66%). En revanche, cela n’a pas eu d’incidence sur les titres européens de même rating, dont les prix n’ont pratiquement pas bougé (-0.01%). Les papiers à haut rendement ont affiché des performances contrastées des deux côtés de l’Atlantique (+0.27% en Europe, -0.14% aux Etats-Unis). La dette émergente n’a pas réussi à conserver les gains de la semaine passée (-0.88% en devises locales), sous l’effet d’un billet vert plus ferme (indice dollar en progression hebdomadaire de 0.66%). Le regain d’intérêt pour la devise américaine a aussi plombé l’or, le cours spot perdant 2.82% en cinq jours.

Trouvez et comparez plus de 7000 ETF avec nos outils gratuits :

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.