Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Russie : un quart des banques en grandes difficultés

Boursorama02/03/2015 à 19:13

Les difficultés économiques russes mettent le syst�me bancaire du pays sous pression.

Depuis le cœur de la crise du rouble et du pétrole en décembre dernier, on parle désormais un peu moins de la Russie. Pourtant, le pays continue de s'enfoncer dans la crise économique. Le système bancaire russe est mis à rude épreuve.

Selon un chiffre relayé par nos confrères des Echos, environ un quart des 800 banques russes auraient des besoins rapides de recapitalisation à cause de la crise que traverse le pays. Au total, ces besoins représenteraient environ 18 milliards d'euros (après conversion), alors que le plan de recapitalisation annoncé par les autorités russes serait de 13 milliards d'euros.

La Deposit Insurance Agency, organe de mise sous tutelle

Dans ce paysage, un organe de mise sous tutelle permet de limiter les paniques autour des établissements bancaires en difficultés : la Deposit Insurance Agency (DIA). Cette dernière a pour prérogatives d'administrer provisoirement les banques lorsque celles-ci se retrouvent en situation de cessation de paiement. En fonction des cas, les banques concernées peuvent être soit remises sur pied après une restructuration, soit mises en faillite.

Pour l'instant, expliquent Les Echos, la DIA a pris le contrôle de trois banques au bord du gouffre depuis le déclenchement de la crise : FundServiceBank, Tavritcheski Bank et Soudostroïtelny Bank (SB). La dernière de la liste a déjà été mise en faillite à la mi-février, alors que les deux autres établissements restent dans une situation incertaine. D'autres banques de plus grande taille ont également été sauvées par la banque centrale, comme TrustBank.

Ces établissements ont été placés sous tutelle après leur sanction de la part de la banque centrale russe pour cause de prises de risques excessives en termes de crédit ou de prises de risques sur les marchés.

Système bancaire sous pression

Surtout, les difficultés ne feraient encore que commencer selon Les Echos, qui soulignaient dans l'édition du 2 mars : « frappées par la récession et la forte hausse des taux, d'autres banques de taille moyenne devraient subir le même sort » que les établissements susmentionnés.

D'importants retraits bancaires seraient en effet constatés depuis le déclenchement de la crise en décembre dernier, fragilisant les établissements du pays.

Surtout, le plus dur à digérer pour certains établissements serait le contrecoup d'une période faste où des largesses avaient été prises dans la gestion des risques de manière à augmenter la rentabilité des capitaux. À cause d'un ratio de fonds propres très faible juste avant l'aggravation de la situation, et l'absence d'anticipation d'une crise d'une telle ampleur, les pertes accusées par les établissements les mettent désormais dans de lourdes difficultés.

Le contexte macroéconomique ne s'améliore pas

Pour rappel, la situation économique en Russie continue lentement à se dégrader. Le pays est notamment attendu en récession de 5% en 2015 par la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) ainsi que par un nombre croissant d'analystes.

Sur le marché des changes, la monnaie russe est toujours chahutée. En janvier encore, le rouble avait poursuivi sa dévaluation avant de se reprendre un peu en février. La monnaie russe s'échange désormais à un peu plus de 60 roubles pour 1 USD après être passée par un pic à plus de 75 roubles pour 1 USD en séance le 16 décembre dernier. Un niveau à comparer à celui de 35 roubles pour 1 USD qui prévalait en juillet 2014.

Parmi les autres effets négatifs de la crise : les prêts russes libellés dans d'autres monnaies restent toujours très difficilement remboursables, de même que la fuite des capitaux russes vers des devises plus sûres s'est considérablement accentuée à partir de la fin de l'année dernière. Enfin, l'embargo occidental dû au conflit en Ukraine continue d'affecter l'économie du pays en l'empêchant de redémarrer. Dossier à suivre.

X. Bargue

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.406 +2.27%
135.969 -0.14%
9.73 +0.52%
73.03 -3.78%
132.03 +0.90%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.