Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ruée des entreprises dans le secteur de la télémédecine remboursée

Boursorama avec AFP13/09/2018 à 12:25

Les médecins pourront à partir de samedi proposer à leurs patients des consultations à distance, par visioconférence, qui seront remboursées comme des consultations classiques.

Dans le budget pour 2018, le gouvernement tablait sur 500.000 actes en 2019, un million en 2020, puis 1,3 million en 2021. ( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

C'est un nouveau marché qui s'ouvre. À partir de samedi, les consultations en ligne de médecins seront autorisées et remboursées par la Sécurité sociale. Une aubaine pour de nombreuses entreprises désireuses de conquérir ce nouveau marché, avec des approches parfois divergentes et pleines d'incertitudes.

"Enfin, il y a un premier modèle d'activité pérenne et assez universel" pour la télémédecine en France, "bien au-delà des dispositifs précédents", expérimentaux et disparates, déclare à l'AFP Arnaud Billy, directeur de Docavenue, filiale de télémédecine du groupe de logiciels médicaux Cegedim. "C'est un changement de paradigme, c'est copernicien" s'enthousiasme aussi Nicolas Wolikow, cofondateur et patron de Qare, autre start-up de télémédecine.

D'ABORD MÉFIANTS, LES MÉDECINS DÉSORMAIS FAVORABLES ?

M. Wolikow prédit une progression "graduelle" de cette pratique en France, tout en misant aussi sur "un effet de curiosité au départ". Au final, "cela va beaucoup dépendre des médecins". Après des années de défiance, une majorité d'entre eux seraient désormais favorables au développement de la télémédecine, assurent les acteurs du secteur, sondages à l'appui.

En réalité, "il y a beaucoup d'incertitudes sur le niveau de formation et d'adhésion des médecins" à cette nouvelle pratique, tempère Mickaël Chaleuil, président de l'association Agir pour la télémédecine.

MUTUELLES ET ASSUREURS SUR LES RANGS

"De nouveaux acteurs naissent chaque jour, beaucoup de mutuelles et d'assurances s'y intéressent, des sociétés étrangères aussi. C'est très épars et on n'arrive pas à avoir un état des lieux précis", relève-t-il. Côté assureurs, le géant Axa, notamment, offre différents services de télémédecine et finance des projets dans le secteur, tandis que le groupe mutualiste VYV (Harmonie, Isty, MGEN) a racheté l'an dernier la start-up MesDocteurs.com.

En juin, le groupe suédois de télémédecine Kry a levé 66 millions de dollars pour préparer son lancement en France et au Royaume-Uni. Quant à Doctolib, il a aussi des vues sur ce segment connexe à son activité historique de prise de rendez-vous médical en ligne.

MÉDECINE DE SUIVI

Mais quels genres de services permet une téléconsultation médicale? La majorité des plates-formes comptent d'abord se concentrer sur des actes sans prise de mesure, tout en envisageant de recourir à des objets de santé connectés par la suite. "On ne va jamais remplacer des examens physiques. On vise d'abord la médecine de suivi, de compte-rendu de consultations, le partage de documents" entre médecins et patients, explique-t-on par exemple chez Qare.

Une vision très éloignée de la "solution globale" de télémédecine prônée par la société parisienne H4D. Celle-ci a développé une cabine médicale truffée d'outils de santé connectés, où le patient peut prendre lui-même des mesures, guidé en direct par un médecin à distance.

IMPOSSIBLE DE "SOIGNER UNE BRONCHITE PAR VIDÉOCONFÉRENCE"

Dans la plupart des offres actuelles de télémédecine, "on confond téléconsultation et téléconseil" affirme Franck Baudino, fondateur et président de H4D. "Je mets au défi de soigner une bronchite par vidéoconférence. C'est impossible (...). Tous les plateaux de télémédecine font perdre du temps, car les patients sont obligés de voir un médecin" après, ajoute ce docteur de formation.

H4D a initialement ciblé le marché des entreprises: une cinquantaine de sociétés en France sont pour l'heure équipées de sa "Consult Station", destinée à leurs salariés. Cependant, "le remboursement des actes nous ouvre tout le champ du domaine public", note M. Baudino, qui imagine un déploiement futur dans des mairies, des centres communaux d'action sociale (CCAS), des résidences pour seniors, voire des casernes de pompiers.

"CONSULTER PARTOUT, TOUT LE TEMPS"

Les cabines médicales "ne vont pas dans le sens de l'histoire, qui est de pouvoir consulter partout, tout le temps" avec un smartphone, estime au contraire M. Wolikow, tandis que M. Chaleuil souligne le coût "prohibitif" de tels équipements.

S'agissant des données de santé, dans l'attente de la généralisation prévue du dossier médical partagé (DMP), les acteurs de télémédecine devront veiller à "l'interopérabilité" de leurs différents systèmes, de sorte qu'un médecin puisse toujours avoir accès à l'ensemble du parcours de soins de son patient, prévient M. Chaleuil.

"Ceux qui vont s'en sortir sont ceux qui assureront un service irréprochable: des rendez-vous à l'heure, des équipements qui marchent, un envoi facile des prescriptions, c'est ça qui fera la différence", prédit M. Wolikow.

Valeurs associées

-1.70%
AXA
+1.43%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.