Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RPT-Réunions diplomatiques en série dans la zone euro

Reuters16/08/2012 à 18:05

NOMBREUSES RÉUNIONS DIPLOMATIQUES AVANT UN MOIS DE SPETEMBRE CRUCIAL POUR LA ZONE EURO

Répétition mastic titre.

ATHÈNES/MADRID (Reuters) - Après une brève accalmie estivale, les dirigeants de la zone euro se préparent à une nouvelle série de rendez-vous diplomatiques avant un mois de septembre qui pourrait se révéler déterminant dans la crise de la dette qui secoue la région depuis maintenant deux ans et demi.

Le président François Hollande se rendra à Berlin jeudi pour y rencontrer la chancelière Angela Merkel, a-t-on appris de source gouvernementale allemande.

Le lendemain, c'est le Premier ministre grec Antonis Samaras qui sera à Berlin pour s'entretenir avec la chancelière allemande, avant de se rendre à Paris samedi pour y discuter avec le président français, a-t-on ajouté de même source.

Selon des responsables gouvernementaux grecs et allemands, Antonis Samaras verra auparavant la semaine prochaine le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker.

Angela Merkel, actuellement au Canada, rencontrera le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy début septembre, d'après ce dernier, tandis que le président du Conseil italien Mario Monti a indiqué qu'il se rendrait à Berlin d'ici la fin du mois.

Ce foisonnement de rendez-vous diplomatiques augure d'une période cruciale pour la zone euro après l'apaisement apporté par les propos du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi, qui s'est dit prêt à faire tout ce qu'il faudrait pour sauver la monnaie unique, y compris intervenir sur les marchés de la dette pour faire baisser les coûts d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie.

Le 6 septembre, lors de sa réunion mensuelle de politique monétaire, la BCE pourrait exposer plus précisément comment elle interviendrait sur les marchés obligataires si des pays en faisaient la demande. Les marchés seront à l'affût de tout signe d'opposition au sein de l'institution, alors que le président de la banque centrale allemande Jens Weidmann a clairement fait part de ses réserves sur ce plan.

Six jours plus tard, le 12 septembre, la cour constitutionnelle allemande qui siège à Karlsruhe rendra sa décision sur la légalité du fonds de secours permanent de la zone euro, le Mécanisme européen de stabilité (MES). Berlin ne peut faire ratifier le MES sans ce feu vert constitutionnel.

Des élections se tiendront le même jour aux Pays-Bas.

Selon des juristes, la Cour de Karlsruhe devrait donner son feu vert au MES mais pourrait y fixer des conditions.

GRÈCE ET ESPAGNE DANS LE VISEUR

Mario Draghi a déjà prévenu que la BCE n'interviendrait sur les marchés obligataires que si un pays sollicitait au préalable les fonds de secours européens et acceptait en contrepartie de souscrire à des conditions strictes.

Les 14 et 15 septembre, les ministres des Finances de l'Union européenne se réuniront à Chypre. D'ici là, la "troïka" des bailleurs de fonds de la Grèce voisine (UE, Fonds monétaire international et BCE) auront peut-être rendu leur verdict sur les progrès d'Athènes en termes de désendettement.

Antonis Samaras rencontrera Angela Merkel le 24 août pour la première fois depuis son entrée en fonction et devrait insister sur sa détermination à mettre un oeuvre un plan d'austérité de quelque 11,5 milliards d'euros, condition sine qua non pour que le pays continue de recevoir les fonds de l'UE et du FMI et évite ainsi le défaut de paiement ainsi qu'une possible sortie de la zone euro.

Mais l'Espagne est actuellement la principale préoccupation des dirigeants de la zone euro : une aide directe à l'Etat espagnol et non plus seulement au secteur bancaire du pays, pèserait très lourd sur les finances de la région.

Après avoir assuré que Madrid n'aurait pas besoin d'aide souveraine, Mariano Rajoy a récemment laissé entendre qu'il pourrait envisager de demander une nouvelle aide, en plus de celle de 100 milliards d'euros déjà promise aux banques du pays, mais qu'il souhaitait d'abord connaître les intentions de la BCE. D'ici trois semaines, il pourrait avoir obtenu une réponse et être prêt à dévoiler ses propres cartes.

Harry Papachristou à Athènes et Fiona Ortiz à Madrid, Natalie Huet pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

111.2 -1.42%
ALD
15.1 -1.63%
DBT
2.705 +13.18%
1.162 -0.64%
1.138 -0.23%
5.58 -7.92%
36.95 -1.99%
41.09 -1.70%
1.578 +3.00%
12.45 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.