Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RPT-LEAD 3-La livre turque remonte après les annonces de la banque centrale
Reuters13/08/2018 à 17:36

    * La chute de la livre déstabilise les marchés mondiaux
    * La devise est remontée après les annonces de la banque
centrale
    * Le ministère des Finances mettra en oeuvre un plan
d'action
    * Erdogan est opposé à une hausse des taux d'intérêt 

 (Actualisé avec précisions sur les marchés en Turquie, soutien
possible des banques via les taux au jour le jour)
    par Daren Butler et Nevzat Devranoglu
    ISTANBUL, 13 août (Reuters) - La livre turque est remontée
lundi, après son plus bas record de 7,24 par dollar, la banque
centrale de Turquie ayant annoncé qu'elle fournirait toute la
liquidité nécessaire aux banques, mais la devise reste sous
pression et sa chute continue à secouer les marchés mondiaux.
    Le ministre des Finances, Berat Albayrak, dans un entretien
au quotidien Hurriyet, avait indiqué que la Turquie mettrait en
oeuvre dans la journée un plan d'action économique à la suite de
la chute de la monnaie nationale, .  
    La banque centrale a déclaré dans la matinée qu'elle avait
réduit de 250 points de base le coefficient de RO en livre
turque pour toutes les échéances et abaissé de 400 points de
base le coefficient de RO en devises jusqu'à trois ans
d'échéance.
    La banque centrale a ajouté que ces mesures ont été prises
pour assurer le fonctionnement adéquat des marchés financiers et
donner aux banques une certaine souplesse dans la gestion de
leur liquidité. 
    Selon des banquiers, la banque centrale pourrait également
répondre aux besoins de liquidités en livres turques des banques
avec son taux au jour le jour de 19,25% - supérieur de 150
points de base au taux de référence de prises en pension
hebdomadaire (repo). Ils notent que ce pourrait être un premier
pas vers un resserrement monétaire via des taux multiples,
utilisés ces dernières années, à la place du taux repo, auquel
est elle est revenue en mai comme principal taux directeur.
    La livre turque a touché un plancher sans précédent de 7,24
par dollar  TRYTOM=D3  dans les échanges de la zone
Asie-Pacifique. Elle a réduit ses pertes à la suite des
déclarations d'Albayrak et de la banque centrale, revenant à
6,90 vers 15h10 GMT.
    
    LA LIVRE A PERDU 40% DEPUIS DÉBUT 2018
    Elle a perdu plus de 40% face au dollar cette année en
raison surtout des craintes que suscite l'influence qu'exerce le
président Recep Tayyip Erdogan sur l'économie, de ses appels
répétés à une baisse des taux et des tensions qui s'accumulent
entre la Turquie et les Etats-Unis.
    La chute de la livre a atteint un point culminant vendredi,
la monnaie turque cédant jusqu'à 18% et plombant les Bourses
européennes et américaines, les investisseurs s'inquiétant en
particulier de l'exposition des banques à la Turquie.    
    L'indice des valeurs bancaires turques  .XBANK  est tombé à
son plus bas depuis novembre 2003 sur la base des cours en
dollars et les obligations bancaires en dollars, comme la dette
souveraine, ont chuté, tandis que la Bourse d'Istanbul  .XU100 
a perdu jusqu'à près de 7%, l'indice des valeurs vedettes de la
Bourse d'Istanbul  .XU030  affichant un repli d'environ 50%,
toujours en dollars, depuis le début de l'année. 
    La rechute de la livre a touché les bourses asiatiques
lundi, ainsi que le rand sud-africain, qui a chuté de plus de
10% à un plus bas de deux ans de 15,7 par dollar  ZAR=D3 ,
déclenchant une fuite vers la qualité représentée par des
devises telles que le dollar, le franc suisse et le yen.
    Pour Timothy Ash, stratège de BlueBay Asset Management, le
plan annoncé par le ministre des Finances et détaillé par la
banque centrale aurait dû être prêt avant l'ouverture des
marchés asiatiques. "Ils sont toujours en retard, toujours en
train de rattraper, toujours trop tard et il y a alors déjà eu
des dégâts; c'est un cas d'école sur la manière de ne pas gérer
une crise", affirme-t-il sur Twitter.
    Berat Albayrak a dit que la rigueur budgétaire serait le
principal pilier de la nouvelle méthode économique de la Turquie
et des dispositions budgétaires seront appliquées à des
indicateurs économiques ciblés si nécessaire.
        
    "TEMPÊTE DANS UN VERRE D'EAU"
    Le ministre des Finances a ajouté qu'un plan avait été
concocté pour les banques et pour l'économie "réelle", en
particulier les PME, qui sont le plus touchées par les
fluctuations de change. 
    Le ministre exclut que la Turquie intervienne sur les
comptes bancaires en dollar, affirmant que toute saisie ou
conversion de ces dépôts en livre turque étaient exclues.
    Albayrak, qui est le gendre du président, juge que l'accès
de faiblesse de la livre turque est une "attaque", se faisant
ainsi l'écho d'Erdogan.
    Erdogan, qui se qualifie lui-même d'"ennemi des taux
d'intérêt", veut un crédit bancaire bon marché pour stimuler la
croissance mais les investisseurs craignent une surchauffe de
l'économie turque avec pour conséquence des lendemains qui
déchantent.
    S'exprimant devant ses partisans à Trébizonde, une cité
balnéaire de la mer Noire, Erdogan a réfuté dimanche l'idée que
la Turquie était confrontée à une crise financière comparable à
celle qui a touché les pays asiatiques il y a un vingtaine
d'années.
    La chute de la livre est la conséquence d'un complot et ne
reflète pas les fondamentaux économiques, a-t-il dit. 
    "Quel est le motif de cette tempête dans un verre d'eau? Il
n'y a aucune raison économique (...) Il s'agit d'une opération
menée contre la Turquie", a-t-il lancé.
    La banque centrale avait relevé les taux en urgence en mai
pour soutenir la monnaie nationale et avait récidivé le mois
suivant. Elle n'a toutefois pas resserré sa politique monétaire
lors de sa dernière réunion voici trois semaines.
    La BBDK, l'organisme de tutelle du secteur bancaire turc, a
fait savoir qu'il limitait les opérations bancaires sur les
swaps de devises.

 (
Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par
Henri-Pierre André)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer