Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Roses ou noires : quelles lunettes pour 2015 ? » par Jean-Paul Betbèze (Cercle des économistes)

Boursorama05/01/2015 à 11:45

2015 pourrait-il voir la Grèce sortir de la zone euro ? La question va hanter les marchés dans les prochaines semaines.

Les débuts d'année sont toujours les périodes des prévisions, l'occasion pour les économistes de chausser des lunettes roses ou noires. Lunettes noires : ce sont toujours les plus faciles à dessiner, et les plus chics. Selon Jean-Paul Betbèze, de ce point de vue, 2015 offre l'embarras du choix.

Lunettes noires : en janvier, la Grèce entre des troubles graves et la question de son départ de la zone euro qui se pose en des termes plus aigus que jamais. L'Italie est affectée par l'inquiétude grecque, elle qui peine tant à repartir avec cette fois une nette remontée de ses taux. La question de sa solvabilité se pose à nouveau.

En février, Mario Draghi est embarrassé dans sa décision d'acheter des bons du trésor des pays de la zone euro prise en janvier 2015, puisqu'il se demande s'il doit ou non acheter les « papiers » des pays les plus risqués - Grèce et Italie notamment - ou acheter encore et encore des papiers allemands et français, ce qui ne fait qu'aider un pays solide (Allemagne) ou un autre qui ne fait pas assez d'efforts (France).

En mars, Janet Yellen commet un lapsus. Au lieu de comparer patience à considerable periode of time pour expliquer comment elle va monter ses taux courts, elle parle d'un considerable hike... des taux d'intérêt. Elle va aussitôt réparer mais le mal est fait : les marchés financiers se disent que la normalisation des taux courts est proche et sera significative. La patience a des limites. Ceci sans oublier que les chiffres de croissance de la Chine continuent de fléchir, ce qui fait encore baisser le prix du pétrole et détériore les situations des exportateurs d'or noir. Le Venezuela défaille, la Russie déraille, l'Algérie vacille...

Lunettes roses : le grand avantage du précipice, c'est qu'il donne la peur du vide. La Grèce se reprend, l'Italie accepte ses réformes, les marchés financiers, après un accès d'inquiétude, se disent qu'acheter les dettes de ces pays, de plus en plus garanties par la BE, c'est ce qu'il y a de mieux à faire. De fait, en achetant des bons du trésor en janvier-février 2015, la BCE a envoyé un signal très fort de soutien de la zone, notamment à ses économies les plus fragiles.

Les spreads se réduisent pour l'Italie, et plus encore pour la Grèce. La Russie, après avoir donné de la voix, se calme et se rapproche de la Chine. On verra plus tard ce que donne tout ceci, mais les marchés apprécient cette « première économie du monde » qui s'occupe désormais des membres les plus turbulents de sa classe, jouant sur son double visage : la première économie du monde au total certes, mais une économie encore pauvre si on raisonne par tête. Et c'est alors que Janet Yellen excelle : elle fait montre de « patience » dans la remontée des taux, fin du premier semestre, très légèrement, très lentement, de sorte que les taux longs se normalisent très légèrement. La zone euro finit par comprendre le plan Juncker et l'apprécie, l'argent afflue.

Et pour la France, lunettes roses ou noire ? Le début 2015 se présente mieux pour l'économie française : un pétrole, des taux d'intérêt, des prix et un euro bas... on ne peut mieux rêver pour repartir plus fort. C'est alors qu'il faut renforcer la dynamique interne, en acceptant plus de réformes et de flexibilité, plus de modernisation privée et publique surtout. On sait ce qui bloque, chez les entrepreneurs et les ménages, le moral, un moral qui vient surtout des faibles profits. Or ce qui se passe : inflation, taux, euro, pétrole, à condition que les salaires restent modérés - ce qui est en cours - est de nature à faire remonter les profits. La croissance française pourra donc se renforcer, la bourse avec. Bonne année.

Jean-Paul Betbèze


Mes listes

valeur

dernier

var.

8.292 0.00%
64 +0.16%
6.62 -1.93%
113.65 +0.18%
163.3 -3.80%
14.81 -0.47%
94.38 0.00%
0.155 -6.06%
283.46 -2.34%
18.803 -0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.