1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Rome devrait maintenir sa commande de 90 avions de chasse F-35
Reuters16/02/2015 à 18:13

ROME/WASHINGTON (Reuters) - Le gouvernement italien va résister aux pressions politiques émanant de son propre camp et maintenir sa commande de 90 avions de chasse F-35 fabriqués par l'américain Lockheed Martin, a-t-on appris de sources à Rome et aux Etats-Unis.

Cette décision est motivée par deux facteurs: le gros contrat d'entretien obtenu par la compagnie publique de défense Finmeccanica pour ces F-35 et la nécessité de renouveler la flotte de chasseurs.

"Le nombre approprié (de chasseurs) pour que l'Italie joue le rôle industriel auquel elle aspire est 90", a dit à Reuters une source italienne proche du dossier. "Respecter le programme est conforme aux différentes résolutions parlementaires et 90 est le nombre qui nous permet de couvrir les besoins du pays en terme de défense."

Cette opinion est partagée à Washington.

"La participation industrielle est proportionnelle au nombre d'avions que vous commandez. S'ils réduisent leur commande, le travail qu'ils auront à faire sur le site (d'assemblage et de vérification) et l'entretien diminueront", dit-on aux Etats-Unis.

L'achat de F-35 permettra à l'Italie de renouveler une flotte de plus en plus obsolète, alors que les tensions géopolitiques sont vives en Europe et dans son environnement, en raison de la crise en Ukraine et de l'islamisme radical.

Des élus du Parti démocrate, la formation du président du Conseil Matteo Renzi, ont réclamé en mai dernier de diviser par deux la somme consacrée à ce programme, estimé à 12 milliards d'euros. Certaines formations d'opposition réclament même l'abandon pur et simple du projet.

Matteo Renzi a lui-même évoqué l'an dernier une réduction de ce programme pour financer des baisses d'impôts pour les revenus les plus modestes.

(Steve Scherer et Andrea Shalal; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Patrick Vignal)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • guerber3
    16 février17:33

    Même le vendeur donne un avis positif, l' Italie, comme beaucoup d' autres a atteint le summum de la con.nerie, irrécupérable...mais que de pots de vin en dessous...!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer