1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Rexel : les arguments de Goldman Sachs font mouche
Cercle Finance30/08/2019 à 13:32

(CercleFinance.com) - Si l'indice large parisien SBF 120 est bien parti pour terminer cette semaine sur une hausse supérieure à 3%, l'action Rexel fait mieux encore, en s'adjugeant 9%. Deuxième plus forte du benchmark après Faurecia, le titre du distributeur d'équipements électriques professionnels a notamment profité de l'optimisme exprimé hier par un bureau d'études influent, Goldman Sachs.

Il faut bien dire que le titre Rexel ne vit pas ses heures les plus fastes : même remonté à 9,5 euros, il demeure au bas de son intervalle de négociation des cinq dernières années, qui va de 8 à 18 euros.

Que dire des fondamentaux ? En 2018, et 'en données comparables et à nombre de jours constant', la croissance des ventes a atteint 3,5%, pour 13,4 milliards de facturations. Ce taux était de 3,1% au 1er trimestre (T1) puis de 2,4% au T2. Ce qui reste en ligne avec la prévision annuelle de la direction : entre 2 et 4%.

Quid de la rentabilité opérationnelle (EBITA) ajustée ? Améliorée de 10 points de base en 2018, à 4,6% (dont 5% au 4ème trimestre), la marge est restée stable à 4,7% au 1er semestre (S1) de 2019. En hausse de 2% au S1 malgré un effet calendaire défavorable qui devrait s'inverser au S2, l'agrégat est toujours attendu en progression de 5 à 7% sur l'ensemble de 2019, dont la seconde partie s'annonce donc meilleure que la première.

Ces éléments n'ont cependant pas suffit à convaincre les investisseurs. Hier en revanche, les arguments développés par les analystes de Goldman Sachs pour revenir à l'achat sur le dossier (en visant 12 euros d'ici 12 mois) Rexel ont manifestement porté : le titre a pris 5,2% la veille et encore près de 3% ce midi.

Nous reviendrons sur deux des arguments de la banque d'affaires américaine. Primo, faisant partie du secteur de la distribution, Rexel suscite des craintes de 'disruption' de la part des nouveaux géants de l'e-commerce. L'américain Amazon n'a-t-il pas lancé aux Etats-Unis son offre professionnelle Amazon Business en 2015, avant de la proposer également en France au début de 2018 ? Or à l'époque, l'action Rexel se traitait dans la zone des 15 euros...

Mais selon Goldman Sachs, il est pratiquement impossible de trouver la preuve qu'Amazon a pénalisé Rexel, dont les marges ont d'ailleurs continué de s'améliorer. Rexel fournit par exemple les chantiers de construction avec des dispositifs commerciaux spécialement adaptés. Pas sûr qu'Amazon dispose de ce savoir-faire. Le groupe français a aussi dopé la part de ses ventes en ligne, ce qui n'a apparemment pas pénalisé les marges.

'Nous n'avons pas non plus trouvé d'éléments témoignant du découplage de la croissance de Rexel par rapport à celle de ses principaux fournisseurs', indique aussi note. Et le groupe ne semble pas avoir perdu de parts de marché ces trois dernières années, calcule Goldman Sachs.

Conclusion, en substance : si Amazon a mis sens dessus dessous un bonne partie de la distribution traditionnelle généraliste et s'est imposé face aux acteurs traditionnels, pas sûr qu'il soit capable d'en faire autant dans la distribution spécialisée, où les barrières à l'entrée sont plus élevées.

Secundo, voici un argument de Goldman Sachs qui n'a sans doute pas échappé aux amateurs de 'situations spéciales' : la dimension spéculative. En effet, les analystes jugent le marché de Rexel 'très fragmenté', et donc que 'de nouvelles fusions ou autres formes de consolidation auraient du sens'. D'autant que la valorisation actuelle du groupe est basse.

Goldman Sachs rappelle d'ailleurs que ces derniers mois, le fonds de private equity CVC a racheté l'acteur suédois Ahsell, qui opère dans des domaines connexes à ceux de Rexel. Et qu'un autre fonds, Cevian, a augmenté sa participation au tour de table Rexel au 4ème trimestre 2018, quand les gestionnaires de Trian ont fait de même au capital de l'acteur britannique Ferguson en juin dernier.

EG

Valeurs associées

Euronext Paris +6.27%

Cette analyse a été élaborée par Cercle Finance et diffusée par BOURSORAMA le 30/08/2019 à 13:32:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer