Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Rexel fait mieux qu'au premier semestre 2019
information fournie par AOF28/07/2021 à 09:47

(AOF) - Rexel a réalisé, au premier semestre 2021, un résultat net récurrent de 241,7 millions d'euros, soit un quasi triplement (+192,9%) par rapport à la même période l'an dernier. C'est également mieux qu'au premier semestre 2019, lorsque le groupe avait enregistré un résultat récurrent de 167,7 millions d'euros. Le distributeur de matériel électrique explique cette croissance par "une performance d'EBITA historiquement élevée et d'un bilan optimisé".

L'EBITDA ajusté a en effet bondi de 103% à 398,2 millions d'euros, représentant une marge 5,6% (vs 4,7% au premier semestre 2019), en hausse de 232 points de base sur un an, grâce à la pénétration digitale, la gestion des augmentations de prix et à "l'excellence opérationnelle".

Les ventes semestrielles ont pour leur part grimpé de 16,7% en données publiées, à 7,06 milliards d'euros, dont 3,73 milliards (+32,1%) au second trimestre. Elles ont également crû de 3,8% par rapport au premier semestre 2019, et de 7% par rapport au second trimestre de la même année. Une croissance qui a été tirée par une forte reprise des volumes et des hausses de prix sur les câbles et les produits non-câbles

Les ventes en ligne ont, elles, représenté 22,6% des ventes au second trimestre, en hausse de 123 points de base, dont 33,2% des ventes en Europe.

Après un début d'année meilleur qu'attendu et capitalisant sur de solides relais de croissance et les effets bénéfiques croissants de sa transformation digitale, Rexel a confirmé ses objectifs financiers annuels récemment rehaussé: il vise ainsi toujours une croissance des ventes à jours constants de 12 à 15% (vs +19% au premier semestre), une barge d'EBITDA ajusté d'environ 5,7% et une conversion de free cash-flow supérieure à 60%.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Difficultés inédites pour les grands magasins

Le secteur doit affronter une conjonction d’épreuves inédites suite à la crise sanitaire : fermeture des points de vente, désertion des clients internationaux et désaffection des Français pour la mode. Les Galeries Lafayette vont perdre la moitié de leur chiffre d’affaires cette année (soit 1,7 milliard d’euros) et subir des pertes d’exploitation très significatives, comme ils n’en ont jamais enregistré depuis vingt-cinq ans. Le retour en France des touristes internationaux devrait être très progressif. Le groupe estime qu’il ne devrait retrouver le niveau de 2019 qu’en 2024. Le Bon Marché ou Le BHV pâtissent également du télétravail et des nouvelles restrictions à l’utilisation de la voiture dans la capitale. Le groupe Printemps, qui a obtenu un PGE de 150 millions d’euros, va fermer sept magasins en France. Pour se redresser, les acteurs misent sur le numérique et modifient leur positionnement en se tournant davantage vers la clientèle locale et en transformant les magasins en des lieux de vie.

Valeurs associées

Euronext Paris +1.10%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.