1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retraites-Acte II de la mobilisation mardi, le gouvernement parachève son projet
Reuters09/12/2019 à 18:54

 (Actualisé avec Jean-Paul Delevoye, prévisions de trafic)
    PARIS, 9 décembre (Reuters) - Les syndicats se préparent à
une nouvelle démonstration de force contre la réforme des
retraites mardi en France avec des grèves et des manifestations
qui continueront d'affecter lourdement les transports.
    Le Premier ministre, Edouard Philippe, dévoilera mercredi
"l'intégralité" du projet gouvernemental devant le Conseil
économique, social et environnemental (Cese).  
    Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, et la
ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, ont clos lundi avec les
organisations syndicales et patronales trois mois et demi de
discussions sur la réforme. Un exercice avant tout symbolique,
puisque l'ancien ministre de Jacques Chirac n'a rien dévoilé des
fondements du futur projet de loi.
    Jean-Paul Delevoye a précisé que les discussions avec "les
secteurs professionnels impactés" se poursuivraient jusqu'au
début de l'année prochaine.
    Il a livré le bilan des consultations citoyennes et des
échanges avec les partenaires sociaux, un résumé sans surprise
sur une demande de "solidarité" et d'"équité", d'un régime
unique par points fusionnant les 42 régimes existants afin
"qu'un euro cotisé donne les mêmes droits".
    Les modalités d'application de la réforme, sur lesquelles le
gouvernement se réserve des marges de négociation, suscitent des
"opinions plus diverses", a-t-il noté.
    Des "positions contrastées" qu'il a également soulignées
dans les rangs syndicaux tout en prenant acte d'"une large
convergence sur les évolutions en matière de reversion, de
droits familiaux".
    Jean-Paul Delevoye a relevé une demande de "garantie de la
valeur du point" après l'entrée en vigueur du système, avec
"l'inscription dans la loi du principe que la valeur ne pourra
pas baisser". Une autre piste pour la feuille de route du
gouvernement.
    
    "TOUT ÇA POUR ÇA"
    Les syndicats ont regretté dans leur ensemble un rendez-vous
sans conséquence, alors que l'exécutif est critiqué, dans les
rangs mêmes de la majorité, pour sa méthode.
    "Nous avons répété notre opposition à cette réforme. (...)
Demain ce sera une journée puissante", a déclaré Michel Beaugas
(FO) à l'issue de la réunion.
    "J'ai envie de résumer l'après-midi par: 'Tout ça pour ça',
encore un exercice de communication raté de la part du
gouvernement", a réagi pour sa part Catherine Perret (CGT).
    Pour Frédéric Sève (CFDT), "avoir cette rencontre, faire ce
retour avec Jean Paul Delevoye, c'est se dire tout de même 'que
d'occasions ont été manquées, que de temps a été perdu'".
    "Est-ce qu'on reste sur une réforme dite systémique (...) ou
est-ce qu'on part sur quelque chose qui s'apparente beaucoup
plus à des mesures budgétaires?", a-t-il ajouté.
    Après des scènes de chaos lundi à Paris et en Ile-de-France,
le trafic des trains et métros restera extrêmement perturbé en
France mardi, et le secteur aérien sera aussi affecté avec
l'annulation de 25% des vols intérieurs d'Air France.
 
    "J'espère que le gouvernement (...) ne reproduira pas les
erreurs de ses prédécesseurs en restant droit dans ses bottes",
a dit sur RTL Laurent Brun, secrétaire général de la
CGT-cheminots, en référence au mouvement social de 1995 qui
avait contraint le Premier ministre Alain Juppé à renoncer à une
réforme des régimes spéciaux de retraite.
    L'exécutif reste ferme sur le principe d'un système
universel par points, que refusent la CGT et FO, fers de lance
de la contestation, mais est prêt à des aménagements sur les
modalités de transition vers le régime unique, notamment pour
les régimes spéciaux, et les mesures d'économie.

 (Sophie Louet et Henri-Pierre André avec Caroline Pailliez,
édité par Jean-Stéphane Brosse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer