Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 16h15 GMT (25/07)

Reuters25/07/2016 à 18:16
    BERLIN - Le Syrien de 27 ans qui s'est fait exploser hier en 
début de soirée aux abords d'un festival de musique organisée 
dans la ville bavaroise d'Ansbach, dans le sud de l'Allemagne, 
blessant 15 personnes, avait fait allégeance à l'Etat islamique 
(EI) selon une vidéo trouvée dans son téléphone portable, a 
déclaré cet après-midi le ministre de l'Intérieur du Land de 
Bavière. 
    Dans la foulée des déclarations du ministre, le groupe 
extrémiste sunnite a revendiqué la responsabilité de l'attaque 
d'Ansbach, via son agence Amaq. 
    L'attaque survenue à Ansbach, petite ville de 40.000 
habitants, au sud de Nuremberg, qui abrite également une base 
militaire américaine, représente la quatrième attaque contre des 
civils en Allemagne en une semaine.  
    Le gouvernement fédéral a décidé d'augmenter la présence 
policière dans les aéroports et les gares et a ordonné des 
contrôles et des fouilles aléatoires dans les zones proches des 
frontières du pays à la suite de la série d'attaques meurtrières 
intervenues ces derniers jours. En plus de l'attaque d'Ansbach, 
neuf personnes ont notamment été tuées par un tireur vendredi à 
Munich. 
     --- 
    BAGDAD - Un attentat suicide à la voiture piégée, revendiqué 
par l'Etat islamique (EI), a fait 16 morts ce matin à l'entrée 
d'une ville située au nord de Bagdad. 
    Amaq, l'agence de communication de l'Etat islamique, a 
précisé que l'attaque de ce lundi visait l'armée irakienne à 
Khalis, située dans la province orientale de Diyala de l'Irak, 
une zone à la frontière de l'Iran où vivent aussi bien des 
musulmans sunnites que chiites.     
     --- 
    FORT MYERS, Floride - Deux adolescents âgés de 14 et 18 ans 
ont été tués dans une fusillade qui a éclaté aux premières 
heures de la journée dans une boîte de nuit de Fort Myers en 
Floride. Dix-sept autres personnes ont été blessées. 
    Selon la police de la ville, il ne s'agit pas d'un acte de 
terrorisme. 
     --- 
    PHILADELPHIE - La convention démocrate qui doit adouber 
Hillary Clinton pour l'élection présidentielle du 8 novembre 
s'ouvre aujourd'hui à Philadelphie sur fond de malaise et de 
tension à la suite de la divulgation de courriels internes. 
    Bernie Sanders, battu lors de la primaire par 
l'ex-secrétaire d'Etat, a réclamé et obtenu hier la démission de 
la présidente du Parti démocrate, Debbie Wasserman Schultz, 
après la publication par WikiLeaks de plus de 19.000 courriels 
semblant confirmer que la direction du parti avait une 
préférence pour Hillary Clinton et a cherché à saborder sa 
propre campagne.  
    La convention, qui s'étend sur quatre jours, doit 
officialiser l'investiture de Hillary Clinton comme candidate à 
l'élection présidentielle du 8 novembre. 
    Investi la semaine dernière par le Parti républicain, Donald 
Trump a pratiquement refait son retard sur Hillary Clinton dans 
les intentions de vote selon le dernier sondage Reuters/Ipsos. 
     --- 
    ISTANBUL - La compagnie aérienne nationale turque Turkish 
Airlines a licencié 211 employés, le groupe évoquant notamment 
leurs liens avec un groupe religieux qui est, selon le président 
turc Recep Tayyip Erdogan, à l'origine du putsch manqué du 15 
juillet. 
    Dans un communiqué, la compagnie aérienne affirme que ses 
employés ont été renvoyés pour cause d'inefficacité, de 
performances médiocres et en raison de leurs liens avec le 
mouvement de Fethullah Gülen, le prédicateur en exil aux 
Etats-Unis accusé par Ankara d'être l'instigateur du putsch 
avorté. 
    Les autorités ont suspendu, interpellé ou placé sous enquête 
judiciaire plus de 60.000 militaires, policiers, magistrats, 
enseignants, fonctionnaires et autres personnes depuis l'échec 
du putsch.    
    Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, 
a par ailleurs déclaré que les relations entre les Etats-Unis et 
Ankara souffriraient d'un refus de Washington d'extrader 
Fethullah Gülen. 
     --- 
    NICE - La policière municipale qui affirme avoir subi des 
pressions pour modifier son rapport sur le dispositif de 
sécurité en vigueur le soir de l'attentat du 14 juillet à Nice a 
formulé un signalement au parquet afin de faire "toute la 
lumière sur cette affaire", a annoncé son avocat. 
    Sandra Bertin, qui dirige le centre de supervision urbain 
(CSU) de Nice, a déclaré ce week-end qu'une "personne pressée" 
du ministère de l'Intérieur lui avait donné pour instruction de 
mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux de 
l'attentat.  
    Ses accusations ont été qualifiées de "graves" par le 
ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a dit son 
intention de porter plainte pour diffamation.  
    Lors d'un discours prononcé ce matin devant des militaires 
de l'opération Sentinelle à Vincennes, dans le Val-de-Marne, 
François Hollande a estimé que le débat autour d'un attentat 
était légitime mais qu'il ne pouvait y avoir de "polémique ou 
d'affrontement". 
    Invité de BFM TV et RMC, Manuel Valls a accusé pour sa part 
une partie de la droite, gagnée selon lui par "une trumpisation 
des esprits", d'alimenter la polémique sur la sécurité à Nice 
lors de l'attentat du 14 juillet aux seules fins de 
"déstabiliser le gouvernement".      
     --- 
    PARIS - Après l'opposition de droite, 61 députés de la 
"gauche de la gauche" ont déposé à leur tour aujourd'hui un 
recours auprès du Conseil constitutionnel sur la loi Travail 
adoptée définitivement jeudi dernier par le Parlement. 
     C'est la première fois que "la gauche de la gauche" dépose 
un recours sur un texte présenté par le gouvernement. 
    Ses signataires rappellent que le conseil des ministres n'a 
été consulté qu'une seule fois pour permettre l'application de 
l'article 49-3 de la Constitution, alors que le Premier ministre 
l'a utilisé à trois reprises pour passer en force, et estiment 
que le droit d'amendement n'a pas été respecté. 
    Le Conseil constitutionnel dispose d'un mois pour se 
prononcer sur les arguments avancés dans les saisines déposées 
par l'opposition de droite et par la "gauche de la gauche". 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.