Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RESUME DE L'ACTUALITE A 16h00 GMT (19/07)

Reuters19/07/2015 à 18:01

PARIS - La France est prête à participer à une organisation renforcée de la zone euro et à constituer une "avant-garde" avec les pays qui le souhaiteront, déclare François Hollande. Il juge en effet le renforcement de l'Union européenne indispensable pour regagner les peuples séduits par les eurosceptiques. "La zone euro a su cette semaine réaffirmer sa cohésion avec la Grèce (...) mais nous ne pouvons en rester là", écrit le chef de l'Etat dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche. "Partager une monnaie (...) c'est un choix que 19 pays ont fait parce que c'était leur intérêt", ajoute-t-il. "Ce choix appelle une organisation renforcée et avec les pays qui en décideront, une avant-garde. La France y est prête". Dans cette tribune hommage à l'ancien président de la Commission européenne Jacques Delors qui fête lundi ses 90 ans, le président français s'inquiète de "l'insuffisance" de l'Europe qui a selon lui laissé ses institutions s'affaiblir. "Les 28 gouvernements peinent à s'accorder pour aller de l'avant. Les Parlements restent trop loin des décisions. Et les peuples se détournent à force d'être contournés", écrit-il. ATHÈNES - Le gouvernement grec a autorisé par décret la réouverture des banques du pays demain, après près de trois semaines de fermeture. Il a également été décidé de modifier les seuils de retrait d'argent liquide, qui passent de 60 euros par jour à 420 euros par semaine. Le décret pris hier maintient toutefois l'interdiction de virer des fonds situés sur des comptes bancaires grecs vers des comptes à l'étranger et les autres mesures de contrôle des capitaux. Dans le même temps, les nouveaux ministres du gouvernement d'Alexis Tsipras ont prêté serment au lendemain d'un remaniement lors duquel les personnalités de son ancienne équipe les plus ouvertement hostiles à l'accord conclu avec les créanciers du pays ont été priées de partir. BERLIN - Angela Merkel a jugé possible de discuter d'un changement des maturités de la dette grecque ou d'une réduction des intérêts versés par Athènes une fois achevé avec succès le premier examen du nouveau projet de renflouement de la Grèce. "La Grèce a déjà obtenu une aide. Les créanciers privés ont accepté une décote et nous avons allongé les maturités et réduit les taux d'intérêt", a déclaré la chancelière allemande dans une interview à la chaîne ARD diffusée aujourd'hui. BERLIN - Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel critique son collègue des Finances Wolfgang Schäuble pour avoir défendu l'idée d'une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro, dans une interview diffusée aujourd'hui par la ZDF. "A mon avis, il n'était pas raisonnable de présenter cette suggestion comme une idée allemande", estime le patron du Parti social-démocrate (SPD), partenaire de coalition des conservateurs (CDU-CSU) d'Angela Merkel. --- ALGER - Le ministère algérien de la Défense a confirmé aujourd'hui la mort de neuf de ses soldats dans une embuscade revendiquée par Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière depuis plus d'un an en Algérie. "Suite à une opération de recherche et de ratissage dans la localité de Djbel Elouh à Souk El Attaf, wilaya d'Aïn Defla, (...) un détachement de l'Armée nationale populaire a été ciblé, le 17 juillet 2015 à 19h00, par un groupe terroriste. On déplore le décès en martyr de neuf soldats et la blessure de deux autres", précise le ministère dans un communiqué. --- WASHINGTON - Le département d'Etat américain a transmis aujourd'hui aux membres du Congrès l'accord sur le nucléaire iranien conclu mardi dernier à Vienne, y compris les annexes et autres documents rattachés. Dans le même temps, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exhorté les élus du Capitole, qui ont désormais soixante jours à compter de lundi pour examiner l'accord, à le rejeter. "N'acceptez pas ce mauvais accord. Attendez un meilleur accord", a déclaré le chef du gouvernement israélien dans l'émission "This Week" sur ABC, l'une des nombreuses interviews accordées ces derniers jours par Benjamin Netanyahu aux médias américains pour dénoncer le pacte de Vienne. --- LONDRES - Le Premier ministre britannique David Cameron souhaite que la Grande-Bretagne intervienne davantage en Syrie aux côtés des Etats-Unis pour combattre l'organisation Etat islamique (EI). "Je veux que la Grande-Bretagne en fasse davantage", dit-il dans une interview à la chaîne américaine NBC diffusée aujourd'hui, tout en rappelant qu'il doit pour cela obtenir l'aval du Parlement. "Nous parlons et nous discutons en ce moment, y compris avec les partis d'opposition, de ce que nous pouvons faire de plus. Mais soyez sûrs que nous sommes déterminés à travailler avec vous à la destruction du califat dans les deux pays", ajoute-t-il. L'EI a proclamé l'an dernier un califat en Irak et en Syrie. --- DONETSK - L'armée ukrainienne et les séparatistes prorusses de l'Est se sont mutuellement accusés ce week-end d'avoir bombardé des zones habitées, causant la mort de quatre civils et d'une militaire, au terme de la semaine la plus meurtrière depuis plus d'un mois. Un homme a été tué par des tirs des forces gouvernementales dans le centre de Donetsk, la métropole de l'Est tenue par les séparatistes, rapportent ces derniers. Il s'agissait de la première attaque sur le centre de la ville de l'est de l'Ukraine depuis l'accord de cessez-le-feu de Minsk de la mi-février. --- DAKAR - Le procès de l'ancien dirigeant tchadien Hissène Habré s'ouvre demain à Dakar où il devra répondre de plusieurs chefs d'accusations de crimes contre l'humanité. Agé de 72 ans, l'ex-président tchadien souffre de problèmes cardiaques. On ignore dans quelle mesure son état de santé pourrait affecter son procès. Hissène Habré a été arrêté en 2013 au Sénégal où il vivait en exil depuis le coup d'Etat mené contre lui par Idriss Déby, l'actuel président tchadien, en 1990. --- PARIS - François Hollande a invité hier la grande distribution à payer la viande à un meilleur prix aux éleveurs, dont plus de 22.000 seraient menacés de faillite, et les Français à acheter plus de viande nationale grâce à un label qui sera apposé dès lundi. L'élevage, porcin ou bovin principalement, traverse une grave crise et près de 10% des exploitations seraient au bord du dépôt de bilan selon le ministère de l'Agriculture. Des engagements avaient été pris par les industriels et les acteurs de la grande distribution en mai et juin dernier afin de revaloriser les prix payés aux éleveurs, mais les hausses restent insuffisantes à en croire les syndicats du secteur. A l'occasion d'un déplacement en Lozère où il assistait à la 14e étape du Tour de France, le président français a appelé la grande distribution à contribuer au plus vite à un redressement des prix et à la promotion de la viande française. Il a dit avoir été entendu. --- PARIS - La cote de popularité de François Hollande est stable à 22% de bonnes opinions alors que celle du Premier ministre Manuel Valls rebondit de cinq points à 40% selon un sondage mensuel Ifop pour Le Journal du Dimanche. Le chef de l'Etat se maintient au même niveau qu'en juin avec 22% d'avis favorables et 77% d'avis défavorables, alors que dans l'observatoire BVA pour Orange et iTELE publié samedi, il gagne cinq points par rapport à début juillet. L'étude est plus porteuse pour Manuel Valls qui, après cinq mois de baisse consécutive de sa popularité, voit sa cote remonter de cinq points à 40% et le taux d'opinions défavorables reculer de six points à 58%.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.