Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 12h05 GMT (26/09)

Reuters26/09/2016 à 12:05
    BEYROUTH - Des dizaines de frappes aériennes ont visé la 
nuit dernière les quartiers tenus par les rebelles dans l'est 
d'Alep, faisant de nombreuses victimes, a rapporté ce matin 
l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), alors que 
l'Onu a une nouvelle fois affiché son impuissance hier. 
    Ces attaques aériennes ont fait suite à une semaine 
d'escalade dans les bombardements, consécutive à la fin d'un 
cessez-le-feu qui a tenu une semaine. Jeudi dernier, l'armée 
syrienne a lancé une nouvelle offensive pour tenter de s'emparer 
des quartiers sous le contrôle des insurgés. 
    Selon Bebars Michal, membre des services de défense civile 
de la partie insurgée d'Alep, les frappes aériennes ont duré 
jusqu'à six heures du matin. "La situation reste la même. Tout 
particulièrement la nuit, les bombardements s'intensifient. Les 
violences s'intensifient, avec le recours à tout type d'armes, 
des bombes au phosphore, du napalm et des bombes à 
fragmentation", a-t-il expliqué. 
    L'OSDH dit avoir confirmation de la mort de 237 personnes, 
dont 38 enfants, dans les attaques aériennes qui ont visé depuis 
lundi dernier, jour de la fin du cessez-le-feu, Alep et les 
zones environnantes. Sur ce total, 162 personnes ont été tuées 
dans la partie de la ville tenue par les insurgés, précise 
l'OSDH. 
    A l'initiative des Etats-Unis, de la France et de la 
Grande-Bretagne, le Conseil de sécurité des Nations unies a 
organisé hier une réunion publique pendant laquelle la 
représentante américaine a qualifié de "barbarie" l'engagement 
russe au côté du régime de Damas. "Ce que la Russie défend et ce 
qu'elle fait n'est pas du contre-terrorisme, c'est de la 
barbarie", a déclaré Samantha Powers. 
     ---     
    WASHINGTON - Hillary Clinton pressera son adversaire 
républicain Donald Trump de fournir plus de détails sur son 
programme lors du premier débat qui opposera ce soir près de New 
York les deux prétendants à la Maison blanche, ont déclaré deux 
conseillers de la candidate démocrate avant ce duel qui devrait 
battre des records d'audience.  
    Donald Trump cherchera pour sa part à renforcer les doutes 
des Américains concernant la fiabilité de l'ancienne secrétaire 
d'Etat, dit-on dans son entourage à la veille du débat à 
l'université Hofstra, située à Hempstead sur l'île de Long 
Island.  
    Le débat, premier des trois face-à-face qui opposeront les 
deux candidats à l'élection présidentielle du 8 novembre, 
débutera à 21h00 locales (01h00 GMT mardi). A six semaines du 
scrutin, les sondages, longtemps favorables à Hillary Clinton, 
prédisent un duel beaucoup plus serré que prévu, d'où 
l'importance de cet affrontement télévisé.  
    Un sondage Reuters/Ipsos montre que 20% des Américains sont 
indécis sur leur choix, un taux nettement supérieur à celui de 
la présidentielle de 2012 lorsque seules 12% des personnes 
interrogées hésitaient entre Barack Obama et Mitt Romney. 
     --- 
    DUBAÏ - Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, 
a déconseillé à l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad de se 
présenter à l'élection présidentielle de mai prochain, ont 
rapporté aujourd'hui des médias iraniens. 
    L'intéressé n'a pas fait d'annonce officielle quant à une 
éventuelle candidature mais, dans plusieurs discours prononcés 
ces derniers mois, il a laissé entendre qu'il souhaitait faire 
son retour en politique. 
     --- 
    PARIS - François Hollande a confirmé ce matin à Calais son 
intention de vider "complètement et définitivement" le campement 
sauvage de la "jungle", où vivent au moins 7.000 migrants, 
candidats à l'entrée en Grande-Bretagne. 
    Le chef de l'Etat effectuait la première visite de son 
quinquennat dans cette ville portuaire du nord de la France, où 
l'existence de ce campement provoque des incidents à répétition 
depuis des années. Entre 7.000 et 9.000 personnes (10.000 selon 
des associations humanitaires) vivent dans des conditions très 
difficiles dans ce campement installé le long de la rocade 
portuaire de Calais. 
    "Cette situation n'est pas acceptable et chacun ici en a 
conscience", a déclaré le chef de l'Etat dans une allocution 
devant la caserne de gendarmerie mobile de la ville. "Nous 
devons démanteler complètement, définitivement le campement de 
la lande", a-t-il ajouté en présence de la maire LR de Calais, 
Natacha Bouchart, et du président Les Républicains (LE) de la 
région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand. 
     --- 
    PARIS - L'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, candidat à la 
primaire de la droite pour l'élection présidentielle de 2017, a 
rejeté ce matin l'avertissement du commissaire européen aux 
Affaires économiques Pierre Moscovici, concernant les déficits 
publics de la France. 
    L'ancien ministre français a répété hier qu'il n'était pas 
question pour l'Union européenne d'autoriser de nouveau la 
France à s'affranchir de la règle qui impose de contenir les 
déficits publics sous le seuil de 3%. 
    "Quel que soit le président de la République en 2017, il 
devra renégocier (...) parce que François Hollande a menti une 
fois de plus : le déficit, aux dires même du président de la 
commission des finances de l'Assemblée nationale, ne sera pas à 
3% mais sera à 4%", a déclaré Nicolas Sarkozy à Europe 1. 
     --- 
    PARIS - Le déficit budgétaire de la France devrait s'élever 
à 69,3 milliards d'euros en 2017, indiquent aujourd'hui Les 
Echos. La loi de finances pour 2016 prévoyait un déficit 
budgétaire en légère hausse, à 72,3 milliards d'euros contre 
70,5 milliards en 2015, mais le secrétaire d'Etat au budget 
Christian Eckert a annoncé la semaine dernière sa prochaine 
révision à la baisse. Le projet de budget pour 2017 doit être 
présenté mercredi par le ministre de l'Economie et des Finances 
Michel Sapin et Christian Eckert. 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.