Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 11h00 GMT (30/12)

Reuters 30/12/2016 à 12:00
BEYROUTH - Le cessez-le-feu conclu entre les forces 
gouvernementales syriennes et les insurgés semble respecté ce 
matin, malgré quelques incidents isolés, affirment 
l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et un 
dirigeant rebelle. 
    Selon l'OSDH, des combats ont opposé les forces 
gouvernementales syriennes et leurs alliés à des combattants 
rebelles dans les environs de Damas. 
    L'OSDH et un responsable des insurgés ont aussi fait état de 
quelques affrontements entre rebelles et unités de l'armée le 
long de la limite administrative entre les provinces de Hama et 
d'Idlib, ainsi que d'accrochages isolés dans le sud du pays, 
dans les régions de Deraa et de Kouneïtra. 
    Dans de nombreux secteurs, toutefois, il semble que les 
armes se soient tues.      
    L'accord de trêve avait été annoncé dans la journée de jeudi 
par le président russe Vladimir Poutine.  
    Il s'agit du troisième cessez-le-feu national conclu cette 
année. Les deux premiers, négociés par la Russie et les 
Etats-Unis en février et septembre, n'ont tenu que quelques 
semaines. 
    L'accord de trêve s'accompagne d'une déclaration en faveur 
de l'ouverture de négociations de paix à Astana, la capitale du 
Kazakhstan, a déclaré Vladimir Poutine. Aucune date n'a encore 
été annoncée pour ces pourparlers. Les médias officiels syriens 
ont déclaré hier soir qu'ils auraient lieu "prochainement".      
     --- 
    MOSCOU - La Russie a annoncé son intention d'expulser 35 
diplomates américains en représailles à l'expulsion de 35 
diplomates russes ordonnée hier par Barack Obama pour ingérence 
de Moscou dans les élections américains de novembre. 
    Washington accuse la Russie de piratage informatique qui a 
visé le Parti démocrate pendant la campagne électorale, dans le 
but de favoriser l'élection de Donald Trump. Moscou nie 
catégoriquement.  
    Ces mesures de rétorsion de part et d'autre marquent une 
nouvelle dégradation des liens russo-américains, déjà abîmés par 
les guerres en Ukraine et en Syrie.  
    Celles qui concernent les responsables du renseignement 
visent neuf entités ou individus: les services de renseignement 
militaires (GRU) et les services de sécurité (FSB), quatre 
agents du GRU et trois entreprises ayant "fourni un soutien 
matériel aux opérations informatiques du GRU".    
    Le président élu américain Donald Trump, qui prendra ses 
fonctions le 20 janvier, a balayé par le passé les accusations 
de la CIA et des autres agences de renseignement américaines qui 
ont conclu que la Russie était à l'origine de cyberattaques, 
mais jeudi, il a déclaré qu'il allait rencontrer prochainement 
les responsables de la communauté du renseignement. 
     
    KIEV - Des pirates informatiques s'en sont pris aux 
institutions ukrainiennes à 6.500 reprises au cours des deux 
derniers mois, a déclaré hier le président ukrainien Petro 
Porochenko en pointant les services secrets russes.  
    Les ministères des Finances et de la Défense et le Trésor 
ukrainiens ont ainsi subi des cyberattaques au cours du mois 
écoulé. Une attaque informatique est sans doute aussi à 
l'origine d'une vaste coupure du réseau électrique, qui a plongé 
dans le noir une partie de Kiev, la capitale. 
     --- 
    BERLIN - Le social-démocrate Martin Schulz, président du 
Parlement européen démissionnaire, ne sera pas candidat l'année 
prochaine au poste de chancelier, rapporte l'édition en ligne du 
Spiegel.  
    Si elle se confirme, la décision de Martin Schulz ouvre la 
voie à une candidature du président du Parti social-démocrate 
(SPD), Sigmar Gabriel, qui tentera de ravir le poste de chef de 
l'exécutif allemand à Angela Merkel, en lice pour un quatrième 
mandat. 
    Sans citer ses sources, l'hebdomadaire écrit que Martin 
Schulz a fait savoir à son entourage qu'il ne pensait pas 
pouvoir obtenir l'investiture du SPD pour les élections, prévues 
en septembre.     
     --- 
    ISTANBUL - Un tribunal stambouliote a ordonné la remise en 
liberté provisoire de la romancière Asli Erdogan et du linguiste 
Necmiye Alpay, a annoncé hier l'avocat de ce dernier, au premier 
jour de leur procès. Accusés d'appartenir à une organisation 
terroriste et de saper l'unité nationale, ils ont été arrêtés et 
emprisonnés en août. Comme sept autres accusés, Asli Erdogan et 
Necmiye Alpay travaillaient pour un journal pro-kurde. 
     --- 
    BERLIN/ROME - Les autorités allemandes ont relâché hier un 
ressortissant tunisien de 40 ans un moment soupçonné d'être lié 
à Anis Amri, auteur présumé de l'attentat qui a fait 12 morts le 
19 décembre sur un marché de Noël de Berlin.  
    En Italie, où Anis Amri a été abattu quatre jours après 
l'attaque, le président du Conseil Paolo Gentiloni a affirmé que 
ce dernier ne semblait pas disposer de l'appui d'un réseau 
particulier et la police a perquisitionné trois logements à Rome 
et dans la banlieue de la capitale italienne.  
     --- 
    MOSSOUL, Irak - Les forces irakiennes ont entamé la deuxième 
phase de leur offensive contre les djihadistes de l'Etat 
islamique retranchés à Mossoul, bastion de Daech en Irak, où les 
combats étaient à l'arrêt depuis environ un mois. 
    "Il s'agit de la seconde phase de l'opération visant à 
libérer Mossoul", a expliqué à Reuters le général de l'armée 
irakienne Nejm Djabouri, dans un village situé juste au nord de 
la ville. Des milliers d'hommes ont été déployés sur trois 
fronts, au sud-est et dans les faubourgs nord de la ville, 
notamment. 
     --- 
    HONG KONG - Les autorités de Hong Kong ont confirmé un 
deuxième cas de contamination de la grippe aviaire chez l'homme 
cet hiver, cinq jours après le décès d'un premier malade, qui 
avait contracté le virus de la même souche, H7N9.  
    Le Centre de protection sanitaire du département de santé a 
annoncé qu'un homme de 70 ans, hospitalisé le 27 décembre, avait 
été diagnostiqué deux jours plus tard comme étant malade de la 
souche H7N9 du virus et qu'il se trouvait dans un état 
stationnaire. 
     --- 
    MAIDUGURI, Nigeria - Un homme se présentant comme le chef de 
Boko Haram, Abubakar Shekau, a nié dans une vidéo que le groupe 
djihadiste nigérian ait été chassé de son repaire de la forêt de 
Sambisa, mais l'armée a confirmé hier avoir capturé le dernier 
bastion connu du groupe islamiste, comme elle l'a dit le 
week-end dernier. 
    "Nous sommes en sécurité. Nous n'avons été chassés de nulle 
part", a déclaré l'homme se présentant comme Shekau et 
s'exprimant en haoussa et en arabe dans une vidéo que Reuters a 
pu voir hier.  
     --- 
    PARIS - La mairie de Paris a réclamé hier à la préfecture de 
police d'instaurer "sans tarder" la circulation alternée sur les 
routes, déjà appliquée deux fois en décembre, en raison d'un 
nouveau pic de pollution aux particules fines en Ile-de-France. 
    L'association de surveillance de la qualité de l'air 
Airparif prévoit un dépassement probable du seuil dit d'alerte 
pour la journée d'aujourd'hui, mais précise que cet épisode 
devrait être de courte durée. 
    Pour y faire face, la préfecture a pris une série de 
mesures, comme la réduction de 20 km/h de la vitesse maximale 
autorisée sur certains grands axes routiers et l'interdiction du 
chauffage au bois individuel d'appoint. 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.