Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 11h00 GMT (15/03)

Reuters15/03/2017 à 12:00
    AMSTERDAM - Les 13 millions d'électeurs néerlandais appelés 
à renouveler leur Parlement ont commencé à voter ce matin dans 
un contexte de tensions exacerbées avec la Turquie qui a replacé 
l'immigration et le nationalisme au coeur des débats de la 
campagne électorale. 
    Les derniers sondages confèrent une légère avance au parti 
de centre droit du Premier ministre Mark Rutte (VVD) devant le 
Parti pour la liberté (PVV), islamophobe et eurosceptique, de 
Geert Wilders. Les bureaux de vote ont ouvert à 07h30 (06h30 
GMT) et fermeront à 21h00 (20h00 GMT). 
    Geert Wilders, qui souhaite "désislamiser" les Pays-Bas n'a 
pratiquement aucune chance de former le prochain gouvernement, 
étant donné la fragmentation du paysage politique néerlandais et 
l'hostilité qu'il suscite dans les autres partis du pays, mais 
si le PVV terminait en première position, sa performance 
propagerait une onde de choc à travers toute l'Europe, où 
d'autres scrutins sont prévus dans les mois qui viennent. 
    Aux Pays-Bas, dans l'immédiat, la question est de savoir si 
les tensions diplomatiques avec la Turquie auront un impact 
positif sur Geert Wilders ou plutôt sur Mark Rutte, dont le 
gouvernement a interdit à des ministres turcs de tenir aux 
Pays-Bas des réunions en vue du référendum du 16 avril en 
Turquie.     
     --- 
    PARIS - Des comptes Twitter, dont celui du ministère 
français de l'Economie et des Finances, ont été piratés ce matin 
pour afficher un message en turc stigmatisant l'Allemagne et les 
Pays-Bas sur fond de vives tensions entre ces pays et Ankara. 
    Le message, rapidement supprimé selon Bercy, a également été 
diffusé sur les comptes Twitter de l'ancien Premier ministre Les 
Républicains Alain Juppé, de France 3 Normandie ou encore de 
l'émission Envoyé spécial sur France 2, rapporte France Info. 
    "Notre compte a été victime d'un piratage ce matin. La 
situation est revenue à la normale", lit-on sur le compte 
Twitter d'Envoyé spécial.  
    Selon France Info, le message en turc affirmait : 
"#AllemagneNazie #HollandeNazie. Voici une petite 
#ClaqueOttomane On se revoit le #16Avril APPREND le turc #RT". 
    Il renvoyait en outre à une vidéo à la gloire du président 
turc Recep Tayyip Erdogan postée sur Youtube.     
     --- 
    PARIS - François Fillon, mis en examen hier pour 
détournement de fonds publics notamment, se dit convaincu que la 
justice établira son "innocence". 
    Invité de Radio classique, le candidat de la droite et du 
centre à la présidentielle a affirmé ce matin subir une 
procédure judiciaire "qui n'est pas normale". "Même le juge l'a 
reconnu", a-t-il soutenu à propos du premier magistrat 
instructeur Serge Tournaire, chargé de l'information judiciaire 
le visant avec deux autres juges d'instruction.  
    Parlant d'un "calendrier diabolique", l'ancien Premier 
ministre a de nouveau justifié le maintien de sa candidature, 
décision contraire à ses engagements initiaux qui a provoqué une 
fronde au sein de son camp. 
    "Je considère que ce calendrier exceptionnel, qui n'est pas 
celui d'un justiciable normal, me délivre de l'engagement que 
j'avais pris de ne pas être candidat si j'étais mis en examen." 
    Evoquant l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de 
Paris sur une soirée de promotion de start-up françaises à 
laquelle Emmanuel Macron avait participé en janvier 2016 à Las 
Vegas, François Fillon en a déduit qu'"qu'on cherche désormais à 
équilibrer un peu les choses".     
     
    PARIS - Manuel Valls ne parrainera pas le candidat 
socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, et compte, avec 
des élus de sa sensibilité, empêcher un second tour Le 
Pen-Fillon et se préparer à participer à une future majorité 
présidentielle. 
    Réunis hier soir à l'Assemblée nationale autour du finaliste 
malheureux de la primaire de la gauche, de nombreux élus de 
l'aile social-démocrate du PS ont décidé d'attendre avant 
d'éventuellement choisir de soutenir Emmanuel Macron. 
    L'ancien ministre de l'Economie de Manuel Valls est, selon 
les sondages, le meilleur candidat pour empêcher une victoire de 
la candidate du Front national, Marine Le Pen, le 7 mai. 
     --- 
    PARIS - Renault n'a pas enfreint les règles d'homologation 
pour ses véhicules qui ne sont pas équipés de logiciels pour 
contrer les contrôles de pollution, a déclaré le constructeur 
automobile, mis en cause par le journal Libération pour avoir 
trompé ses clients. 
    Le quotidien cite un procès-verbal de la Direction générale 
de la concurrence, de la consommation et de la répression des 
fraudes (DGCCRF) qui conclut que "Renault SAS a trompé les 
consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le 
contrôle réglementaire de l'homologation sur les émissions de 
polluants (...)". 
    "Le groupe Renault rappelle qu'aucun de ses services n'a 
enfreint les règles, européennes ou nationales, relatives à 
l'homologation des véhicules", écrit l'entreprise dans un 
communiqué où elle estime "déséquilibré" l'article de 
Libération. 
    Après l'éclatement de l'affaire de trucage des émissions de 
véhicules Volkswagen, à l'automne 2015, le gouvernement français 
a confié une enquête à la DGCCRF pour faire la lumière sur les 
émissions en conditions réelles de conduite de toutes les 
marques commercialisées en France.  
     --- 
    WASHINGTON - Le président Donald Trump s'est acquitté de 38 
millions de dollars d'impôts en 2005 (35,8 millions d'euros), 
sur des revenus de plus de 150 millions de dollars, a annoncé la 
Maison blanche, après des révélations de la chaîne MSNBC. 
    La présentatrice de MSNBC Rachel Maddow a déclaré avoir 
obtenu deux pages de la déclaration d'impôt 2005 de Trump.  
    Les documents, publiés sur le site de la chaîne, montrent 
que Donald Trump a fait l'objet d'un taux d'imposition de 25%.  
    L'ex-homme d'affaires a en outre déduit une perte de 100 
millions de dollars de ses revenus en 2005, afin de réduire le 
montant de ses impôts fédéraux. La Maison blanche évoque la 
prise en compte d'une "dépréciation de grande ampleur pour 
construction". 
    Donald Trump a refusé de rendre publiques ses déclarations 
d'impôt, une pratique observée de longue date par les candidats 
à la présidence, en évoquant un audit du fisc américain. 
     --- 
    MOSSOUL - Les forces gouvernementales irakiennes se sont 
emparées du Pont de fer, un ouvrage enjambant le Tigre et 
reliant la partie orientale de Mossoul à sa vieille ville, ont 
annoncé les autorités. 
    Dans un communiqué diffusé par la police fédérale irakienne, 
un commandant précise que l'opérartion a été menée par des 
policiers fédéraux et des forces de Réaction rapide, les unités 
d'élite du ministère irakien de l'Intérieur. 
    Avec cette prise, les forces irakiennes contrôlent trois des 
cinq ponts sur le Tigre. Tous ont été endommagés par des 
dynamitages ou par des frappes aériennes menées par la coalition 
internationale.      
     --- 
    STRASBOURG - Les employeurs peuvent interdire le port de 
signes religieux ostensibles s'ils s'appuient sur des raisons 
objectives et nécessaires comme le principe de neutralité, 
estime la Cour de justice de l'Union européenne dans deux arrêts 
rendus hier. 
    Sollicitée pour avis par les cours de cassation belge et 
française, sur deux affaires relatives au licenciement d'une 
employée portant le voile islamique et leur compatibilité avec 
le droit de l'Union, la Cour donne un avis plutôt favorable dans 
le premier cas, plutôt défavorable dans le second. 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

18.48 +0.22%
13.18 +4.27%
11.067 +0.23%
20.67 -2.41%
1.654 -2.82%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.