Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 11h00 GMT (03/01)

Reuters03/01/2017 à 12:00
WASHINGTON - Le nouveau Congrès américain sorti des urnes le 8 
novembre se réunit aujourd'hui avec au programme l'annulation 
d'une partie des réformes du démocrate Barack Obama dans le 
domaine de la santé, de la finance et de l'environnement et la 
confirmation des personnalités parfois controversées du 
gouvernement Trump. 
    Selon un sondage Gallup publié lundi, le républicain Donald 
Trump prendra officiellement ses fonctions le 20 janvier avec 
moins de la moitié des Américains confiants dans sa capacité à 
gérer une crise internationale, utiliser la force militaire de 
façon avisée ou à empêcher un manquement à l'éthique au sein de 
son administration. 
    Dès lundi, les grandes figures démocrates ont prévenu 
qu'elles ne laisseraient pas démanteler l'Affordable Care Act 
(ACA), dit aussi Obamacare, sans combattre. Cette réforme de 
l'assurance santé, réforme emblématique de la présidence Obama, 
vise à couvrir les personnes qui n'avaient pas 
d'assurance-maladie ou à mieux rembourser ceux qui étaient mal 
couverts. 
    Outre l'abrogation de la loi santé, les républicains veulent 
revenir en tout ou partie sur la législation visant à limiter 
les gaz à effet de serre, présentés comme responsables du 
réchauffement climatique. Les républicains veulent aussi revenir 
sur les garde-fous instaurés dans le monde bancaire après la 
crise financière de 2008 qui a mis Wall Street à genoux. 
    Quant au Sénat, il va devoir voter la confirmation des 
personnalités, parfois controversées, choisies par Trump pour 
constituer le gouvernement et la haute fonction publique. 
    Le sénateur républicain John McCain a ainsi averti que Rex 
Tillerson, qui était PDG d'Exxon Mobil avant d'être choisi par 
le futur président comme chef de la diplomatie américaine, 
allait devoir s'expliquer sur ses relations avec le président 
russe Vladimir Poutine. 
     ---     
    ISTANBUL - Le tireur isolé qui a fait 39 morts dans une 
discothèque d'Istanbul lors du réveillon du nouvel an pourrait 
s'être entraîné au combat en Syrie, rapportent un journal et une 
source proche des services de sécurité. 
    L'auteur de la fusillade, revendiquée par l'organisation 
Etat islamique, est toujours en fuite.  
    Selon le journal Haberturk, l'assaillant est arrivé en 
novembre dans la ville de Konya, dans le centre de la Turquie, 
en provenance de Syrie, avec sa femme et ses deux enfants pour 
ne pas éveiller l'attention. 
    D'après CNN Turk, l'homme serait de nationalité kirghize. 
     ---  
    BAGDAD - Deux ans après le lancement de l'opération 
française Chammal en Irak, François Hollande a effectué hier une 
visite-éclair à Bagdad pour apporter son soutien aux forces 
engagées sur le terrain contre l'Etat islamique et réaffirmer la 
détermination de la France à vaincre l'organisation djihadiste.  
    A cinq mois de son départ de l'Elysée, le chef de l'Etat 
français s'est entretenu dans la matinée avec son homologue 
Fouad Massoum, le Premier ministre Haïdar al Abadi et le 
président du Parlement Salim al Djabouri, avant de rejoindre  
Erbil, dans le Kurdistan irakien.  
    Pendant la visite présidentielle, un attentat à la voiture 
piégée a fait 24 morts sur une place fréquentée de Sadr City, 
dans l'ouest de la capitale irakienne, un acte revendiqué par 
l'Etat islamique. 
     --- 
    AMMAN - Les rebelles regroupés sous la bannière de l'Armée 
syrienne libre (ASL) ont annoncé hier soir le gel des 
discussions sur leur éventuelle participation à la conférence de 
paix parrainée par la Russie, qui doit avoir lieu à Astana au 
Kazakhstan, cela en raison de violations de la trêve commises 
selon eux par le régime de Damas.  
    Les discussions ne pourront reprendre que lorsque le 
gouvernement et ses supplétifs soutenus par l'Iran y auront mis 
fin, disent-ils dans un communiqué. 
     ---  
    JERUSALEM - La police a interrogé hier pendant trois heures 
le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à sa résidence 
officielle de Jérusalem, à propos de présents qu'il aurait 
acceptés de la part d'hommes d'affaires, en infraction avec son 
statut. La police n'a donné aucune précision à l'issue de 
l'interrogatoire. 
    L'interrogatoire avait été autorisé par l'avocat général  
Avichai Mandelblit à la suite d'une enquête préliminaire 
montrant qu'il y avait des éléments suffisants pour une enquête 
pénale. Netanyahu, qui est au pouvoir par intermittence depuis 
1996, a démenti être en infraction.     
     ---     
    PARIS - Le tribunal correctionnel de Paris se prononcera 
mercredi sur l'opportunité de reporter le procès du fils aîné du 
président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, pour ses biens 
présumés "mal acquis" en France, comme l'a demandé sa défense. 
    Le procès de l'ex-ministre de l'Agriculture et des Forêts, 
désormais vice-président de Guinée équatoriale, s'est ouvert 
hier en son absence, le prévenu estimant ne pas avoir été 
correctement cité à comparaître.  
    Ses avocats, qui considèrent ne pas avoir eu assez de temps 
pour préparer sa défense, ont demandé un renvoi des audiences. 
     --- 
    PARIS - Manuel Valls a présenté ce matin son programme pour 
la primaire, s'inscrivant dans la continuité de la politique 
menée pendant le quinquennat de François Hollande et marqué par 
la volonté de maîtriser les déficits sans étouffer la 
croissance. 
    L'ancien Premier ministre, candidat à la primaire organisée 
par le Parti socialiste les 22 et 29 janvier, propose ainsi une 
réforme du pacte de stabilité européen pour garantir "une 
application intelligente" de ses règles, qui fixent en 
particulier la limite pour le déficit public à 3% du PIB. 
    Dans son programme, il explique vouloir maintenir ce déficit 
public sous les 3% mais sans chercher l'équilibre des finances 
publiques lors du prochain quinquennat. 
    Face à la gauche, le programme du candidat de la droite, 
François Fillon, est une "vaste purge", a-t-il dit. 
     --- 
    PARIS - Un nourrisson âgé de dix jours est décédé le 21 
décembre après avoir reçu une dose d'uvestérol D, un médicament 
administré pour lutter contre les carences en vitamines D, a 
fait savoir hier l'Agence française de sécurité du médicament 
(ANSM).  
    Le nouveau-né a succombé à un arrêt cardio-respiratoire, 
précise l'agence, qui ne fait pas à ce stade le lien entre le 
décès et l'ingestion de ce médicament produit par les 
laboratoires Crinex. 
     --- 
    PARIS - Les prix à la consommation ont augmenté de 0,3% en 
France en décembre par rapport à novembre du fait de l'énergie 
et des produits alimentaires, selon une première estimation 
publiée mardi par l'Insee. 
    Sur un an, ils affichent une hausse de 0,6%, contre 0,5% un 
mois plus tôt, soit le rythme le plus élevé depuis mai 2014. 
     --- 
    BERLIN - Le nombre de chômeurs a baissé plus que prévu en 
décembre en Allemagne pour s'établir à 2,638 millions et le taux 
de chômage de la première économie européenne est resté stable à 
son niveau le plus bas depuis plus de 25 ans, selon les données 
publiées par l'Office fédéral du travail. 
    "L'évolution positive du marché du travail a continué en fin 
d'année", a déclaré Frank-Jürgen Weise, le président de l'Office 
fédéral du travail, ajoutant que la demande de nouvelles recrues 
restait élevée. 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.