Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 10h00 GMT (23/10)

Reuters23/10/2015 à 12:01

PUISSEGUIN, Gironde - Une collision entre un poids lourd et un bus transportant des personnes âgées a fait 42 morts et quatre blessés graves ce matin sur une route départementale de Puisseguin (Gironde). Deux personnes sont gravement brûlées, deux souffrent de traumatismes crâniens, et quatre autres personnes ont été légèrement blessées. Les circonstances précises de l'accident sont inconnues pour le moment. Les deux véhicules se sont embrasés lors du choc, qui s'est produit à 07h30 (05h30 GMT), quelques minutes seulement après le départ du car, a dit le ministère de l'Intérieur. Le car transportait une cinquantaine de personnes âgées et se rendait à Arzacq (Pyrénées-Atlantiques), après être parti de la commune de Petit-Palais (Gironde). François Hollande a réagi en marge d'un déplacement à Athènes, se disant "plongé dans la tristesse". "Le gouvernement français est totalement mobilisé sur cette terrible tragédie", a-t-il dit. Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, initialement attendus à Moirans (Isère), théâtre de violences mardi, se rendront dans la matinée sur le lieu de l'accident. Ils seront accompagnés du secrétaire d'Etat aux transports, Alain Vidalies. --- PARIS - Si les élections régionales avaient lieu dimanche prochain, la droite remporterait sept régions, la gauche en garderait trois et le Front national en conquerrait deux, selon l'institut de sondages BVA, qui insiste toutefois sur la marge d'incertitude très importante qui pèse sur les résultats pour quatre régions. Au second tour, le 13 décembre, Marine Le Pen serait assurée de conquérir le Nord-Pas-de-Calais-Picardie avec 46% des voix au second tour, contre 29% à la droite et 25% à la gauche, selon cette étude d'opinion publiée aujourd'hui par des quotidiens régionaux. Sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen arriverait en tête en Provence-Alpes-Côte d'Azur, avec 37% des voix, mais la marge est très faible (36% à la droite et 27% à la gauche). Le PS et ses alliés garderaient assez facilement la Bretagne, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, avec au moins dix points d'écart par rapport à la droite. Les Républicains et leurs alliés centristes remporteraient quant à eux un peu moins aisément quatre régions, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Centre-Val de Loire, Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes, ajoute le sondeur. Le résultat serait très serré en Normandie, Ile-de-France et Bourgogne-France-Comté, que BVA attribue à la droite mais avec deux points d'écart seulement sur la gauche et classe donc "en ballottage". --- PARIS - La police a fait évacuer avant l'aube le lycée désaffecté Jean-Quarré, dans le XIXe arrondissement de Paris, occupé depuis le mois de juillet par plusieurs centaines de migrants. L'évacuation s'est déroulée dans le calme. --- ATHENES - La France va aider la Grèce à gérer ses actifs publics pour éviter des privatisations à prix cassés et à mettre en place un service pour les fraudeurs fiscaux voulant régulariser leur situation. Un protocole d'assistance signé vendredi par les ministres français et grec des Finances, à l'occasion de la visite de François Hollande à Athènes, prévoit que la France accompagnera la mise en place du fonds d'actifs prévu par l'accord du 13 juillet entre la Grèce et ses créditeurs internationaux. L'objectif pour la Grèce est d'éviter tout "bradage" de ces actifs, une situation qui s'est produite dans le passé, dans des conditions qui plus est opaques, a déclaré le ministre français des Finances, Michel Sapin, à des journalistes. La taille de ce fonds avait été estimée à 50 milliards d'euros, correspondant à la valeur des actifs sur le long terme. --- GENEVE - Le nombre de migrants arrivés en Grèce s'est élevé à 48.000 dans les cinq jours précédant le 21 octobre, un record depuis le début de l'année et sur une telle période, a déclaré l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Amin Awad, le directeur pour le Proche-Orient de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a déclaré que les frappes aériennes russes et l'intensification des combats autour de la ville syrienne d'Alep avaient contribué à la "dynamique de déplacement" des réfugiés en provoquant le déplacement de quelque 50.000 personnes mais n'avaient pas contribué de manière significative à l'exode des réfugiés vers l'Europe. --- JERUSALEM - Le Fatah et le Hamas ont appelé les Palestiniens à manifester en masse contre Israël aujourd'hui en Cisjordanie et à Jérusalem-Est à l'occasion d'un nouveau "jour de colère" dans les territoires occupés, après plus de trois semaines de violences entre les deux communautés. Une nouvelle agression a été signalée en début de journée en Cisjordanie. Un Palestinien a blessé un soldat à l'arme blanche avant d'être blessé par balles par d'autres militaires. Une série d'agressions anti-israéliennes et des violences entre manifestants palestiniens et forces de sécurité israéliennes ont fait 50 morts côté palestinien, dont 25 agresseurs, et neuf morts côté israélien depuis le 1er octobre. Au centre de la révolte se trouve ce que les Palestiniens considèrent comme un empiètement d'Israël sur le complexe de la mosquée Al Aksa, dans la vieille ville de Jérusalem, le troisième lieu saint de l'islam. Hier, à l'issue d'un entretien de quatre heures à Berlin avec Benjamin Netanyahu, le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est dit prudemment optimiste sur un apaisement des tensions. John Kerry est attendu demain à Amman où il doit voir le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le roi Abdallah de Jordanie, qui est le gardien des sanctuaires musulmans de Jérusalem. --- VIENNE - Les chefs des diplomaties américaine, saoudienne, turque et russe se retrouvent aujourd'hui à Vienne pour des entretiens sur la situation en Syrie. Hier, le président Vladimir Poutine a déclaré que Bachar al Assad était disposé à discuter avec certains groupes d'opposition s'il s'avère qu'ils sont véritablement ouverts au dialogue et déterminés à combattre les djihadistes de l'Etat islamique. --- PRETORIA - Plusieurs milliers d'étudiants sud-africains réclamant une baisse des frais universitaires se sont rassemblés pour une marche jusqu'au siège du gouvernement à Pretoria, point d'orgue d'un mouvement de protestation qui a débuté cette semaine et pris de court les autorités. Les meneurs du mouvement doivent rencontrer le président Jacob Zuma et des professeurs d'université à l'Union Buildings. Ils estiment que les frais d'inscription à l'université sont trop élevés pour de nombreux étudiants noirs, perpétuant les inégalités raciales dans le pays. --- STOCKHOLM - L'auteur de l'attaque à l'arme blanche qui a coûté la vie à un enseignant et un élève et blessé deux autres personnes hier dans une école de Suède agissait pour des motifs racistes, selon la police. L'homme âgé d'une vingtaine d'années, qui n'avait pas de passé judiciaire, a succombé à l'hôpital à des blessures par balles infligées par les policiers.

Mes listes

valeur

dernier

var.

263.962 -0.45%
4.36 0.00%
118.65 0.00%
23.81 -0.08%
36.005 -0.73%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.