Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RESUME DE L'ACTUALITE A 03h00 GMT (18/01)

Reuters18/01/2016 à 04:00
    PARIS) - François Hollande tire aujourd'hui une de ses 
dernières cartouches pour tenter d'inverser la courbe du chômage 
en France avant l'élection présidentielle de 2017, avec la 
présentation d'un plan en partie fondé sur la formation massive 
de chômeurs. 
    Le chef de l'Etat, qui a lié sa candidature à une baisse du 
chômage, mise notamment sur les présidents de régions, y compris 
de droite, pour former 500.000 demandeurs d'emploi de plus (dont 
150.000 annoncés cet automne) aux métiers liés à la transition 
énergétique, à l'économie numérique, aux services à la personne 
ou souffrant d'une pénurie de main d'oeuvre. 
    Ce plan, pour lequel les arbitrages devaient être rendus 
mercredi, selon des sources gouvernementales, comportera aussi 
un volet apprentissage et des aides à l'embauche dans les PME. 
    Il sera complété par une salve de mesures visant à ouvrir de 
"nouvelles opportunités économiques", notamment en sécurisant la 
situation des travailleurs indépendants dont l'activité est liée 
à l'économie numérique, une réforme du code du travail en cours 
d'élaboration et un programme de grands travaux. 
    Il n'en laisse pas moins sceptiques les analystes interrogés 
par Reuters, pour qui l'inversion de la courbe du chômage paraît 
plus que jamais hypothétique sans un net rebond de l'activité 
économique, comme la ministre du Travail l'a admis.      
     --- 
    DUBAI - Le président iranien Hassan Rohani a salué hier la 
levée des sanctions économiques internationales contre son pays, 
au lendemain de l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire conclu 
en juillet dernier avec les grandes puissances. 
    Modéré élu en 2013 sur la promesse de réduire l'isolement de 
l'Iran sur la scène internationale, Rohani a évoqué un 
"tournant" pour l'économie iranienne, gros producteur de brut 
quasiment absent des marchés internationaux ces cinq dernières 
années, et une "page en or" dans l'histoire du pays. 
    A Washington, son homologue américain, Barack Obama, a 
réaffirmé que grâce à l'accord de Vienne sur le nucléaire 
iranien, entré en vigueur la veille, l'Iran ne pourra pas se 
doter de l'arme atomique. 
    Ce résultat a été obtenu grâce à une diplomatie forte, 
a-t-il ajouté, notant cependant que l'accord ne réglait pas tous 
les différends entre Washington et Téhéran. 
     
    WASHINGTON - Trois des cinq Américains libérés samedi des 
prisons iraniennes dans le cadre d'un échange avec Washington 
sont arrivés hier soir en Allemagne, a annoncé un responsable du 
département américain d'Etat. 
    L'échange a été annoncé entre Téhéran et Washington quelques 
heures avant la levée de la plupart des sanctions 
internationales contre l'Iran. 
     --- 
    OUAGADOUGOU - Le Burkina Faso et le Mali ont décidé de 
coopérer dans la lutte contre l'islamisme en Afrique de l'Ouest 
en échangeant des renseignements et en menant des patrouilles 
conjointes après les attaques djihadistes qui ont visé les 
capitales des deux pays, Bamako en novembre et Ouagadougou 
vendredi dernier. 
    Les Premiers ministres malien et burkinabé, Modibo Keita et 
Paul Kaba Thieba, se sont rencontrés hier dans la capitale du 
Burkina Faso. 
    "Il y a une très forte volonté politique de la part de nos 
deux Etats de combiner nos efforts dans la lutte contre le 
terrorisme", a dit Paul Kaba Thieba, qui s'est rendu avec son 
homologue malien sur les lieux de l'attaque de vendredi soir, en 
plein centre-ville. 
    Cette attaque a fait au moins 28 morts, en majorité 
étrangers, dont deux Français, et 50 blessés. 
     --- 
    BEYROUTH - Des frappes aériennes qui ont eu lieu hier sur la 
ville syrienne de Rakka, capitale de fait de l'Etat islamique, 
ont fait 40 morts parmi les civils, dont huit enfants, a annoncé 
dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). 
    L'ONG basée à Londres précise qu'on ne sait pas si les 
avions qui ont mené les frappes étaient russes ou ceux de la 
coalition internationale. Elle indique que les frappes ont 
touché des commerces et des restaurants à Rakka.      
    Des djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont par ailleurs 
enlevé au minimum 400 civils hier lors de l'attaque de quartiers 
de la ville syrienne de Daïr az Zour tenus par le gouvernement. 
     --- 
    PARIS - Alain Juppé et Emmanuel Macron se disputent les 
faveurs des Français pour l'élection présidentielle de 2017 
alors que François Hollande et Nicolas Sarkozy sont relégués aux 
dernières places dans un sondage Odoxa publié dans Le Parisien 
Dimanche. 
    L'ancien Premier ministre, actuel favori de la primaire de 
la droite et du centre de novembre prochain, et le ministre de 
l'Economie sont crédités respectivement de 57% et 53% de bonnes 
opinions. 
    Manuel Valls est en troisième position avec 48% de bonnes 
opinions. Suivent François Bayrou (43%), Marine Le Pen (27%) à 
égalité avec Jean-Luc Mélenchon (27%), François Hollande (25%), 
Nicolas Sarkozy (23%) et Cécile Duflot (19%). 
     --- 
    RENNES - L'homme en état de mort cérébrale à la suite d'un 
essai thérapeutique à Rennes (Ille-et-Vilaine) est décédé hier 
et l'état de santé des cinq autres volontaires sains 
hospitalisés, dont quatre souffrent de troubles neurologiques, 
est "stable", a annoncé le Centre hospitalier universitaire 
(CHU) de Rennes.  
    Le cinquième patient ne présente aucun symptôme. 
    Les victimes de cet essai thérapeutique sont des hommes âgés 
de 28 à 49 ans. Ils avaient postulé auprès du centre de 
recherche privé Biotrial pour tester une nouvelle molécule du 
laboratoire portugais Bial à visées psychiatrique (anxiété, 
troubles de l'humeur) et neurologique (troubles moteurs). 
    Les 84 autres personnes volontaires ayant été "exposées" au 
médicament à l'essai ont été contactées. 
     --- 
    PARIS - Une surveillante du centre pénitentiaire de 
Meaux-Chauconin-Neufmontiers (Seine-et-Marne) est entre la vie 
et la mort après avoir été sciemment percutée par une berline, 
avec une de ses collègues. Sa collègue a été légèrement blessée, 
mais la victime a été traînée sur plusieurs mètres. 
    Cette dernière "est actuellement prise en charge par 
l'hôpital du Kremlin-Bicêtre. Son pronostic vital est engagé", 
déclare la ministre de la Justice, Christiane Taubira, dans un 
communiqué.     
     --- 
    PARIS - Les dirigeants de Renault seront auditionnés 
aujourd'hui par la commission Royal pour s'expliquer sur les 
anomalies constatées durant les premiers tests d'émissions mis 
en place par la ministre de l'Ecologie dans le sillage du 
scandale Volkswagen, rapporte le quotidien Les Echos. Ils 
devront notamment répondre aux questions soulevées par les 
résultats des essais sur le petit crossover urbain Captur. 
     --- 
    MELBOURNE - Les autorités du tennis mondial ont démenti 
avoir supprimé des informations concernant d'éventuels matches 
truqués au plus haut niveau, y compris à Wimbledon, comme l'ont 
rapporté la BBC et le site web BuzzFeed News sur la base de 
documents confidentiels.  
    Interrogé à Melbourne, où débute l'Open d'Australie, le 
président de l'ATP Tour, Chris Kermode, a déclaré que ces 
informations étaient minutieusement examinées par le Tennis 
Integrity Unit (TIU), une organisation mise en place par les 
diverses instances dirigeantes du tennis professionnel pour 
veiller à l'honnêteté des rencontres. 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.